Reportage photographique de Sophe Garcia au Burkina Faso pour MdM

Burkina Faso : L’insécurité permanente

La violence terroriste et les affrontements entre groupes radicaux et forces nationales de défense affectent profondément les Burkinabés. Les régions du nord sont sous pression : attaques, pillages, afflux de déplacésinfo-icon internes, centres de santé fermés ou services réduits, risques d’inondations à la saison des pluies, isolement, insécurité alimentaire.

Grégoire Kambale pilote le programme d’urgence de Médecins du Monde ouvert début 2020 dans la province du Bam, dans le Centre-Nord. « Le Burkina Faso était considéré comme un pays stable jusqu’en 2015, explique-t-il. Les gens sont entrés dans un cycle de violence qu’ils essaient de comprendre. Nos équipes mobiles voient des personnes qui présentent des troubles psychologiques liés à des chocs traumatiques, à l’assassinat d’un parent. » Dans les villages où les formations sanitaires ne peuvent couvrir tous les besoins, ces cliniques mobiles
offrent des consultations médicales, des entretiens psychosociaux, des services de planification familiale, la prise en charge les cas de malnutrition.

 

 

L’action de Médecins du Monde dans le district sanitaire de Kongoussi vise également à favoriser la qualité et la gratuité des soins. 28 centres de santé et un hôpital sont soutenus à travers la formation des personnels de santé, l’approvisionnement ou la prise en charge du transport des urgences vitales. « Nous travaillons à faciliter la réouverture des structures fermées à cause de la crise à travers un appui financier, matériel et humain aux autorités sanitaires pour qu’elles recrutent et envoient des agents dans ces centres. En 2020, huit formations sanitaires étaient fermées. Aujourd’hui toutes sont ouvertes sauf une, ajoute Grégoire Kambale. Tout en apportant une assistance d’urgence aux personnes qui en ont besoin, nous essayons de renforcer le système
sanitaire existant pour améliorer ses capacités. Pour qu’il soit capable de prendre en charge la population lorsque nous serons partis.
» 

Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia
Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia

Un reportage photographique de Sophie Garcia

Un protocole de sécurité très strict est mis en place pour les déplacements des équipes de Médecins du Monde. Les mouvements sont organisés sur des horaires limités et toujours composés de deux véhicules en mesure de se porter mutuellement secours.

Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia
Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia

Médecins du Monde a contractualisé avec les motos-taxis-ambulances. Dans chaque village où l’association intervient, lorsqu’une urgence se présente, les conducteurs de ces véhicules doivent conduire le malade jusqu’au chef-lieu, à Kongoussi, puis se faire rembourser les frais de cette évacuation.

Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia
Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia

Selon le Conseil national de secours d'urgence et de réhabilitation, le Burkina Faso comptait 1 218 754 déplacésinfo-icon internes au 30 avril 2021. Plus de 2 millions de personnes ont besoin d’assistance alimentaire.

Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia
Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia

À certaines périodes de l’année, des structures de santé demeurent inaccessibles. C’est pourquoi Médecins du Monde travaille avec des agents de santé dans les communautés. Ils peuvent apporter des solutions de base pour les maladies de l’enfance, l’accompagnement des femmes enceintes ou la malnutrition.

Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia
Un reportage photographique au Burkina Faso de Sophie Garcia

"Travailler avec le poids de l’insécurité est compliqué pour nos équipes. Mais elles sont motivées car ce qu’elles font a du sens. Nous voyons que notre action permet véritablement de sauver des vies humaines. Cela nous pousse à braver les contraintes qui peuvent s’opposer à notre action." - Grégoire Kambale

 

 

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Global loader