Faire un don
90 €Prix journalier moyen de mise à l'abri d'un mineur non accompagné.
160 €Prise en charge de 40 enfants souffrant de malnutrition aigüe
200 €2 consultations pour prendre en charge des femmes victimes de violences en Ouganda
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

Enfant avant d'être migrant

Mineur isolé étranger © Sinawi Medine

Enfant avant d'être migrant

Alors que les assises nationales de la protection de l’enfance se déroulent à Nantes les 28 et 29 juin 2018, Médecins du Monde dénonce la situation des Mineurs Non Accompagnés (MNA), enfants et adolescents non reconnus mineurs dans toute la France et s’oppose formellement à la création d’un fichier biométrique national des MNA tel que voté cette semaine au sénat.

Des enfants et adolescents en danger

En 2017, plus de 1 400 MNA ont demandé protection au Conseil Départemental de Loire Atlantique. Seuls sur le territoire, dans un état de santé physique et psychique très dégradé et dans une situation de précarité extrême, ce sont des enfants et adolescents en danger qui relèvent à ce titre de la protection de l’enfance. A l’issue d’évaluations subjectives et aléatoires, parfois expéditives, parfois assorties d’examens médicolégaux d’évaluation d’âge sans fiabilité scientifique démontrée, la moitié d’entre eux ont été déclarés non mineurs et se sont retrouvés à la rue sans aucun accompagnement : c’est ainsi que l’on crée des enfants et adolescents des rues en France en 2018.

Ce sont des enfants et adolescents en danger qui relèvent à ce titre de la protection de l’enfance.

 

 

Ce sont ces jeunes non reconnus mineurs - qui n’en deviennent pas majeurs pour autant, qu’il est proposé de ficher suite à un vote du Sénat, afin de les empêcher de faire reconnaître leur minorité dans un autre département. Pourtant, les méthodes d’évaluations et le taux de reconnaissance de la minorité varient entre 10 et 100% selon les départements. Par ailleurs, près de la moitié des jeunes arrivent à faire reconnaître leur minorité devant la justice aux termes d’un long parcours.

 

Ficher des enfants

Entre contraintes budgétaires et bras de fer entre Etat et département sur la prise en charge des MNA, la proportion de ces jeunes exclus de la protection de l’enfance ne cesse d’augmenter. En cette période de repli sur soi et de montée de la xénophobie, les sénateurs sont allés jusqu’à voter la création d’un fichier national biométrique qui permettrait, s’il était mis en œuvre, un fichage de ces enfants et adolescents en danger.


Nous demandons :

  • La mise à l’abri inconditionnelle de tous ceux qui demandent protection.
  • Un examen de santé systématique et l’ouverture de droits à la sécurité sociale pour tous.
  • Une évaluation du danger et de l’isolement bienveillante et respectueuse de la présomption de minorité (et non une évaluation suspicieuse de la minorité).
  • Une protection et un statut pour ces jeunes le temps du recours.
  • L’interdiction des tests médicaux d’évaluation d’âge (tests osseux et/ou dentaires).
  • Le renoncement au projet de fichier national biométrique voté au Sénat.
  • Le renforcement des moyens alloués à la protection de l’enfance pour tous les enfants en danger, qu’ils soient français ou étrangers.

Médecins du Monde à Nantes

Le programme de MdM à Nantes d’accompagnement à la santé des MNA a accueilli 340 d’entre eux en 2017. Ni mineurs, ni majeurs, sans statut, ces jeunes se retrouvent dans une extrême précarité avec des conséquences graves sur leur santé. On ne peut pas être en bonne santé sans être sécurisé, avoir un toit sur la tête, pouvoir se nourrir convenablement, se laver, pouvoir prétendre à ses droits. 

Ni mineurs, ni majeurs, sans statut, ces jeunes se retrouvent dans une extrême précarité avec des conséquences graves sur leur santé.

Sans statut et sans autorisation possible d’un tuteur légal, ils rencontrent de nombreuses difficultés et obstacles pour accéder à des soins de santé, et ouvrir des droits à la sécurité sociale. Médecins du Monde œuvre à Nantes et ailleurs en France pour lever ces obstacles, nombreux, et leur permettre de se soigner. Leur parcours pour venir jusqu’à nous est de plus en plus long et traumatique, auquel se rajoutent les violences institutionnelles du non accueil en France. La santé psychique de ces adolescents devient une urgence de santé publique qui devrait tous nous mobiliser.

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.