Somalie

© Jelle Boone

Somalie

2,6 millions

de déplacés internes en Somalie

1/12

des femmes meurent de causes en lien avec la grossesse

95 %

des femmes sont victimes de mutilations génitales féminines entre 4 et 11 ans

La situation en Somalie

L’instabilité politique, les conflits armés, l’insécurité et les conditions météorologiques irrégulières poussent les civils somaliens à quitter leurs foyers et à s’installer dans des villes et des villages déjà surpeuplés. Fuyant les combats en cours dans le sud du pays, de nombreux civils se réfugient  au nord, notamment dans la ville portuaire de Bosasso, au Nord-Puntland (État lui-même situé à l’extrême nord de la Somalie). Cette région est aussi un lieu de transit pour des milliers de migrants éthiopiens, somaliens et érythréens en route vers la péninsule arabique.

Depuis 2015, la ville de Bosasso est devenue le principal point de départ des migrants de la Corne de l’Afrique vers le Yémen, où la plupart des migrants séjournent dans des camps, a priori temporaires qui parfois deviennent semi-permanents, avant de tenter de traverser la mer d’Arabie. En raison du conflit yéménite, Bosasso a également vu la naissance d’une tendance bidirectionnelle : en plus des rapatriés de la région et autres ressortissants, les réfugiés yéménites font partis des flux inverses vers la Corne de l’Afrique. La ville compte ainsi 132 818 déplacés internes en 2018.

La Somalie possède un des taux de mortalité maternelle et infantile parmi les plus élevés au monde.

Pour des raisons culturelles mais aussi par manque d’infrastructures, les femmes somaliennes ont très difficilement accès aux soins. Le pays enregistre le taux de mortalité infantile le plus élevé au monde (85 décès pour 1000 naissances vivantes). Le taux de mortalité maternelle est également parmi les plus alarmants de la planète (732 pour 100000), alors que la plupart des décès maternels sont évitables. De fait, seul un tiers des grossesses sont suivies médicalement, 49% des naissances ont lieu à domicile, et moins de 14% des femmes ont recours au planning familial. Globalement, les femmes comme les hommes sont très peu sensibilisés à la santé sexuelle et reproductive, aux phénomènes de violence liée au genre et aux conséquences sanitaires dramatiques des mutilations génitales féminines.

© DR
© DR

Notre action en Somalie

Femmes & Enfants

Soigner les femmes et les enfants 

Médecins du Monde intervient à Bosasso depuis 2011 sur un programme de soins de santé primaire et de santé sexuelle et reproductive en faveur des déplacésinfo-icon internes, des migrants et des populations hôtes. Par l’intermédiaire d’un partenaire national, Integrated Services for Displaced Populations (ISDP), notre association humanitaire vient en appui au Ministère de la Santé à travers le soutien de huit structures publiques de santé, ainsi que de la maternité de l’hôpital général de Bosasso.

Médecins du Monde fournit un appui en médicaments essentiels et en équipements pour le bon fonctionnement des structures sanitaires. Nos équipes appuient également les professionnels de santé locaux sur les questions de santé sexuelle et reproductive et pour une prise en charge de qualité des violences liées au genre.

 

En janvier 2017, face à la crise nutritionnelle qui a impacté le pays, MdM a mis en place un programme d’appui au système de santé de Bosaso afin de renforcer la prise en charge nutritionnelle à destination des femmes et des enfants. Un équipe mobile supplémentaire a notamment été déployée et des activités de sensibilisations communautaires ont été mises en oeuvre auprès des communautés de la ville de Bosaso.

 

 

En 2018, dans le cadre des activités du programme, MdM a soutenu les autorités locales dans la réponse à l’urgence du choléra et nutritionnelle. Afin de faire face à la diarrhée aqueuse aigue, MdM a mis en place des activités de sensibilisation sanitaire, de renforcement du système de surveillance, de dépistage précoce et de prise en charge des cas. En matière nutritionnelle, les équipes ont mis l’accent sur le dépistage et le référencement précoce des cas de malnutrition, ainsi que l’éducation à la santé et aux pratiques familiales essentielles.

 

Bosasso
Bosasso

En 2018

Nous avons aidé :

  • 92 290 enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition et 369 159 enfants de plus de 5 ans

  • 18 458 femmes enceintes qui ont bénéficié de services complets de santé sexuelle et reproductive (soins prénatals, accouchements assistés, soins postnatals, planification familiale, ainsi que des service de VLG)

  • 101 519 femmes en âge de procréer

 

© DR
© DR

Votre soutien

Donner

60 € pour soigner 10 enfants souffrant de diarrhée

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.