Faire un don

Les personnes en situation de risque

Les personnes en situation de risque

40 millions

de personnes se prostituent dans le monde

500 000

personnes meurent chaque année de pathologies liées à l'hépatite C

33 millions

de personnes vivent avec le VIH dans le monde

La situation

Longtemps, Médecins du Monde s’est engagé dans des programmes de prévention et de prise en charge du VIHinfo-icon. Mais certaines personnes touchées par le sida n’avaient pas accès à ces programmes : les consommateurs de drogues, les prostitué(e)s, les homosexuels marginalisés… Autant de personnes qui sont exclues en raison de ce qu’elles sont ou de ce qu’elles font, ce qui les expose plus que d’autres à un risque d’infection par le VIHinfo-icon et les hépatites virales.

  • Ramson, 41 ans

    « Je suis né à Dar es-Salaam, en Tanzanie. J’avais 29 ans quand j’ai consommé de l’héroïne pour la première fois. C’est un ami qui m’a passé un joint, un mélange de tabac et d’héroïne brune, en provenance du Pakistan. Après ça, j’ai fumé régulièrement pendant une dizaine d’années. Puis  j’ai commencé à m’injecter de l’héroïne blanche, moins chère et plus facilement accessible, en partageant mes seringues avec d’autres usagers. J’ai contracté deux fois la tuberculose et je suis séropositif, sous traitement aux antirétroviraux. » 

  • Jennifer, 25 ans, se prostitue à Paris

    Jennifer, 25 ans

    « Je viens du Nigeria et je vis à Paris où je me prostitue depuis un an et demi. Les conditions de vie dans la rue sont très dures. J’ai tout le temps peur qu’on m’agresse. Lorsqu’un client me demande d’avoir des pratiques à risque, je lui réponds que je ne suis pas d’accord. Mais la dernière fois, le préservatif s’est rompu. Comme je suis étrangère je n’ose pas aller à l’hôpital. J’ai peur qu’on me juge. » 

  • Datu, recycleur de déchets électroniques à Manille, aux Philippines

    Datu, 33 ans

    « Je vis dans un quartier très pauvre près de Manille, aux Philippines. Pour gagner un peu d’argent, je recycle des déchets : des climatiseurs, des télés, des ordinateurs, des frigos ou des machines à laver. Je les réduis en morceaux pour récupérer des matières comme le cuivre, le plastique ou des puces électroniques. Je sais bien que les produits comme le mercure sont dangereux pour ma santé, mais ils me permettent d’acheter du riz pour manger. »

Notre action

Qu’est-ce que la Réduction des risques ? 

Médecins du Monde mène divers programmes pour réduire les risques de contamination liés à l’usage de drogues, aux pratiques sexuelles ou à l’exposition à des produits toxiques. Outre nos interventions sanitaires et nos actions de prévention, nous menons des actions de plaidoyer pour modifier les politiques et la législation qui fragilisent les personnes. 

La réduction des risques repose sur le non-jugement de l’autre et l’acceptation des différentes pratiques et modes de vie. 

Programme de réduction des risques en Géorgie © Olivier Papegnies
Programme de réduction des risques en Géorgie © Olivier Papegnies

Prévenir les maladies infectieuses 

Médecins du Monde mène des actions de prévention et d’éducation aux risques liés à l’injection : nous distribuons des kits d’injection stériles, collectons le matériel souillé, informons les usagers des risques encourus et dépistons les maladies infectieuses. L’association milite aussi pour l’ouverture de salles de consommation à moindres risques. Le même type d’actions est mené auprès des personnes se prostituant et des homosexuels marginalisés par leur environnement culturel ou politique. Nous distribuons des préservatifs, proposons des dépistages et mettons en place un soutien dans l’accès aux soins. Ainsi, nous nous battons par exemple pour que le traitement permettant de soigner l’hépatite C soit mis en vente à un prix accessible à tous. 

Les actions de réduction des risques permettent un véritable changement social.

Favoriser l’entraide et valoriser l’expérience 

Médecins du Monde développe également une réponse communautaire en impliquant les personnes exposées aux risques dans la prévention : de nombreux travailleurs pairs, par exemple d’anciens usagers de drogues, interviennent dans les programmes, forts de leur expérience. Ainsi les actions de réduction des risques permettent un véritable changement social. 

Lutter contre la stigmatisation 

Les usagers de drogues comme les travailleurs du sexe étant souvent largement stigmatisés, Médecins du Monde mène aussi des actions de plaidoyer pour les décriminaliser. Nous entendons peser sur les institutions pour réformer les lois et les réglementations nationales ou internationales qui criminalisent et sanctionnent les pratiques et les modes de vie de ces personnes. Au contraire, nous militons pour des approches fondées sur la santé publique et les droits humains.  

Lieux d'intervention

Monde

Europe

France

Afrique

Asie

Amériques

Votre soutien

Donner

50 € pour financer 50 tests de dépistage du VIH

Nous rejoindre
Assistant coordinateur général (H/F)
S'informer

Je m'inscris à la newsletter.