Soutenez-nous dans la durée, devenez donateur régulier

Tanzanie

© Chien-Chi Chang

36 %

des personnes qui s’injectent des drogues vivent avec le VIH à Dar-es-Salaam.

1/4  

des personnes qui s’injectent des drogues sont infectées par le virus de l’hépatite C.

1/4  

des femmes sera enceinte avant l’âge de 19 ans en Tanzanie.

44 %

des femmes âgées de 15 à 49 ans ont subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime.

L’association humanitaire Médecins du Monde mène différents programmes d'aide humanitaire en Tanzanie pour venir en aide aux populations locales.
Découvrez nos actions et nos missions ci-dessous.

LE BESOIN D’AIDE HUMANITAIRE EN TANZANIE

L’aide humanitaire en Tanzanie est essentielle pour répondre aux besoins de la population locale et des communautés vulnérables. La solidarité internationale, le bénévolat et le volontariat jouent un rôle fondamental dans cette action humanitaire. La Tanzanie est un point de transit majeur pour le trafic d’héroïne en provenance d’Asie centrale, où la consommation de drogue s’est largement répandue. Le pays compte plus de 300 000 usagers de drogues, dont 1/10ème consomme des drogues injectables.

Les adolescents et les jeunes adultes sont confrontés à des difficultés pour accéder à leur droit aux soins de santé sexuelle et reproductive, ce qui se traduit par des comportements sexuels à risque et un taux élevé de grossesses involontaires chez les adolescentes.

LES DROGUES ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ

  • Des pratiques à risques

    En l’absence de services de prévention et de soins adaptés et accessibles pour les usagers de drogues, les pratiques à risque (telles que le partage de seringues usagées et les rapports sexuels non protégés) sont très répandues et leurs conséquences sur la santé des personnes sont considérables : plus d’un tiers d’entre elles sont infectées par le VIH et un quart vivent avec l’hépatite C en Tanzanie. La Tanzanie n’est pas un cas isolée et des situations similaires sont également constatées dans d’autres pays de la sous région.

  • OBSTACLES À L'ACCÈS AUX SOINS

    Bien qu’il existe des services appropriés de réduction des risques, tels que l’accès aux traitements de substitution aux opiacés et les programmes d’échange de seringues, ils restent trop peu nombreux pour répondre aux besoins. La stigmatisation et la discrimination, courantes dans les services de santé et au sein de la population, constituent des obstacles supplémentaires aux soins.

     

    Le cadre juridique et l’environnement politique répressif renforcent encore la marginalisation des personnes et leur éloignement des soins.

  • GROSSESSES PRÉCOCES, MORTALITÉ MATERNELLE ET VIOLENCES SEXUELLES ET SEXISTES

    La Tanzanie est confrontée au paradoxe d’être l’un des pays de la région où les contraceptifs modernes sont les plus disponibles, mais où leur utilisation est alarmante. Le taux de prévalence des contraceptifs modernes chez les femmes âgées de 15 à 49 ans est de 31%.

     

    Cette situation s’explique par le manque de connaissances et d’informations en matière de santé sexuelle et reproductive, par des éléments culturels tels que les mariages précoces et les relations de pouvoir déséquilibrées entre l’homme et la femme et, comme nous l’avons souligné plus haut, par une très faible utilisation des méthodes contraceptives. On estime qu’environ un tiers des décès maternels sont dus à des avortements pratiqués dans des conditions dangereuses.

© Agnes Varraine Leca

L’ACTION HUMANITAIRE DE NOTRE ASSOCIATION EN TANZANIE

En Tanzanie, Médecins du Monde apporte une aide médicale et une assistance technique aux populations les plus vulnérables. Les personnes usagères de drogues (PUD), les travailleurs du sexe (TDS), les personnes LGBTQI+, ainsi que les adolescents vulnérables, reçoivent de MdM et de ses partenaires locaux, des services de réduction des risques et/ou d’accès aux droits & à la santé sexuelle et reproductive.

Les projets humanitaires menés en Tanzanie visent à améliorer les conditions de vie des populations locales, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’aide au développement et de la lutte contre la faim.

Grâce à l’engagement des bénévoles et des humanitaires, des actions concrètes sont menées pour venir en aide aux plus vulnérables. Les missions à l’étranger, les projets de développement et les actions humanitaires contribuent à soutenir les populations locales et à favoriser leur voie de développement.

La réduction des risques chez Médecins du Monde

  • RÉDUIRE LES RISQUES LIÉS À L'USAGE DE DROGUES EN TANZANIE ET DANS LES PAYS DE LA SOUS RÉGION

    MdM continue de travailler avec le gouvernement tanzanien à l’extension géographique des programmes de réduction des risques et à l’augmentation des services aux personnes vivant avec le VIH/Sida, en renforçant les capacités de la société civile locale et des organisations de base et en formant les prestataires de soins, la police et les autorités locales.

     

    MdM collabore également à l’élaboration de documents et de politiques nationales, tels que les lignes directrices nationales des programmes d’échange d’aiguilles et de seringues, le programme de formation des pairs éducateurs et de la police, entre autres.

     

    L’expertise de MdM Tanzanie est reconnue dans la région de l’Afrique de l’Est, et la mission Tanzanie fournit une assistance technique à des programmes de réduction des risques menés par des organisations locales dans d’autres pays de la sous-région. Ainsi en 2022, MdM Tanzanie a soutenu des projets de réduction des risques au Burundi.

  • RENFORCER L'ACCÈS AUX DROITS ET A LA SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE (DSSR) POUR LES POPULATIONS CLES ET POUR LES ADOLESCENTS.ES

    MdM a démarré en 2022 un projet DSSR à Dar-es-Salaam, ciblant les populations clés (PUD, TDS, LGBTQI+) et les adolescents en situation de vulnérabilité. Ces projets, dont le but est d’apporter une aide humanitaire, incluent la collaboration avec des organisations de la société civile tanzaniennes et une double approche pour garantir de meilleurs services, à la fois dans la communauté via des services de proximité dans les endroits habituellement fréquentés par les différents publics cibles mais également des services disponibles dans des structures spécifiques, telles que des centres de santé et un centre pour la jeunesse.

  • Bilan

    En 2022, nos activités humanitaires nous ont permis de :

    • Consolider et étendre notre programme de réduction des risques dans quatre villes du pays. Ce projet a touché plus de 7,100 bénéficiaires parmi les populations clés.
    • Travailler avec et former 15 partenaires locaux.
    • Former/sensibiliser 676 personnes à la réduction des risques (forces de police, personnel de santé, etc.).
    • Collaborer avec les institutions publiques à l’élaboration de politiques nationales clés pour la mise en œuvre de programmes de réduction des risques.
  • 7 776

    bénéficiaires en 2022.

  • 438 000

    Budget en 2022.

7 776

bénéficiaires en 2022.

438 000

Budget en 2022.