Palestine : le "plan du siècle" piétine le droit international

© Olivier Papegnies

Palestine : le "plan du siècle" piétine le droit international

Médecins du Monde appelle la France et la communauté internationale à rejeter le plan unilatéral de l’administration américaine reconnaissant l’annexion israélienne de pans entiers du territoire palestinien. Il est de la responsabilité des Etats de faire respecter le droit international et de garantir les droits fondamentaux des Palestiniens. 

Présente en Palestine depuis de nombreuses années, Médecins du Monde fournit un appui direct aux communautés et aux structures de santé palestiniennes. Notre association humanitaire témoigne, aussi, des effets désastreux de l’expansion de la colonisation israélienne sur les Palestiniens et des violences multiples à leur égard en Cisjordanie : attaques de colons et de soldats israéliens perpétrées en toute impunité et les problèmes de santé mentale et les troubles psychosociaux qui en découlent. À Gaza, MdM répond aux besoins sanitaires cruciaux d’une enclave sous blocus depuis bientôt 13 ans.

 

 

Le "plan du siècle" prévoit l'annexion d'une partie des territoires palestiniens occupés

« Le « plan du siècle » de l’administration Trump viole le droit international et piétine les droits fondamentaux des Palestiniens. Ce plan prévoit, en effet, l’annexion d’une partie des territoires occupés, soit une acquisition par la force de 15 % de la surface originelle de la Palestine, légalisant de ce fait les colonies israéliennes implantées à l’encontre du droit international. S’il devait être mis en œuvre, outre les violations caractérisées du droit international, le plan de l’administration américaine conduirait à un accroissement de la précarité des conditions de vie des Palestiniens ; à des déplacements forcés de populations ; à une remise en cause du droit à l’autodétermination et ainsi d’une disparition pure et simple de la perspective d’un Etat de Palestine tel que préconisé par les résolutions de l’ONUinfo-icon; à une fragmentation accrue du territoire qui aggraverait la liberté de mouvement déjà mise à mal entre la Cisjordanie, Jérusalem et Gaza et à déstabiliser la zone. Nous craignons, aussi, que l’assistance humanitaire, que nous apportons sur place, soit rendue plus difficile », déclare Philippe de Botton, président de Médecins du Monde France.

 

 

Respecter le droit international

Tout plan de Paix doit respecter les dispositions du droit international, ce qui n’est pas le cas de celui-ci qui n’a de Paix que le nom. Il contribue, au contraire, au renforcement du déséquilibre des acteurs en présence et risque de rendre impossible la perspective d’un règlement du conflit.

Faire respecter le droit international et stopper cette initiative unilatérale susceptible d’aggraver la situation d’un territoire qui ne cesse de voir rabotés sa superficie et les droits les plus élémentaires de sa population depuis des décennies.

« Médecins du Monde en appelle à la responsabilité de la communauté internationale, et en premier lieu à la France pour faire respecter le droit international et pour stopper cette initiative unilatérale susceptible d’aggraver la situation d’un territoire qui ne cesse de voir rabotés sa superficie et les droits les plus élémentaires de sa population depuis des décennies. Les Etats doivent prendre les mesures nécessaires, y compris légales, pour stopper l’annexion et la dégradation des conditions de vie des Palestiniens qui n’a que trop duré », ajoute Philippe de Botton.

Votre soutien
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

 
Global loader