Une crise frappe l’hôpital public et elle nous concerne toutes et tous

© Loïc Venance

Une crise frappe l’hôpital public et elle nous concerne toutes et tous

L'essentiel

L’hôpital est le seul lieu d’accueil et de soins ouvert à tous 24 heures sur 24, 365 jours par an. Il reçoit 95 % de malades suivis pour des pathologies chroniques, des maladies orphelines, un handicap, des maladies psychiatriques et des polytraumatisés. Il est aussi, pour beaucoup d’entre nous vivant dans des déserts médicaux ou porteurs d’un handicap, le seul lieu de prise en charge possible.

> Lire la tribune sur le site de Libération <

 

La crise des urgences a mis en lumière la dégradation de la situation hospitalière qui s’opère depuis des décennies. Ce n’est que la partie émergée des problèmes qui touchent tout le secteur hospitalier et le menacent à très court terme. Les sous-effectifs persistants dans les services, le manque de lits, dits « d’aval », pour les patients devant être hospitalisés à la sortie des urgences, la sous-rémunération des paramédicaux ont pour conséquences des démissions ou des arrêts maladies des personnels soignants, toutes professions confondues, et une surcharge de travail concomitante. Pour les patients, l’accueil est maintenant souvent dégradé et, parfois, des dysfonctionnements importants ont lieu remettant en cause la qualité de la prise en charge. L’accueil des malades dans l’isolement familial ou social est devenu défaillant.

 

 

Le plan Investir pour l’hôpital, présenté par le gouvernement le 20 novembre, est bien loin de répondre aux besoins humains et matériels qui se présentent à nous ainsi qu’au défi plus que pressant de refondation de l’hôpital public. La reprise d’un tiers de la dette va bien permettre de dégager des fonds mais le plan ne propose pas un véritable changement du modèle. Dès lors, dès demain, faute de rénovation, le déficit se renouvellera. L’hôpital se verra une nouvelle fois forcé de déployer des mesures d’économies. Depuis dix ans, plus de 8 milliards ont été économisés mais cette économie s’est faite au détriment des problématiques d’effectif du personnel et de la qualité et de la sécurité des soins. Sans changer les modalités de financement fondées sur la tarification à l’activité, les établissements continueront à privilégier principalement les activités d’hospitalisation dites « rémunératrices »....

 

> Lire la suite de la tribune sur le site de Libération <

Liste des organisations signataires

Association française des hémophiles (AFH) ; A chacun son Everest ;
Association des diabétiques d’Ille-et-Vilaine (AFDinfo-icon 35) ; APF France handicap ; Inter-LGBTinfo-icon ;
Aidesinfo-icon ; Médecins du monde ; Association Laurette-Fugain ; les ActupienNEs ;
les Petits Bonheurs ; Petits Frères des pauvres (collectif des RUs) ;
Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques
(Unafam) ; Association des personnes concernées par le tremblement essentiel (Aptes) ;
Aide aux jeunes diabétiques ; Alis ;
APPF ; Union nationale des associations de parents d’enfants atteints de cancer
ou leucémie (Unapecle) ; Association française de la fièvre méditerranéenne familiale (AFFMF) ;
Association francophone contre la polychondrite chronique atrophiante (AFPCA) ; Afso ;
Argos 2001 ; Association des Poic ; CLCV ; Comede ; Sidaction ; Crac ;
Fédération des acteurs de la solidarité ; AFMAH ; France vascularites ; Génération 13 ;
Keratocone ; Kourir ; la Vie par un fil ; les Poids plumes France ; Maman Blues ;
Polyposes familiales ; Tanguy Moya Moya ; UFCS-Familles rurales ; Association E3M ;
CRMR Raise Lyon ; CRMR Paris ; Unité immunologie hématologie et rhumatologie pédiatrique.