Récit Haiti : Sortir de la dépendance humanitaire

Rapports
L’agglomération de Port-au-Prince, la plus touchée par le séisme, c’est près de 3 millions d’habitants, le tiers de la population d’Haïti, entassé entre mornes et ravines, l’équivalent d’une ville comme Madrid ou Chicago.

Les données chiffrées du séisme haïtien du 12 janvier 2010 sont maintenant bien connues. Tellement connues qu’on les sert en rafale, en hors d’oeuvre et presque pour mémoire, dans tous les rapports sur Haïti depuis la date fatidique. Comme pour mieux les évacuer et vite parler d’autre chose. Comme si ce qu’elles nous disent du cauchemar haïtien était insupportable. De fait, c’est insupportable. Et ça l’était déjà avant le séisme. Ce travail n’élude pas les chiffres. Il tente de les apprivoiser, d’en extraire toute l’objectivité, de quitter un temps le seul registre de la compassion pour y revenir ensuite, plus averti, mieux au fait de ce qui se joue en Haïti, et en tirer quelques enseignements pour l’avenir, ici ou ailleurs

Global loader