La santé n'est pas un luxe - une couverture maladie pour tous

La santé n'est pas un luxe - une couverture maladie pour tous

La santé n’a pas de prix mais elle a un coût. Et un coût de plus en plus difficile à surmonter pour les plus vulnérables que ce soit dans les pays dits riches, ou dans les pays les moins développés.

La santé n’a pas de prix mais elle a un coût. Et un coût de plus en plus difficile à surmonter pour les plus vulnérables que ce soit dans les pays dits riches, ou dans les pays les moins développés. Pour des millions d’individus à travers le monde, l’obligation de payer pour accéder aux soins représente une barrière financière infranchissable et une des principales causes d’appauvrissement.

mdm/7avril/video_7avril.zip

Et un coût de plus en plus difficile à surmonter pour les plus vulnérables que ce soit dans les pays dits riches, ou dans les pays les moins développés. Pour des millions d’individus à travers le monde, l’obligation de payer pour accéder aux soins représente une barrière financière infranchissable et une des principales causes d’appauvrissement.

Chaque année, plus de 100 millions d’individus basculent dans la pauvreté suite à des dépenses de santé trop lourdes (chiffres OMS). Cette réalité s’exprime avant tout dans les pays à faible revenu. En Afrique sub-saharienne, moins de 10% de la population bénéficie d’une couverture maladie.

Mais le défi de la couverture maladie universelle résonne également dans les pays développés. En France, les réformes engagées ces dernières années dans le domaine de l’assurance maladie (franchise médicale, déremboursements de certains médicaments, offensive contre l’aide médicale d’Etat -AME- qui devient désormais payante…) ne font qu’accroître les difficultés financières auxquelles se heurtent les personnes défavorisées pour se faire soigner.

“Des limousines comme ambulances”

Face à cette aggravation des inégalités en santé, le 7 avril, Médecins du Monde s’installe au centre de Paris, place du Palais Royal, entre le Louvre et le Conseil d’Etat, pour réaffirmer que la santé n’est pas et ne doit pas être un produit de luxe.

Limousines-ambulances pour transporter brancards et médecins, vitrines blindées pour présenter des médicaments, des stéthoscopes, des vaccins et des “cartes vitales Gold”, devenus désormais objets précieux et protégés.

Tous les codes du luxe et de l’exclusivité sont utilisés pour une mise en scène peut être provocante, mais surtout réaliste au regard de la situation sanitaire des plus pauvres.

"La santé est un droit universel avant d’être un marché guidé par la rentabilité à court terme."

Dr Olivier Bernard, président de Médecins du Monde

Un message simple pour le G20 de 2011 présidé par la France

Sortis des limousines transformées en ambulances, les médecins militants de MdM portent lettre après lettre, un message simple à l’attention des membres du G20 qui se déroulera à Cannes en 2011 : “La santé n’est pas un luxe”.

Alors que la promotion d’un socle universel de protection sociale est à l’agenda de ce G20 présidé par la France, il est crucial que l’accès pour tous à une couverture du risque maladie prenne toute sa place dans le débat et qu’il en ressorte des engagements forts en faveur de l’accès aux services de santé essentiels.

 
Global loader