Une gestion absurde

© Reuters

Une gestion absurde

Le centre de premier accueil (CPA), ouvert en novembre 2016 à Paris, connaît actuellement des dysfonctionnements majeurs. Médecins du Monde s’inquiète du manque d’anticipation des pouvoirs publics et demande aux autorités compétentes des réponses concrètes pour mettre fin à cette situation intenable pour les migrants et les intervenants.

Une montée des violences

Depuis quelques jours, le nombre de personnes « bloquées » aux abords du centre repart à la hausse, exacerbant les tensions. Les violences entre personnes en attente de prise en charge deviennent quasi quotidiennes. Si un drame a pu être évité jusqu’à présent, des incidents majeurs sont à craindre sans une prise en charge urgente des personnes.


La situation n’est plus maîtrisée du fait de la saturation de l’ensemble des dispositifs en Ile-de-France.


90% des personnes accueillies au sein du CPA relèvent de la Convention de Dublin, dénoncée par MdM depuis toujours. Elle implique une réadmission des migrants dans le pays européen dans lequel ils ont été enregistrés à leur entrée dans l’espace Schengen.

 

 

Des centres d'hébergement saturés

Dans l’attente, le gouvernement français exige qu’ils soient orientés uniquement vers des centres d’hébergement d’urgence (CHUinfo-icon) franciliens, désormais saturés. « Les personnes relevant de la convention de Dublin devraient être orientées en province vers des centres d’accueil et d’orientation (CAO) qui sont disponibles. Pourtant cette solution n’est étrangement pas actée par le Ministère de l’intérieur et son administration » déclare Yannick Le Bihan, Directeur des Opérations France de Médecins du Monde.

Dès lors, le CPA est saturé et n’est plus en capacité d’accueillir de nouvelles personnes. L’objectif de mise à l’abri des personnes en exil est compromis, impactant gravement le fonctionnement du centre et des dispositifs franciliens.

 

Le Centre de Premier Accueil est saturé et n’est plus en capacité d’accueillir de nouvelles personnes.


« Il est impératif d’anticiper et de positionner l’effort de la communauté nationale pour orienter ces personnes dans des conditions dignes de la France en matière de respect des droits humains » conclut Yannick Le Bihan.


Médecins du Monde demande au Ministère de l’Intérieur de respecter ses engagements et de reconsidérer urgemment sa gestion de l’accueil des migrants. Des réponses adaptées et une orientation sur l’ensemble du territoire doivent être proposées aux personnes en situation d’exil.

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.