3 ans après la loi prostitution : quels constats pour les associations de terrain ?

La loi du 13 avril 2016 dite de « pénalisation des clients », a trois ans. Trois années de trop pour cette loi qui pénalise surtout les travailleuses-eurs du sexe et met en danger les personnes qu’elle prétendait protéger.

3 ans après la loi prostitution : quels constats pour les associations de terrain ?

Rapports
Au mois d’avril 2018, nous avons co-écrit un rapport sur les impacts de la loi du 13 Avril 2016 contre le « système prostitutionnel ».

Ce rapport était basé sur une enquête auprès des travailleuses et travailleurs du sexe en coopération avec onze associations, dont des associations communautaires et de prévention de santé qui opèrent dans différentes villes et départements de France. Dans cette enquête nous avons révélé que si, depuis la pénalisation des clients, les travailleuses et travailleurs du sexe continuent malgré tout d’exercer leur activité, leurs conditions de travail se sont fortement dégradées. Les effets de la loi se sont faits ressentir sur leur santé, leurs droits, leur sécurité et leurs conditions de vie en général. Au cours du mois de mars 2019, afin de poursuivre l’analyse et la documentation des conséquences de la loi d’avril 2016, nous avons réalisé un travail de consultation des associations.  Cette consultation a inclus, d’une part, les associations du comité de pilotage de l’enquête de 2018, et d’autre part, 3 associations hors comité de pilotage et agréées pour les parcours de sortie de prostitution.

Les évolutions concernant essentiellement la mise en place du parcours de sortie de prostitution, la première partie de l’article abordera ce sujet, avant de revenir, dans une seconde partie, sur les conditions de travail et de vie des travailleuses et travailleurs du sexe.