Grande maraude solidaire à Briançon pour dénoncer a répression dont sont victimes les personnes qui portent assistance aux populations exilées

Situation des personnes exilées à Briançon : les associations et solidaires en première ligne

Depuis une semaine, face à une politique démissionnaire à l’encontre des personnes en exil, associations et citoyens solidaires luttent pour continuer à leur assurer un accueil digne.

La gare de Briançon comme seul refuge

Suite à la mise en suspend de l'accueil au sein du Refuge Solidaire pour des raisons de moyens, 250 personnes exilées ont trouvé refuge à la gare de Briançon dans l'attente de la poursuite de leur route. Dans le même temps, et comme nous le faisons depuis des mois, nous, associations engagées auprès des personnes exilées, avons demandé à l’État de prendre ses responsabilités en mettant en place un système d'accueil digne et complémentaire de ce refuge solidaire. Notre demande est encore restée sans réponse.

Pallier les manquements de l’État

Face à cette situation, l'évêque de Gap a généreusement ouvert la paroisse Sainte Catherine pour mettre provisoirement à l'abri les exilés. Toujours en attente de solutions pérennes, et sans nouvelle des pouvoirs publics, le samedi 30 octobre, une tentative de mise à l'abri d'urgence dans l'ancien centre de vaccination du Prorel a échoué au vue du dispositif policier massif en place. De retour à l'église Sainte Catherine, les solidaires de Briançon se sont donc organisés en urgence dimanche pour installer des tentes afin d'accueillir les personnes exilées.

 

Une crise humanitaire qui ne cesse de s'aggraver

Des enfants qui viennent de passer la frontière avec l'Italie sont également recueillis par Médecins du Monde © Eric Franceschi
Des enfants qui viennent de passer la frontière avec l'Italie sont également recueillis par Médecins du Monde © Eric Franceschi

La situation sur place est dramatique. Les conditions climatiques sont rudes, neige et pluie, nuits aux températures négatives. La seule réponse de l’État à ce jour : renforcement massif de la militarisation à la frontière rendant la traversée dans les montagnes extrêmement dangereuse (courses poursuite en terrain montagneux). Ce lundi, une des conséquences tragiques fût la séparation de deux femmes enceintes, transférées à l'hôpital de Briançon, de leurs enfants et conjoints, eux-mêmes refoulés en Italie. Hier encore, plus de 50 personnes sont arrivées dans la nuit pour trouver refuge à la salle paroissiale et sous les barnums installés en urgence.

Nos 4 revendications pour un accueil digne

Depuis 8 jours, la préfecture suspend également les tests Covid-19 permettant aux exilés de poursuivre leur route. Une décision impensable en période de crise sanitaire et incohérente en termes de santé publique. A ce jour, nous, associations, solidaires et citoyens, épuisés, assurons seuls la responsabilité de mise en sécurité, d'accueil et d'hébergement et d’accompagnement en santé des exilés.

Nous réitérons notre demande auprès des pouvoirs publics pour :

  • Un véritable espace de dialogue et de concertation entre les associations, citoyens et personnes concernées
  • La mise en place d’un système d'accueil d'urgence digne en complément du refuge solidaire
  • La reprise quotidienne des tests Covid-19
  • Un accès facilité aux moyens de transports.

 

 

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Global loader