Observatoire européen de l'accès aux soins - L'accès aux soins des personnes en situation irregulière

Observatoire européen de l'accès aux soins - L'accès aux soins des personnes en situation irregulière

Rapports de l'Observatoire
C’est en s’inspirant de ces textes qui sont tout à l’honneur de l’UE que les MDM en Europe ont choisi de porter leur attention sur les plus vulnérables des vulnérables aujourd’hui. Il s’agit aussi d’un public auprès duquel TOUS les MDM en Europe travaillent : ceux qui ne disposent pas au moment où nous les rencontrons d’un titre de séjour acceptable dans leur pays de résidence, les sans papiers.

L’Union Européenne regroupe aujourd’hui 27 pays Parmi eux, certains jouissent d’une prospérité ancienne, d’autres sortent de longues années de pauvreté et sont en pleine croissance. Si l’ensemble ainsi formé doit permettre de créer une zone de libre échange favorisant la richesse de tous, il doit, y compris dans cet objectif, lutter contre les poches de précarité et de misère encore trop présentes. Pour cela l’Union Européenne s’est dotée de quelques principes forts. Parmi ceux-ci, le refus de la peine de mort, le droit de tous à la meilleure santé possible, sont fondateurs. Au delà des déclarations d’intention, ils doivent devenir réalité. Or aujourd’hui, les populations les plus vulnérables, et surtout les plus pauvres de ce continent, non seulement vivent dans des conditions néfastes à leur santé, mais sont trop souvent exclues des soins élémentaires. Certes les systèmes de santé des différents pays de l’UE restent encore très disparates, ils ne sont pas tous actuellement en capacité d’offrir le même niveau de soins, mais c’est ce vers quoi l’UE doit tendre. Certes, l’organisation des systèmes de santé des pays membres n’est pas une prérogative européenne, mais la lutte contre les grandes endémies (VIH, tuberculose), et les périls sanitaires (grippe aviaire) en est une On ne peut négliger le fait que les personnes les plus précaires sont à la fois, les plus vulnérables aux épidémies, et les plus éloignées du système de soins. Oublier d’intégrer les populations les plus pauvres dans le processus d’amélioration des systèmes de santé serait une faute fondamentale en termes humain, de santé publique et financier. Parmi les plus pauvres, les plus exclus, les plus discriminés il y a les étrangers, et en particulier les personnes sans titre de séjour. C’est pour cette raison que nous avons souhaité au travers de l’enquête qui suit, examiner quel est leur accès aux soins dans plusieurs pays de l’UE, dans la théorie, comme dans la pratique. Tout l’honneur de l’Union Européenne, forte de ses valeurs, sera de leur donner la possibilité d’être des citoyens, des acteurs à part entière… Dans ce but, l’accès aux soins et à la santé est un préalable et un objectif incontournable. Comité de Pilotage Santé-Migrations du réseau international de Médecins du Monde : Dr. Michel Degueldre, président de Médecins du Monde Belgique, Dr.Teresa Gonzalez, présidente de Médecins du Monde Espagne, Dr. Françoise Jeanson, ancienne présidente de Médecins du Monde France, Dr. Eleftheria Parthenopoulou, présidente de Médecins du Monde Grèce.

 
 
Global loader