Palestine : usage excessif de la force contre des civils à Gaza

Médecins du Monde France, Espagne et Suisse, présentes en Palestine, expriment leur plus grande inquiétude concernant la violence utilisée par le gouvernement israélien en réponse aux manifestations de civils palestiniens près de la clôture de séparation entre Israël et Gaza.

Les manifestations pour le droit au retour sévèrement réprimées

En six vendredis, l’armée israélienne a tué 45 Palestiniens, dont quatre enfants, et blessé plus de 7 930 civils manifestant pour leur droit au retour. De plus, selon l’OMSinfo-icon, plus de 99 agents de santé ont été blessés et 18 ambulances endommagées suite à la réponse violente d’Israël.

Jusqu’à présent, les hôpitaux gazaouis ont pris en charge 4 045 blessés graves, dont 18 % de mineurs. Moins de la moitié des patients dont l’état de santé nécessitait un transfert vers des hôpitaux hors de Gaza ont obtenu l’autorisation de sortie nécessaire de la part d’Israël. Le nombre élevé de cas d’urgence dépasse les capacités des hôpitaux, des milliers d’interventions chirurgicales non urgentes ont dû être mises en attente.

L’usage excessif de la force contre les manifestant palestiniens à Gaza constitue une violation du droit à la vie, à la santé et à la liberté de réunion.

À ce jour, 2 178 civils ont été gravement blessés par des tirs à balles réelles, touchant majoritairement les membres inférieurs et provoquant des lésions orthopédiques et vasculaires handicapantes.

 

 

Un blocus qui asphyxie Gaza

Cette crise vient s’ajouter à une situation difficile qui dure. Depuis plus de 11 ans, le gouvernement israélien impose à Gaza un blocus militaire sévère par voies terrestre, aérienne et maritime. Qualifiée de violation du droit international humanitaire, cette punition collective entraîne des conséquences désastreuses sur la vie quotidienne de millions de Palestiniens.

 

 

La disponibilité des marchandises en est l’aspect le plus visible et les conséquences de ce blocus touchent l’ensemble de la Bande de Gaza. Les services de santé se trouvent confrontés à un nombre croissant de difficultés :

  • La pollution de l’eau et le manque d’eau potable représentent un risque à très brève échéance de maladies hydriques.
  • Presque la moitié des médicaments essentiels et équipements jetables sont en rupture de stock permanente.
  • Les coupures de courant réduisent la fourniture d’électricité à quatre heures par jour, compromettant la qualité et les services fournis par les centres de santé primaire et les hôpitaux.

 

Qualifiée de violation du droit international humanitaire, cette punition collective entraîne des conséquences désastreuses sur la vie quotidienne de millions de Palestiniens.

Médecins du Monde à Gaza

Présentes à Gaza depuis plus de 16 ans, les équipes médicales de MdM travaillent en collaboration avec des bénévoles, le personnel des centres de santé primaire et les services d’urgence de six hôpitaux afin d’améliorer la préparation aux situations d’urgence et de pratiquer des actes chirurgicaux d’orthopédie pédiatrique.

Médecins du Monde France, Médecins du Monde Espagne et Médecins du Monde Suisse, toutes trois présentes en Palestine, condamnent l’usage excessif de la force exercé par Israël sur le personnel de santé et les civils manifestant dans la bande de Gaza depuis le 30 mars. Nous nous joignons à l’appel international pour qu’une enquête indépendante soit menée sur chaque incident.

 

 

MdM appellent au respect absolu du droit à la santé, notamment en éliminant tout obstacle à l’accès aux services de santé dans et en dehors de la Bande de Gaza.

Enfin, les équipes MdM exhortent l’Union européenne à prendre des mesures concrètes afin que soit appliquée la résolution 2018/2663(RSP) du Parlement européen appelant à la levée immédiate et sans condition du blocage et de la fermeture de la bande de Gaza.

Votre soutien
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

 
Global loader