Palestine : une coalition de plusieurs ONG appelle à la fin de l'occupation

© Olivier Papegnies

Palestine : une coalition de plusieurs ONG appelle à la fin de l'occupation

Un nouveau rapport de l’Association des agences internationales de développement (AIDA), une coalition de plus de 70 ONGinfo-icon internationales travaillant dans le Territoire palestinien occupé (TPO), décrit la triste réalité de la vie sous occupation. Ce rapport, intitulé "50 ans d’occupation : dépossession, privation et dé-développement", dépeint les difficultés qui frappent depuis des décennies les perspectives économiques et les droits humains des Palestiniens.

Désespoir

Le rapport démontre également que les accords d’Oslo des années 90 n’ont jamais été entièrement appliqués, plongeant ainsi les Palestiniens dans un profond désespoir. 25 ans après les premiers accords d’Oslo, le TPO est encore plus fragmenté et l’occupation, plus enracinée. Quant au nombre de colons présents en Cisjordanie, il a plus que doublé.

« Tous les jours, nous voyons à quel point la vie est difficile pour les Palestiniens en territoire occupé. Ils souffrent de pauvreté et de chômage, d’une liberté de mouvement limitée et d’un accès restreint aux services essentiels. Cela est dû à la politique israélienne, ainsi qu’à leur exploitation de l’eau, de la terre et des autres ressources naturelles », déclare William Bell, Chargé de politique et de plaidoyer au Moyen-Orient pour Christian Aid.

Tous les jours, nous voyons à quel point la vie est difficile pour les Palestiniens en territoire occupé.

 

Rapport
50 ans d'occupation (en anglais)

 

les Consequences de 50 ans d'occupation

50 ans d’occupation israélienne ont eu des répercussions économiques dévastatrices pour les Palestiniens du TPO. Les violations constantes et généralisées du droit international par Israël ont non seulement asphyxié l’économie palestinienne, mais ont généré des besoins humanitaires croissants tout en nuisant à la protection des Palestiniens.

Dans la zone C de la Cisjordanie et à Jérusalem-Est, les communautés courent le risque d’un déplacement forcé en raison de l’expansion constante de la colonisation, de la démolition de maisons, infrastructures et moyens de subsistance, ainsi qu’une politique d’aménagement illégitime qui rend l’obtention de permis de construire impossible pour les Palestiniens. À Gaza, dix années de blocus ont paralysé l’accès aux soins et aux autres services essentiels, retardé le développement économique et augmenté la dépendance à l’aide humanitaire.

 

 

« Bien que cela aggrave les besoins en matière de santé, la politique israélienne fait entrave à la construction et au développement des infrastructures médicales ainsi qu’au développement économique du personnel soignant. Tandis que les services de santé perdent du terrain, de plus en plus de Palestiniens ont besoin de se déplacer pour être pris en charge. Mais nombreux sont ceux qui sont bloqués par les autorités israëliennes, ce qui provoque un nombre de plus en plus important de décès parmi les patients », déclare Aimee Shalan, Directrice générale de Medical Aid for Palestinians.

Bien que cela aggrave les besoins en matière de santé, la politique israélienne fait entrave à la construction et au développement des infrastructures médicales.

Par ce rapport, AIDA entend attirer l’attention sur le piège de la dépendance économique dans lequel est tombé l’économie palestinienne, sur les besoins humanitaires de plus en plus graves rencontrés dans le TPO, et sur les fréquentes violations du droit humanitaire par Israël. Les États-tiers sont appelés à réfléchir à une solution pour mettre fin à l’occupation.

« La seule solution pour améliorer de manière significative la vie des Palestiniens dans le TPO est de mettre fin aux 50 ans d’occupation des Palestiniens dans le TPO par Israël », affirme Chris Eijkemans, Directeur pays d’Oxfam.

Votre soutien
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

 
Global loader