Santé mentale et soutien psychosocial

© Alessio Romenzi

MdM en matière de Santé Mentale se réfère à la définition de l’OMS : « un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté ». Dans ce sens positif, la santé mentale est le fondement du bien-être d’un individu et du bon fonctionnement d’une communauté. Elle englobe également la promotion du bien-être, la prévention des troubles mentaux, le traitement et le rétablissement des personnes atteintes de ces troubles.

Bien être psychosocial et santé mentale : quels liens ?

On entend par bien-être psychosocial, la capacité des personnes, des familles ou des communautés à disposer de forces cognitives, émotionnelles et spirituelles combinées à des relations sociales positives. Cet état de bien-être motive le développement d’aptitudes à la vie quotidienne qui permettent aux personnes, aux familles ou aux communautés de comprendre leur environnement et d’y participer, et de faire des choix positifs qui donnent de l’espoir pour l’avenir. Par conséquent, le Soutien Psychosocial désigne des activités qui répondent aux besoins psychologiques et sociaux des personnes, des familles, des groupes et des communautés, généralement dans les situations d’adversité.

C’est un processus visant à renforcer la résilience des personnes, des familles et des communautés en respectant l’indépendance, la dignité et les mécanismes d’adaptation de ces différentes entités. Le soutien psychosocial favorise, entre autres, le rétablissement de la cohésion sociale. Il peut être à la fois préventif et curatif : Il est préventif lorsqu’il réduit le risque de développer des troubles mentaux, par exemple ; et il est curatif lorsqu’il aide les individus et les communautés à surmonter et à traiter les problèmes psychosociaux qui peuvent avoir surgi suite à un choc ou à des effets de crises.

L’expression composite Santé Mentale et Soutien Psychosocial sert à décrire tout type de soutien visant à protéger ou à promouvoir le bien-être et/ou à prévenir ou traiter un trouble mental. Cette expression est née du travail commun de différentes organisations intervenant dans les contextes humanitaires d’urgence. Elle vise à regrouper un ensemble d’interventions ayant des objectifs en commun mais des modes d’intervention différents. Son utilisation est aujourd’hui étendue au milieu du développement et adoptée par MdM.

© Olivier Papegnies

La SMPS à MdM : nos actions en termes de soutien psychosocial

MdM a intégré la Santé Mentale et le Soutien Psychosocial dans ses projets dès le début des années 1990, en France comme à l’international. Les activités et la place de la SMPS se sont progressivement développées, du fait de l’augmentation des besoins exprimés et évalués chez les personnes accompagnées au niveau des projets de MdM, entrainant l’intégration de cette thématique dans les orientations stratégiques de l’organisation en tant qu’approche transversale en 2016. Il s’agit d’une approche transversale, au même titre que l’empowerment et l’approche Genre.

Cela signifie qu’il y a un fort potentiel d’intégration de la SMPS au sein des thématiques prioritaires de l’association et donc au sein de chaque projet de MdM, pour asseoir sa qualité et permettre une approche globale des enjeux de la santé mentale et du soutien psychosocial.

Grands principes structurant l’approche en santé mentale et soutien psychosocial

MdM a structuré sa stratégie en santé mentale et soutien psychosocial autour de quelques grands principes.

Cibler des situations de vulnérabilité

L’histoire des programmes, à travers des conflits prégnants, a conduit à une vision de la SMPS qui lie la détresse psychologique, ainsi que la vulnérabilité, aux facteurs sociaux et politiques de ces crises.

Aujourd’hui, MdM intervient dans des contextes et auprès de populations variées, en France et à l’international, dans lesquels les personnes sont très vulnérabilisées. Ainsi, les interventions en SMPS ne visent pas seulement à soutenir les personnes souffrant de troubles spécifiques, mais bien d’appuyer toutes les personnes affectées par une situation de vulnérabilité psychologique, notamment dans un but de prévention.

Renforcer les compétences collectives en priorité : pilier du soutien psychosocial

La majorité des personnes impactées par une situation de crise ou se trouvant dans une situation de grande vulnérabilité n’aura pas nécessairement besoin d’un soutien spécifique en santé mentale : Tous les groupes et les individus affectés détiennent des ressources propres.

Un des principes d’intervention clé est donc d’activer ces ressources afin de renforcer les résiliences et les capacités individuelles et communautaires, et de soutenir l’entraide.

Lorsque cela est possible, il est important d’accompagner la construction simultanée des capacités des individus, de la société civile et des institutions pour mettre en œuvre une réponse adaptée en SMPS.

La capacitation globale de tous les protagonistes de la société (individus, communautés et institutions) est centrale dans nos interventions.

Aller au-delà des principes humanitaires énoncés : les approches du soutien psychosocial

L’ensemble des organisations délivrant de l’assistance humanitaire s’est engagé à respecter les grands principes d’interventions humanitaires : impératif humanitaire, neutralité, impartialité, responsabilité, participation des populations affectées, respect de la culture, ne pas nuire.
Deux de ces principes sont particulièrement soulignés dans la stratégie santé mentale et psychosociale de MdM :

  • Ne pas nuire : Pour cela, l’association se doit de disposer des ressources nécessaires pour mettre en œuvre des interventions de qualité et s’attacher à renforcer les structures existantes plutôt que d’établir des structures parallèles ;
  • La participation et l’implication des personnes à tous les stades des projets sont primordiales dans nos interventions en termes de santé mentale et de soutien psychosocial. Elles se font notamment par le développement d’approches en santé communautaire qui visent le renforcement des capacités d’agir des individus et des communautés et se déclinent plus particulièrement en :
  • Systématisant la réalisation des diagnostics de SPMS contextuels prenant en compte l’analyse des éléments socio-culturels avant toute définition et mise en œuvre de projets ;
  • Bâtissant des stratégies d’intervention tenant compte des perspectives de long-terme même dans le cadre des actions d’urgence ; ceci est d’autant plus intéressant que l’organisation a les capacités d’intervenir en urgence et de s’inscrire en continuité dans des programmes de développement ;
  • Se dotant des moyens nécessaires à la mise en œuvre de programmes de qualité, notamment en ressources humaines nécessaires et formées ;
  • Se donnant les moyens d’évaluer les projets et leurs impacts.

 

 

 

© Alessio Romenzi