Democratic Republic of Congo

Emergency
15.6 million

people in need of humanitarian assistance

5 million

internally displaced people

300,000

recorded cases of measles

The situation in Democratic Republic of the Congo

Despite a relatively stable political context following presidential elections in 2018, the Democratic Republic of the Congo (DRC) is slipping ever deeper into crisis, both socially and economically. This is despite the country’s rich natural resources and strong demographic potential.

In 2019, the east of the country (especially Nord-Kivu) was still very unstable. This situation, which has persisted for over 20 years, has deteriorated with new crises emerging or worsening throughout the country. Humanitarian actors are struggling to respond to the scale of the need in Kasaï, Ituri, Tanganyika, Sud-Kivu and Kongo Central.

The province of Tanganyika, in south-western DRC, has seen a resurgence of intercommunal violence since 2016 and the humanitarian situation is very worrying, with continued mass movements of people. In 2019, the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) recorded over 430,000 internally displaced people and 615,000 returnees.

1 million people are in need of humanitarian assistance in Tanganyika province

In Kinshasa, the capital of the DRC, just 20.9% of women use modern contraceptive methods and three in five pregnancies are unintended, with the majority being terminated by unsafe abortions.

The mobilisation of resources remains critical: only 46% of the necessary funding was raised by the 2019 Humanitarian Response Plan. After Syria and Yemen, the DRC is the country most in need of funds to respond to humanitarian needs.

 

Democratic Republic of Congo © Luc Valigny
Democratic Republic of Congo © Luc Valigny

Our activities in the Democratic Republic of the Congo

Emergencies & crisis

Emergency programme in Tanganyika Province

In June 2019, Médecins du Monde France and Médecins du Monde Belgium launched a project in Tanganyika province and more specifically in Kalemie in the south-west of the country.

In a challenging healthcare context, this project aims to prevent an increase in mortality and morbidity. It provides access to good quality healthcare free of charge to communities affected by intercommunal conflict and displaced people in four health areas in the Nyemba health zone, which has a population of around 167,000.

Médecins du Monde works at six health centres to deliver the minimum healthcare package, including consultations to treat patients with malaria, care and treatment for acute severe malnutrition and sexual and reproductive healthcare. At the same time, the teams support a health referral centre for referrals of paediatric cases and obstetric complications.

MdM directly employs healthcare staff (nurses, midwives and doctors) at the health centres and the referral centre, with ongoing training provision to guarantee the quality of care.

Kinshasa
Kinshasa

In 2019

We:

  • provided 42,195 medical consultations

  • conducted 7,409 antenatal and postnatal consultations
  • treated 18 survivors of gender-based violence
  • screened 12,791 children aged between 6 and 59 months for malnutrition and treated 651
  • attended 1,150 births

Response to measles epidemic in Kinshasa province

On 10 June 2019, the Congolese Ministry of Health declared a measles epidemic in the country. Between 1 January and 17 November 2019, a total of 261,376 cases were recorded, with 5,291 deaths, representing a case-fatality rate of 2%.

It was in this context that Médecins du Monde was approached by the authorities and agreed to provide a response in the Kisenso health zone in Kinshasa with an immunisation campaign to vaccinate children against measles.

 

 

Kinshasa
Kinshasa

In 2019

We:

  • vaccinated 91,438 children aged between 6 and 59 months

 

WOMEN & CHILDREN

Sexual and reproductive health programme for children and young people in Kinshasa

 

MdM has been working in Kinshasa for over ten years on sexual and reproductive health (SRH) and child protection programmes. At the operational level, two new strategies were consolidated in Kinshasa in 2019: the Sexual and Reproductive Health Rights Strategy (access to safe abortion and advocacy) and an advanced community-level intervention in schools. All this work was carried out with local NGO, Afia Mama, which is very active both at the community level and in terms of advocacy (human rights activism), particularly through the Coalition Contre les Grossesses Non Désirées which campaigns on prevention of unwanted pregnancies.

 

Sexual healthcare and prevention in congolese schools

 

The programme seeks to strengthen the provision of health services, using an approach tailored to the needs of young people, community mobilisation and advocacy. It aims to achieve legal access to family planning for children and young people and the effective application of the Maputo Protocol. The Maputo Protocol is an international agreement which guarantees the rights of women, including their right to participate in the political process, social and political equality with men, greater autonomy in making decisions about their health and an end to female genital mutilation.

This approach is innovative, with its tactic of working in schools to ensure SRH services are adapted to the needs of children and young people in the school environment and through its harm reduction strategy in relation to illegal abortion, with the aim of reducing maternal mortality and morbidity as a result of unsafe abortions.

 

Kinshasa
Kinshasa

In 2019

We:

  • provided 6,830 people with information about sexual and reproductive health
  • undertook awareness-raising for 1,340 administrative and health authorities
  • reached 132,447 people with awareness-raising on SRH
  • referred 16,374 people from the community to the health centre           
  • provided care to 146 survivors of gender-based violence

 

  • © Luc Valigny

    Tina

    Tina n’a que 12 ans quand elle tombe enceinte pour la première fois. Trop jeune pour comprendre ce qui se passe dans son corps, elle ne réalise ce qui lui arrive qu’au bout du sixième mois. Ses parents hésitent à interrompre cette grossesse précoce et non désirée : ils ont trop peur que Tina ne perde la vie. Ils préfèrent demander au père de l’enfant d’assumer ses responsabilités. Contrainte et forcée par cette grossesse inattendue, Tina se retrouve obligée de poursuivre sa relation avec cet homme. Deux autres enfants suivront rapidement, mais la vie du couple se dégrade à tel point que Tina doit demander au père de ses enfants de partir. Elle a trouvé depuis un nouveau copain, et souhaite désormais prendre le temps avant de faire un nouvel enfant et décider librement du moment opportun. Sur les conseils d’une amie, elle s’est fait poser un implant qui la protège pour 5 ans, mais c’est un secret : elle n’ose pas en parler à son nouvel ami, de crainte de sa réaction s’il l’apprenait.

    Tina
  • © Luc Valigny

    Omba

    L’aîné a 12 ans, le dernier 2 mois. Les autres 10, 8 et 4 ans. Leur mère, Omba, n’a que 28 ans et 6 enfants déjà. Pourtant, elle n’en voulait que deux, mais les grossesses se sont suivies les unes après les autres. Pour cette femme qui n’a pas accès aux informations sur la planification familiale, c’est à chaque fois une malédiction. Même ses voisines se moquent d’elles de la voir tomber enceinte si souvent : elles lui proposent de l’aide pour avorter, mais Omba a trop peur de mourir. Aujourd’hui, Omba et son mari sont tous les deux au chômage : ils vivent dans l’angoisse de ne pouvoir nourrir correctement leurs enfants et seul le petit de 4 ans est scolarisé, faute de moyens. Omba est allée dans un centre de santé où on lui a parlé d’une méthode d’implant qui la mettrait à l’abri d’une nouvelle grossesse durant 5 ans. Mais pour cela, il faudrait de l’argent. Omba n’en a pas : elle n’a que des enfants. 

    Omba
  • © Luc Valigny

    Audrey

    Après une première grossesse non désirée à l’âge de 21 ans, Audrey enchaîne trois autres grossesses, chacune à un an d’intervalle. Le médecin l’a pourtant prévenue des risques que cela représente pour sa santé comme pour celle de ses enfants, mais Audrey n’est pas suffisamment informée sur les méthodes de contraception et n’a pas les moyens de faire autrement. Elle décide alors de s’intéresser à la planification familiale, et d’en parler à son mari Sustan. D’un commun accord, ils optent pour le préservatif afin de contrôler les naissances à venir : neuf ans passeront ainsi avant l’arrivée de leur dernier enfant suite à une grossesse désirée et planifiée. À 36 ans, Audrey est mère de 5 enfants, âgés respectivement de 15 ans, 11 ans, 10 ans, 9 ans et 9 mois. Elle en est désormais convaincue : la planification des naissances est une affaire de couple, et c’est à deux que doit se prendre la décision de faire ou non des enfants. Un avis heureusement partagé par son mari.

    Audrey
  • © Luc Valigny

    Irène

    Irène a un ami depuis peu de temps, et l’annonce de sa grossesse est un choc. Ils n’ont eu que quatre rapports sexuels, et elle ne pensait pas tomber enceinte si rapidement : ni ses parents, ni l’école ne lui ont expliqué pourquoi et comment se protéger. Pour cette brillante élève de 19 ans, en dernière année d’étude, une grossesse signifie l’arrêt de sa scolarité. De cette grossesse non désirée, elle n’ose même pas parler à son copain, qui l’a déjà menacée plusieurs fois de la quitter si elle tombait enceinte. Elle essaye d’abord d’avorter par tous les moyens, mais cela demande de l’argent qu’elle n’a pas. Quand elle se résout enfin à dire la vérité, son copain la quitte, la laissant seule face à cette grossesse pour laquelle elle ne se sent pas prête… À la naissance de Moïse, son ami décide finalement de revenir et d’assumer son rôle de père. Mais Irène, a été profondément marquée par cette grossesse qu'elle ne désirait pas.. Elle impose désormais l’usage du préservatif à son ami : la prochaine fois qu’elle sera enceinte, c’est qu’elle l’aura décidé. En toute liberté.

    Irène
  • © Luc Valigny

    Nadège

    Orpheline très jeune, Nadège a été élevée par sa tante qui n’avait pas les moyens de l’envoyer à l’école. Après une adolescence marquée par la pauvreté, elle n’a que 20 ans lorsqu’elle se retrouve enceinte de son premier enfant. Pour Nadège, cette grossesse sonne comme « la fin du monde ». Elle ne s’y attendait pas et ne désire pas cet enfant. Elle cherche alors à se faire avorter à tout prix : moyennant finance, un infirmier accepte de l’aider. Mais le jour de l’intervention, ce dernier lui explique qu’il a fait un mauvais rêve durant la nuit, dans lequel il a vu Nadège mourir. Il refuse de pratiquer l’intervention et lui rend son argent. Depuis, Nadège a eu deux autres enfants, dont le dernier n’a qu’un an : deux grossesses non désirées de plus… Bien sûr, elle a entendu parler des moyens de contraception, et notamment de l’implant qui dure 5 ans et coûte environ 20 dollars. Nadège espère un jour pouvoir réunir une telle somme. En attendant, elle utilise des préservatifs.

    Nadège
  • © Luc Valigny

    Merlyne

    « Si tu oses avorter, tu vas mourir! » Voilà ce que lui a répondu l’infirmier qu’a consulté Merlyne lorsqu’elle a appris qu’elle était enceinte. Elle ne désirait pas cet enfant, son fiancé non plus : Merlyne ne pensait pas pouvoir tomber enceinte, et n’utilisait aucun contraceptif, faute d’information sur les différentes méthodes disponibles. Quand son fiancé a compris qu’elle n’avorterait pas, il n’a pas assumé et s’est enfui : le jour où Merlyne a accouché, cela faisait déjà plusieurs mois qu’il n’avait plus donné signe de vie.
    Merlyne a aujourd’hui 20 ans, et même si elle est heureuse d’avoir une petite fille de 4 mois, Grady, elle aurait préféré attendre de pouvoir subvenir seule à ses besoins. Elle et sa fille sont une charge supplémentaire pour ses parents. Merlyne ne veut pas entendre parler d’une nouvelle grossesse, mais ne prend aucune méthode contraceptive pour l’éviter. Elle est pourtant bien décidée à prendre le temps de voir son premier enfant grandir, et à accomplir son rêve : ouvrir un salon de coiffure et acquérir son autonomie.

    Merlyne

Environmental health in Kinshasa

 

Health and environment is one of Médecins du Monde’s five priority areas. Our work in this area focuses on living environments, workplaces, working conditions and pesticides.

In this context we held a period of reflection on health and the environment in Kinshasa during 2018. An exploratory mission was undertaken in late 2019 to pull together the issues raised during this reflection period.

 

 

 

our institutional support

History
1994
Emergency programmes in Kasaï, Sud-Kivu and Nord-Kivu provinces and later Orientale. Programmes closed in 1998.
1999
Opening of a programme for street children in Kinshasa.
2002
Opening of a programme in the Lake Tanganyika region providing access to care and treatment for cholera. Programme concluded in 2011.
2003
Opening of an AIDS programme in Goma in Nord-Kivu province. Programme concluded in 2015.
2008
Opening of a mental health programme for survivors of gender-based violence in Nord-Kivu. Concluded in 2013.
2014
Opening of a sexual and reproductive health programme specifically aimed at teenagers in Kinshasa.
2016
Opening of a programme on prevention, screening and management of HIV for young people.
2018
HIV prevention, screening and management project for young people ends.
2019
Second phase of the SRH programme for teenagers in Kinshasa launched in May.
2019
Opening of a project to strengthen the healthcare system for victims of the conflict in Tanganyika province, with MdM Belgium.

Your support

Donate

I make a donation.

Newsletter

I subscribe to the newsletter.

Join us

I apply online.

 
Global loader