Soutenez-nous dans la durée, devenez donateur régulier

Nigeria

© Benedicte Kurzen

8,4 millions

de personnes directement affectées par la crise dans le nord-est du pays.

2,1 millions

de déplacés internes dans les états du Nord-Est.

5,75 millions

de personnes ont besoin de services de santé de base.

Face aux urgences, Médecins du Monde mène divers programmes d'aide humanitaire au Nigeria. Découvrez nos actions et missions ci-dessous.

LA SITUATION HUMANITAIRE AU NIGERIA

La crise humanitaire au Nigeria provoquée par les conflits armés qui touchent le pays rendent nécessaire le déploiement d’une aide médicale dans les zones affectées.

L'insécurité provoquée par les conflits au Nigéria

  • Les civils, les premières victimes des conflits armés

    Plus de 12 ans se sont écoulés depuis que Jama’atu Ahlis Sunna (JAS), communément appelé Boko Haram, a mené un violent conflit dans le nord-est du Nigeria, provoquant des déplacements continus, la destruction des infrastructures et l’effondrement des services sociaux et sanitaires de base. La violence a augmenté, en particulier depuis l’émergence de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), faction de la JAS formée en 2017. En 2021, l’ISWAP a progressivement augmenté et lancé des séries d’attaques contre des bases militaires, principalement le long de la frontière du lac Tchad et du Cameroun dans l’État de Borno.

     

    Les ONG continuent d’être ciblées avec, en 2022, 41 incidents enregistrés impactant les ONGs, parmi lesquels une personne a été tuée, une personne enlevée et une personne gravement blessée. Le rétrécissement de l’espace humanitaire restreint l’accès des ONG à des villes ou à des zones de gouvernement local (LGA) déjà inaccessibles dans l’État du Borno pour atteindre et fournir toute forme d’aide ou d’assistance aux personnes qui s’y trouvent.

     

    Les zones les plus accessibles sont les « villes de garnison » contrôlées par le gouvernement, où des centaines de milliers de personnes déplacées sont concentrées. L’accès routier à partir de la ville principale est très limité et non sécurisé, ce qui rend leurs déplacements très risqués.

  • Des camps pour fuir l’insécurité

    Les plans récents de fermeture forcée des camps à Maiduguri, principale ville de l’État du Borno, par le gouverneur de l’État, ont entrainé le re-déplacement de 73 000 personnes déplacées internes (PDI) vivant dans les camps, à l’intérieur de la ville de Maiduguri, et 33 100 réfugiés dans des zones inaccessibles ou des camps non sécurisés. Les personnes déplacées contraintes de rentrer chez elles ne sont pas en mesure de satisfaire leurs besoins essentiels, ce qui les expose à des risques majeurs en matière de protection et de santé.

  • Une crise humanitaire majeure

    La violence et les attaques contre les civils, dans un contexte déjà caractérisé par de fortes vulnérabilités, ont provoqué des déplacements massifs et une crise humanitaire majeure au Nigeria. L’Etat du Borno, au nord-est du pays, compte 2,2 million de personnes déplacées internes (dont 55 % de femmes et 57 % d’enfants) et 1,5 million de personnes retournées ( 54% de femmes et 60% d’enfants) et les ressources des communautés d’accueil sont soumises à rude épreuve.

     

    Les populations déplacées, dont la majorité vit dans des camps surpeuplés, ont souvent perdu tous leurs moyens de subsistance, et se trouvent dans un dénuement extrême, avec peu d’espoir d’un retour chez eux. Le conflit impacte également l’ampleur et la qualité de la réponse humanitaire : 800 000 personnes sont aujourd’hui inaccessibles par les acteurs humanitaires en raison de l’insécurité, et ne peuvent recevoir aucune assistance.

  • 8,4 millions

    de personnes sont dans le besoin dans le nord-est du Nigeria, dont 53% d’enfants, 41% d’hommes et 59% de femmes.

  • 4,9 millions

    de personnes sont confrontées à des problèmes critiques de bien-être physique et mental en raison des traumatismes et des violences subis, et ont besoin de soins de santé de base.

8,4 millions

de personnes sont dans le besoin dans le nord-est du Nigeria, dont 53% d’enfants, 41% d’hommes et 59% de femmes.

4,9 millions

de personnes sont confrontées à des problèmes critiques de bien-être physique et mental en raison des traumatismes et des violences subis, et ont besoin de soins de santé de base.

Selon le rapport Cadre Harmonisé d’octobre 2022, le Nigeria est également confronté à une insécurité alimentaire aiguë.

  • Plus de 14 millions de personnes ( 9 % de la population analysée) se trouvent dans un état d’insécurité alimentaire aiguë critique (phases 3 et 4) et nécessitent une attention urgente .
  • 4,3 millions de personnes ont besoin de services de protection (23% de femmes et 58% d’enfants).
  • 48% des établissements de santé nationaux ont été détruits et ne sont pas du tout fonctionnels et 11% ont été fortement endommagés.

© Benedicte Kurzen

NOTRE AIDE FACE À L’URGENCE HUMANITAIRE AU NIGERIA

Pour faire face à cette situation alarmante causée notamment par les conflits et les inégalités d’accès aux soins, Médecins du Monde a entrepris une action humanitaire au Nigeria largement orientée vers l’aide médicale aux populations locales.

  • UNE ASSISTANCE MÉDICALE POUR AMÉLIORER L’ACCÈS AUX SOINS

    Dans le cadre de sa mission humanitaire au Nigeria, Médecins du Monde intervient dans le Nord-Est du pays depuis fin 2016 dans le but d’améliorer l’accès aux soins des populations vulnérables, qu’elles soient déplacées ou hôtes. Cinq cliniques ont été mises en place pour répondre à la crise humanitaire engendrée par ce conflit dans les camps de Maiduguri et à Damboa.

     

    MdM fournit gratuitement des services de soins de santé primaires complets aux personnes déplacées et aux communautés d’accueil dans trois cliniques gérées par MdM et situées à Maiduguri et à Damboa. Ces services sont fournis aux bénéficiaires selon une approche intégrée où tous les services sont accessibles lors d’une seule visite à l’établissement de MdM. Les services de soins de santé primaires comprennent des consultations externes gratuites, des consultations prénatales et postnatales, des consultations de planification familiale, la prise en charge médicale pour les personnes survivantes de violences sexuelles, des activités de nutrition, la violence sexiste, y compris la gestion de cas centrée sur les survivants, des activités de sensibilisation communautaire et la santé mentale et le soutien psychosocial.

     

    En 2022, MdM a fourni les services énumérés ci-dessus dans tous les domaines d’intervention dans un contexte d’urgence et a commencé à planifier la prochaine phase d’action étant le renforcement du système de santé, où MDM passera d’une intervention directe dans les camps de déplacés dans des structures semi-permanentes à un soutien aux établissements de santé du gouvernement.

     

    MdM a également répondu à l’épidémie de choléra et a soutenu les différents piliers de la réponse à l’épidémie tels que la gestion des cas, la surveillance, la communication des risques et l’engagement communautaire, ainsi que les piliers de prévention et de contrôle de l’infection (IPC).

    En 2023, Médecins du Monde mettra en œuvre un plan de transition, transférant ainsi tout l’équipement et le personnel du centre de Kawar Maila (clinique gérée par MdM) au centre de santé publique d’Abbaganaram. Une évaluation sera menée plus tard dans l’année dans d’autres établissements de santé du gouvernement afin de déterminer la possibilité de transférer d’autres établissements de MdM dans un avenir proche, en fonction de la dynamique de la crise humanitaire dans l’État de Borno.

  • Bilan

    En 2022, notre mission humanitaire au Nigeria a permis de réaliser :

    • 167 283 consultations curatives,
    • 44 745 consultations prénatales,
    • 56 647 enfants de moins de 5 ans dépistés pour la malnutrition,
    • 53 196 consultations en santé mentale et soutien psychosocial (sessions de groupe et individuelles) et de prendre en charge 1 051 survivant.es ( 5 hommes et 1 046 femmes) de violences liées au genre.
  • 322 922

    Bénéficiaires en 2022.

  • 5 246 489

    Budget 2022.

322 922

Bénéficiaires en 2022.

5 246 489

Budget 2022.