Délégation Normandie - Rapport d'activités

Délégation Normandie - Rapport d'activités 2020

2020, année pandémique. Le 30 janvier, l’Organisation Mondiale de la Santé déclare la Covid-19 comme une urgence de santé publique de portée internationale. S’en suit une année de confinements, couvre-feu et autres mesures successives de gestion sanitaire qui a rappelé à tous que la santé publique était un bien commun et essentiel dont personne ne doit être exclu. Or la gestion de de la crise auprès des populations précaires a été marquée par des disparités fortes sur le territoire français et au sein d’une même région.

En Normandie, les temps de réactivité des institutions et les solutions déployées n’ont pas été les mêmes partout, mais Médecins du Monde (MdM) peut témoigner d’une large prise en considération des publics précaires là où l’association est implantée.


A Rouen, dès le début du premier confinement en mars, l’Agence Régionale de Santé a sollicité MdM pour aider à mettre en place avec les services hospitaliers du CHUinfo-icon (PASS) une Equipe sanitaire mobile, dispositif destiné à aller vers les publics précaires en rue pour les informer sur la Covid-19, les tester et les accompagner auprès des autres acteurs de prise en charge mis en place alors (accueil en centre de desserrement, etc.). Fort de cette expérience extrêmement positive, MdM demande depuis la pérennisation, dans le droit commun, d’un tel dispositif d’aller vers (type PASS mobile) qui a tant porté ses fruits pendant le 1er confinement mais qui s’est pourtant arrêté depuis.


A Caen, comme partout ailleurs, MdM a salué le maintien de l’hébergement durant et après l’état d’urgence sanitaire, mettant à l’abri des centaines de personnes en détresse. Un centre d’hébergement supplémentaire a même été mis en place à Tailleville pour abriter la soixantaine de jeunes exilés qui étaient alors en campement informel à Ouistreham. Ces mesures montrent les capacités d’agir de nos institutions quand la volonté est là et que les moyens sont mis.


Pour autant, la fin 2020 n’a pas été aussi positive, voyant nombre de ces dispositifs ne pas se pérenniser malgré le retour de l’état d’urgence sanitaire en octobre. Malgré tout, MdM porte beaucoup d’intérêt et d’espoir envers le Ségur de la Santé, notamment sa mesure 27 sur la réduction des inégalités sociales en santé. L’avenir nous dira si notre espoir trouvera récompense, en Normandie et partout en France. Il est en tout cas indispensable de ne pas revenir en arrière au vu des besoins immenses en termes de santé, de ses déterminants, et de l’accès aux droits, besoins qui ne vont faire qu’augmenter avec l’impact à long terme de la crise sanitaire.

Global loader