Comme Maria Helena, beaucoup d’élèves souhaitent désormais se tourner vers l’avenir

Maria Helena, 15 ans, étudiante à Cabintan, manifeste sa chance d’avoir pu, contrairement à de nombreux écoliers, retourner rapidement sur les bancs de l’école.

 

« Je suis lycéenne à l’école de Cabintan, sur l’île de Leyte. Je reste positive car aucun membre de ma famille n’a été blessé par le typhon. Lors de son passage, nous nous sommes réfugiés dans une pièce de l’hôpital d’Ospa, avec d’autres personnes de ma classe. C’est la première fois que nous affrontions un typhon dans ce canton.

Nous n’étions pas vraiment conscients de son ampleur, c’est pourquoi nous n’avons même pas prévu de prendre des affaires avec nous lorsque nous avons quitté la maison. Depuis le passage du typhon, la vie a un peu changé : les élèvent ne vont plus à l’école tous les jours, ils aident leurs parents à réparer la maison. Mon père est charpentier, du coup notre maison a été très vite réparée, ce qui me permet d’aller à l’école tous les jours. »

Global loader