Vietnam : un modèle de soins basé sur les pairs

©Lahcene Abib

Vietnam : un modèle de soins basé sur les pairs

Depuis 2015, Médecins du Monde et ses 3 partenaires vietnamiens – SCDI, Hanoï Medical University et VNPUD – mènent un programme de réduction des risques pour promouvoir l’accès aux tests, aux diagnostics et aux traitements de l’Hépatiteinfo-icon C auprès des usagers de drogues à Hanoï. Les objectifs principaux du projet étant atteints, nous avons engagé son transfert auprès autorités publiques du pays et des partenaires locaux..

Des difficultés d'accès au traitement

Bien que l’Organisation mondiale de la Santé reconnaisse que la prévalence de l’hépatite C au Vietnam est faible au regard de l’ensemble de la population, elle admet qu'elle touche particulièrement les personnes usagères de drogues injectables. En effet, près de 97 % des personnes usagères de drogues injectables vivent avec le virus de l’hépatite C.

Près de 97 % des personnes usagères de drogues injectables vivent avec le virus de l’hépatite C.

 

Aujourd’hui, l’hépatite C, comme l’hépatite B, est la principale cause de cancer du foie et de maladies hépatiques au Vietnam. Il a également été démontré que les personnes vivant avec une hépatite C chronique rencontrent toujours des difficultés à avoir accès au traitement du fait du coût élevé des médicaments antiviraux. L’objectif de ce projet était de tenter de démontrer, pendant une durée supérieure à trois ans, que des initiatives pilotes pouvaient améliorer la santé publique en matière d’hépatite C au Vietnam.

 

 

Une approche basée sur les pairs et la communauté

En s’appuyant sur le nouveau Guide du diagnostic et du traitement des hépatites publié au Vietnam, ce projet a piloté une intervention effectuée par des pairs à Hanoï entre 2015 et 2018. Cette intervention visait à démontrer qu’il est possible de surmonter les obstacles à la prise de conscience des conséquences du virus de l’hépatite C, à l’amélioration du dépistage et du diagnostic ainsi qu’à l’augmentation de l’accès au traitement par antiviraux à action directe (AADinfo-icon) des personnes usagères de drogues injectables.

Cette démarche a été formalisée dans un guide de mise en œuvre, dont une version préliminaire a été distribuée au cours de l’atelier de diffusion, afin de décrire l’approche, les procédures et les outils employés au cours de cette intervention par les pairs. Dès que la version en vietnamien sera finalisée, ce document constituera un guide pratique et opérationnel de base à destination des organisations communautaires souhaitant reproduire ou élargir cette intervention.

 

Des résultats plus qu'encourageants

Au cours de l’atelier, chaque partenaire opérationnel a décrit son rôle et ses responsabilités durant la conception du projet et sa mise en œuvre, mais également les résultats obtenus. Ce projet a permis de placer une organisation communautaire au cœur du modèle, en intégrant des travailleurs pairs à chaque étape du projet.

 

 

Depuis la phase conception du projet, « Tout ce que nous avons dit a été écouté et pris en compte dans les activités. [Il s’agit d’un modèle] basé sur les besoins de la communauté » (d’après un éducateur pair anonyme). Concernant la phase de dépistage du VHCinfo-icon, « L’accompagnateur pair facilitait la communication entre le médecin et la personne concernée pendant les consultations » (Dr. Van Dinh Hoa, HMU-CREATA). Enfin, en matière de traitement, « Le traitement n’aurait pas connu de bons résultats sans le recours à un modèle faisant intervenir des pairs » (Dr. Nguyen Thi Thu Trang, directeur médical de NTL). Tous les intervenants s’accordent à dire que ce modèle a été un succès.

Ce projet a été réalisé avec le soutien financier de l’Agence Française de Développement, et a été approuvé par le ministère de la Santé, l’Union vietnamienne des associations des sciences et des technologies et la direction de la Santé de Hanoï.

 

Votre soutien
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.