Pakistan

1 enfant sur 13

meurt avant son 5ème anniversaire

34 millions

de personnes vivent sous le seuil de pauvreté

14 000  

femmes meurent chaque année pendant l’accouchement

Face aux urgences, Médecins du monde mène divers programmes d'aide humanitaire. Découvrez nos actions et missions au Pakistan ci-dessous.

LA NECESSITE D’UNE AIDE HUMANITAIRE AU PAKISTAN

UN SYSTÈME DE SANTÉ TROP FRAGILE

  • Un manque de personnel et d’équipement

Le Pakistan, pays classé 152ème sur 189 selon l’Indice de Développement Humain (IDH), investit peu dans le secteur de la santé : seul 3,2 % de son PIB y est alloué. Le système de santé publique est extrêmement fragile.

L’offre de services de soins est insuffisante, le personnel médical qualifié manque tout comme les équipements et les médicaments essentiels.

C’est particulièrement vrai dans les zones rurales victimes de multiples crises, entre conflits armés et catastrophes naturelles. C’est le cas du Khyber-Pakhtunkhwa (KP), une ancienne région tribale, frontalière avec l’Afghanistan où se trouvaient, en 2020 près de 54% des 1,4 millions de réfugiés afghans selon le Haut Commissariat aux réfugiés.

Déjà très fragile et de faible qualité, le système de santé local fait difficilement face à l’afflux des populations déplacées et/ou réfugiées. Bien que la quasi-totalité des déplacés internes soient aujourd’hui réinstallés dans les ex-zones tribales, c’est pour se retrouver face à des infrastructures détruites ou endommagées et à un accès aux services de santé restreint.

SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE : UNE PROBLÉMATIQUE MAJEURE

  • Les victimes du manque d’accès aux soins

Les femmes et les enfants sont parmi les principales victimes des systèmes de santé fragiles. En cause, les soins de santé sexuelle et reproductive sont souvent les plus négligés. Trop de femmes meurent pendant leur grossesse ou en couches, d’hémorragies, d’infections diverses ou d’éclampsie (complication grave due à l’hypertension artérielle chez la femme enceinte).

Les femmes et les adolescents pakistanais rencontrent de nombreuses difficultés économiques, sociales et culturelles pour accéder à des soins complets de santé sexuelle et reproductive (SSR). Ils font face à des difficultés pour faire valoir leurs droits et leurs libertés en matière de choix et de maîtrise de leur corps, de leur sexualité et de leur vie familiale. Si des progrès peuvent être observés en zones urbaines, l’acceptation des DSSR reste limitée dans les zones rurales.

Au Khyber-Pakhtunkhwa, où le concept de planning familial est très peu compris et accepté par la communauté, les femmes multiplient les grossesses, avec l’un des taux de fertilité les plus élevés du pays. Dans cette région, seulement 1 femme sur 5 a recours à des méthodes contraceptives modernes.

De plus, les femmes n’ont pas la possibilité de se déplacer seules, elles doivent le plus souvent disposer de l’autorisation de leur mari ou de leur belle-mère pour se rendre dans les structures de santé où très peu de personnel médical féminin, en particulier des docteurs, sont déployés. En conséquence, 40 % des accouchements ne sont pas assistés par du personnel médical qualifié et encore trop d’enfants décèdent d’asphyxie à la naissance, de diarrhée ou de pneumonie dans leurs premières années.

  • Briser les tabous

Au Pendjab, la province la plus peuplée du Pakistan avec près de 110 millions d’habitants, les pratiques culturelles et religieuses, mais aussi le manque d’investissement public dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive fragilisent l’accès des jeunes filles et des femmes au planning familial.

Pourtant, c’est une problématique de santé publique et démographique majeure pour cette province. Ainsi, un quart de la population a entre 9 et 19 ans et 8 % des 15-19 ans sont déjà mères ou enceintes de leur premier enfant. Les besoins de conseils et de soins de santé sexuelle et reproductive sont donc immenses, alors que les travailleurs sociaux peinent à aborder ces sujets.

Ainsi, améliorer l’accès à des services de santé sexuelle et reproductive complets de qualité, y compris la planification familiale, représente un véritable défi pour le Pakistan.

© Lam Duc Hien

Notre action humanitaire au Pakistan

Depuis 2009, Médecins du Monde répond à l’urgence humanitaire au Pakistan (Khyber-Pakhtunkhwa) en soutenant les structures locales et en offrant des soins de santé primaires aux populations.

Notre aide médicale au Pakistan est la suivante : en plus des consultations de médecine générale et de santé sexuelle et reproductive, MdM a graduellement commencé à fournir des soins de base obstétricaux et de néonatalité en urgence 24 heures sur 24 dans 4 structures de santé, dès 2018.

Par ailleurs, Depuis le début de la pandémie de COVID-19 en 2020, les équipes de Médecins du Monde ont développé une réponse adaptée, y compris dans les ex-zones tribales habituellement difficiles d’accès pour l’intervention humanitaire.

L’URGENCE HUMANITAIRE AU PAKISTAN MALGRÉ L’EPIDÉMIE DE COVID-19

Le personnel de santé mobilisé par MdM et celui du ministère de la Santé de la province a été formé à la prévention et au contrôle des infections, aux gestes barrières et aux bonnes pratiques d’hygiène pour assurer l’accès aux soins malgré le COVID-19.

MdM a également fourni des équipements de protection individuelle, tels que des masques chirurgicaux et des gants, aux autorités sanitaires pour équiper les centres de santé de la région, et a installé une dizaine de postes de lavage des mains.

Ainsi, 9 centres de santé ont été soutenus par MdM afin de leur permettre de continuer à fournir des services de santé dans un environnement sûr pour le personnel et pour les patients : 5 centres dans les ex-zones tribales et 4 centres au KP, ces derniers ayant continué à fournir des soins de base obstétricaux et de néonatalité d’urgence 24 heures sur 24.

Les restrictions et les limitations de mouvements imposées par les autorités pour freiner l’épidémie ont aussi amené MdM à stopper ses campagnes d’aller-vers, c’est-à-dire les sessions de sensibilisation et d’éducation à la santé habituellement organisées au sein des communautés. Néanmoins, Médecins du Monde a développé une vaste campagne d’information et de prévention au COVID-19, via la distribution de dépliants, les médias ou encore les panneaux d’affichage dans la région.

En 2020

Médecins du Monde a  :

  • fourni des soins de base obstétricaux et de néonatalité en urgence gratuits à 20 734 femmes
  • réalisé 2 755 accouchements sécurisés
  • dispensé 6 163 consultations de soins prénataux
  • sensibilisé 97 745 personnes au COVID-19 et aux gestes barrières
  • formé 89 membres du personnel médical à la prévention et au contrôle des infections
  • distribué 1 700 kits d’équipement personnel de protection aux autorités sanitaires
Historique
  • Circle svg
    2004
    Début de l’intervention dans les Dar-ul-Amans.
  • Circle svg
    2009
    35 Dar-ul-Amans sont ouverts dans le pays.
  • Circle svg
    2009
    Début de l’intervention auprès des victimes du conflit dans le KPK.
  • Circle svg
    2015
    Fin de l’intervention dans les Dar-ul-Amans, pris en charge par le département des Affaires sociales.
  • Circle svg
    2015
    Lancement d’un projet SSR dans les centres d’adolescents de Lahore.
  • Circle svg
    2017
    Ouverture d’un nouveau projet centré sur le planning familial à Chiniot – Pendjab.