Les Roses d’Acier déposent une pétition au Ministère des Droits des Femmes

Les Roses d’Acier déposent une pétition au Ministère des Droits des Femmes

Cette pétition a été signée par 240 travailleuses du sexe qui s’opposent à la pénalisation de leur activité.

Une délégation de travailleuses du sexe chinoises, rassemblées au sein de l’association Les Roses d’Acier, sera reçue ce jour par le cabinet de Pascale Boistard, Secrétaire d’Etat des Droits des Femmes, où elles déposeront une pétition, signée par 240 de leurs consœurs, contre la pénalisation de la prostitution.

 

Les Roses d’Acier, est une association crée en 2014 par et pour les travailleuses du sexe chinoises. Elle a pour objectif d’améliorer les conditions de vie et de travail des travailleuses du sexe chinoises en France, de lutter pour la reconnaissance de leurs droits humains fondamentaux, de favoriser leur intégration dans la société et de faire entendre la parole de leur communauté.

Le 30 et 31 mars le Sénat sera amené à débattre et voter une proposition de loi concernant la prostitution. Les Sénateurs devront notamment se prononcer sur l’abrogation du délit de racolage et sur l’éventuelle pénalisation des clients.

Les Roses d’Acier dénoncent la pénalisation des clients qui rendra leur conditions de travail plus précaires et dangereuses, et favorisera l’émergence d’une prostitution plus clandestine qui exposera davantage les travailleuses du sexe à l’exploitation et à la violence. Elles exigent également l’abrogation du délit de racolage au titre duquel les travailleuses du sexe migrantes sont quotidiennement pourchassées. Cette répression constante pousse de nombreuses personnes à sacrifier leur sécurité afin d’échapper à la Police.

« La prostitution, c’est le seul moyen légal que nous avons de gagner notre vie, de subvenir à nos besoins et aux besoins de nos enfants » explique Aiying, présidente de l’association, « L’Etat souhaite nous aider, mais en nous pénalisant ils ne font que nous enfoncer un peu plus. Ce que nous demandons c’est la reconnaissance de nos droits et des conditions de travail dignes et sécurisants ».

Les Roses d’Acier demandent au Secrétaire d’Etat des Droits des Femmes de relayer leur parole et de rejeter toute pénalisation des travailleuses du sexe ou de leurs clients. Il est primordial que la parole des premières concernées soit entendue, et elles demandent aux décideurs de se souvenir des paroles de Nelson Mandela : « Ce qui est fait pour nous, que d’autres ont décidé à notre place, est en réalité contre nous ».

Les Roses d’Acier participeront à une manifestation inter associative contre la pénalisation du travail sexuel le 28 mars à 14h – Départ Métro Pigalle.