Faire un don

Enquête Disclose : la vérité sur les ventes d'armes au Yémen

La vérité sur les ventes d'armes au Yémen - ©Reuters

Enquête Disclose : la vérité sur les ventes d'armes au Yémen

Après la publication dans la presse aujourd'hui de documents confidentiels du renseignement militaire français listant, aux fins d'information du pouvoir exécutif, les armes françaises impliquées dans la guerre au Yémen, dix ONGinfo-icon humanitaires et de défense des droits humains appellent la France à cesser immédiatement ses transferts d'armes à destination de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Il est temps que le gouvernement français cesse de faire passer les intérêts économiques avant les vies de civils et le respect de ses engagements internationaux. 

Des preuves accablantes

L’enquête du site d'information Disclose, en partenariat avec Arte, Konbini, Mediapart, Radio France, et The Intercept apporte deux enseignements.

 

D’abord, c’est la première fois qu’une source officielle, le renseignement militaire français, confirme ce que les ONGinfo-icon mettent en lumière depuis des mois (notamment l'ACAT, Amnesty International, la FIDH et l'Observatoire des armements) : les équipements militaires français achetés par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont engagés dans la guerre au Yémen, avec un risque élevé de leur utilisation dans des attaques illégales contre des populations civiles.

 

 

Ensuite, les informations transmises aux autorités par la direction du renseignement militaire contredisent la version officielle de la ministre des Armées Florence Parly et du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, reprise par Emmanuel Macron, selon laquelle il n'y a aucun risque que les équipements militaires français soient utilisées contre des populations civiles au Yémen puisqu’ils ne seraient utilisés qu’à des fins défensives. Le document révélé par Disclose démontre que les autorités françaises n'ont aucune certitude sur l'utilisation qui est faite des armes françaises, contrairement aux assurances maintes fois fournies.  

 

Les enfants sont les premières victimes de ce conflit © AFP
Les enfants sont les premières victimes de ce conflit © AFP

Mettre fin aux ventes d'armes françaises dans la guerre au Yémen

Afin de garantir que la France cesse de se rendre complice de crimes de guerre au Yémen, les ONGinfo-icon demandent solennellement au Président de la République et au gouvernement de:

  • Stopper immédiatement les transferts d'armements à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis ;
  • Améliorer de façon décisive la transparence relative aux ventes d'armes, notamment en établissant un véritable contrôle parlementaire des exportations, comme le souhaitent 72% des Français selon un récent sondage YouGov.

 

Par ailleurs, les 10 ONGinfo-icon demandent aux parlementaires français de mettre en place de toute urgence une commission d’enquête parlementaire sur le respect par la France de ses engagements internationaux dans le cadre du conflit au Yémen, notamment le traité sur le commerce des armes et la position commune de l’Union européenne.

Les ONGinfo-icon demandent la mise en place d'une commission d’enquête parlementaire sur le respect par la France de ses engagements internationaux.

« Avec cette enquête, nous avons la preuve irréfutable de la complicité de l’État français dans l’alimentation de ce conflit qui dure depuis 4 ans. Une responsabilité dénoncée à maintes reprises par Médecins du Monde et l’ensemble des ONGinfo-icon humanitaires et des droits de l’Homme alors même que la France est signataire du Traité sur le commerce des armes. Face à la situation humanitaire dramatique vécue par la population yéménite, la France ne peut continuer à nier son implication et doit stopper immédiatement ses ventes d’armes. »
-
Dr. Philippe de Botton, président de Médecins du Monde

Liste des organisations signataires

ACAT

Amnesty International France

CARE France

FIDH

Handicap International

Human Rights Watch

Médecins du Monde

Observatoire des armements

Oxfam France

SumOfUs

Votre soutien
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.