>  Médecins du Monde  >  Réseau international

Réseau international

Le réseau international compte 14 membres : Allemagne, Argentine, Belgique, Canada, Espagne, Etats-Unis, France, Grèce, Japon, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Suisse

Le portail du réseau international : http://www.mdm-international.org/
Une équipe de MdM Hollande

 

 

Panorama des programmes des associations du réseau international

 

En 2011, le réseau international de MdM, toutes associations confondues, a mis en oeuvre 342 programmes dans 76 pays : 152 programmes internationaux dans 63 pays ainsi que 190 programmes nationaux dans 13 pays. Les associations du réseau international de Médecins du Monde mettent en oeuvre des programmes visant à rétablir ou, bien souvent, tout simplement permettre l’accès aux soins des populations les plus vulnérables.

 

En Haïti, le travail se poursuit avec une forte mobilisation du réseau international

Face à l’ampleur des besoins en Haïti, six asso­ciations du réseau sont restées mobilisées auprès des populations haïtiennes. Cette présence forte a permis une couverture géographique sur plu­sieurs sites dont Port-au-Prince, la région goâ­vienne, Léogane, la Grand’Anse et les Nippes.

En 2011, les épidémies de choléra ont frappé des populations déjà très affaiblies. Les équipes de Médecins du Monde ont fait face à ces épidémies de façon coordonnée. Les ressources humaines et financières, si difficiles à mobiliser, ont été par­tagées afin d’avoir la meilleure réponse possible.

Séisme au Japon : nos équipes sur le terrain

Le séisme qui a frappé le Japon le 11 mars 2011 a touché tout le pays. La catastrophe nucléaire qui a suivi a conduit Médecins du Monde à faire face à des risques inédits dans son histoire, les équipes ont, notamment, été équipées de maté­riel de radioprotection.

Fortes de leur histoire – MdM Japon a été créée

après le tremblement de terre de Kobe – les équipes se sont rendues sur les zones sinistrées du nord du Japon, dans la province d’Otsuchi. Depuis, des spécialistes (psychiatres, infirmiers, physiothérapeutes) vont au-devant des habitants installés dans les abris et les maisons provisoires. Consultations médicales et psychiatriques, acti­vités de relaxation et permanences dans le lycée de la ville sont assurées depuis début avril 2011. Au mois de juillet, Médecins du Monde a ouvert une salle de consultation pour les personnes souffrant de stress post-traumatique, en étroite collaboration avec les autorités, où psychiatres et infirmiers se relaient auprès des patients. De­puis la fin du mois de décembre, des sessions de relaxation de trois jours ont lieu deux fois par mois à la demande des résidents. Ces opéra­tions ont pu se dérouler grâce à la mobilisation spontanée de nombreux bénévoles japonais.

Un an après la catastrophe, si les conséquences des radiations sur la santé humaine restent dif­ficiles à appréhender à long terme, les besoins sont encore lourds. MdM Japon restera mobilisé pendant plusieurs années sur les zones sinistrées.

 

Crise en Grèce : les besoins de consultations médicales augmentent

Les plans de sauvetage de la Grèce font la une des médias, avec des centaines de milliards d’euros promis pour éviter la banqueroute et une succession de plans d’austérité pour réduire les déficits. Mais ces mesures destinées à sauver le système financier ne prennent pas en compte les conséquences humaines, en particulier pour les plus démunis.

Les plus pauvres renoncent donc à se soigner ou se tournent vers des associations comme MdM, qui accueillait jusque-là surtout des mi­grants, dont les demandeurs d’asile. Les visites de personnes de nationalité grecque dans les polycliniques de MdM ont doublé : parmi elles, nombre de femmes enceintes ne bénéficiant d’aucun suivi de grossesse, d’enfants malades et/ou non vaccinés, de retraités qui n’ont plus de revenus, ou de fonctionnaires dont les salaires ont été réévalués à la baisse.

MdM Grèce vient en aide aux populations à tra­vers des centres de soins et des unités mobiles.

 

À l’international, des actions dans 64 pays

 

L’Afrique représente près de la moitié des pro­jets mis en oeuvre, avec 68 programmes dans 24 pays. En raison de situations politiques et sécuritaires critiques, MdM s’est vu contraint de quitter le Soudan et poursuit avec difficulté ses interventions au Sahel.

En 2011, Médecins du Monde a démarré son premier programme de réduction des risques sur le continent africain, en Tanzanie auprès d’usa­gers de drogues.

Lors des révolutions en Tunisie et en Libye, les équipes ont été déployées aux frontières.

Sur les autres zones géographiques, Médecins du Monde intervient selon la répartition suivante :

Amérique latine, 37 programmes dans 14 pays ;

Asie, 22 programmes dans 13 pays ;

Moyen-Orient, 17 programmes dans 8 pays ;

Europe, 7 programmes dans 5 pays.

 

Des programmes nationaux dans les 13 pays d’implantation du réseau.

 

Dans les pays du réseau international de Méde­cins du Monde (Allemagne, Argentine, Belgique, Canada, Espagne, France, Grèce, Japon, Pays- Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse), 190 programmes nationaux sont menés au quo­tidien par des équipes, largement bénévoles, auprès de toutes les personnes qui, sans aide préalable, ne peuvent pas accéder aux soins.

Dans la majorité des pays, les étrangers sans autorisation de séjour vivent dans la plus grande précarité, avec des droits souvent très restreints, voire inexistants. C’est ainsi que dans tous les pays, MdM mène des programmes d’accès à la prévention et aux soins auprès de ces popu­lations tout en essayant d’obtenir le respect des conventions internationales protégeant les enfants et les femmes enceintes, mais aussi le respect des droits fondamentaux comme celui de l’accès aux soins de toute personne humaine.

D’autres programmes sont menés auprès des sans-abri, personnes vivant dans la rue qui voient de ce fait leur santé se dégrader extrê­mement rapidement. Des actions mobiles sont menées dans la plupart des pays avec parfois des volets spécifiques pour les sans-domicile souffrant de pathologies mentales.

Les populations rroms souffrent de discrimi­nation dans leur pays d’origine comme dans les pays où ils immigrent. C’est pourquoi des équipes de MdM en France et en Grèce vont au-devant des familles, là où elles habitent (sou­vent dans des campements insalubres), ou les reçoivent dans des centres (en Allemagne et en Belgique) pour faciliter leur accès à la vaccination et aux soins avec une attention particulière por­tée aux femmes enceintes et aux enfants.

Les personnes se prostituant, hommes et femmes, souvent migrants, sont confrontées à de nombreux risques (violence des clients, harcèlement des forces de l’ordre, exploitation, infections transmises lors de rapports sexuels non protégés exigés par les clients…). À ces maux s’ajoute une forte stigmatisation. Grâce à ses antennes mobiles, MdM va à leur rencontre dans les rues mais aussi dans les clubs, salons

 

de massage… afin de les aider à réduire les risques inhérents à leur activité.

Les usagers de drogues ont bien souvent du mal à protéger leur santé car ils sont poussés dans la clandestinité du fait de la pénalisation de l’usage de drogues. Des équipes de MdM pratiquent un accueil à bas seuil d’exigence pour les usagers en leur donnant du matériel d’injection stérile, du matériel pour les autres modes de consommation, des informations sur les produits et les manières de réduire les risques liés à l’usage de drogues.

Une myriade d’autres programmes sont menés par les équipes (prévention des mutilations géni­tales, saturnisme infantile, soutien aux personnes âgées, présence médicale et sociale dans les quartiers de banlieue…).

De façon transversale, les équipes de MdM sont engagées dans leur propre pays et auprès des instances internationales pour l’obtention d’un meilleur accès aux soins de tous, pour la prévention et le soin du VIH/sida, des hépatites et de la tuberculose, pour la réduction des inéga­lités de santé et le droit effectif à l’accès aux soins pour toute personne quel que soit son statut administratif.

En 2011, les équipes de Médecins du Monde présentes en Europe ont décidé d’unir leurs forces dans le cadre d’un projet européen. Il démarrera en 2012 et vise à interpeller les dirigeants de l’Union européenne et des États membres sur les questions d’accès aux soins auxquelles les populations, avec lesquelles MdM travaille, font face au quotidien.

2011 : Le réseau s’est mobilisé en Haïti mais aussi au Japon et en Grèce

Le réseau international compte 13 associa­tions* en Allemagne, Argentine, Belgique, Canada, Espagne, France, Grèce, Japon, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

La direction du réseau international (DRI) a pour mission de coordonner et de développer le ré­seau international de Médecins du Monde sous l’impulsion de MdM France et de MdM Espagne, les deux plus importantes associations du réseau, et des deux délégués au réseau international, le Dr Françoise Sivignon et le Dr Hervé Bertevas. Elle accompagne les différentes associations du réseau dans leur développement institutionnel en fonction de leurs besoins et moyens.

En 2011, le travail en Haïti s’est poursuivi à un rythme soutenu. Alors que les équipes faisaient face à l’épidémie de choléra, une bonne coordination sur le terrain a permis de prendre en charge les populations dans des délais très courts grâce à la mise en place de structures intégrées.

Au cours de l’année, deux associations du réseau ont été durement touchées par leur contexte national :

• MdM Japon a réagi immédiatement au séisme du 11 mars 2011 en déployant ses équipes sur les zones sinistrées. Le travail de soutien se pour­suivra sur le long terme pour aider les plus pauvres.

• MdM Grèce subit quotidiennement les conséquences de la crise financière qui touche son pays. Le nombre de patients grecs n’ayant plus accès aux soins est en constante augmentation.

La mobilisation des ressources financières est un défi permanent. MdM a ainsi décidé d’étendre ses possibilités de financement à l’in­ternational par l’ouverture en janvier 2012 d’une structure à New York

 

LES ASSOCIATIONS DU RÉSEAU INTERNATIONAL

» Médecins du Monde Allemagne Président : Pr Jochen Zenker www.aerztederwelt.org

» Médecins du Monde Argentine Président : M. Gonzalo Basile www.mdm.org.ar

» Médecins du Monde Belgique Président : Pr Michel Degueldre www.medecinsdumonde.be

» Médecins du Monde Canada Président : Dr Nicolas Bergeron www.medecinsdumonde.ca

» Médecins du Monde Espagne Président : Dr Alvaro Gonzalez www.medicosdelmundo.org

» Médecins du Monde Etas Unis Président : Ms. Abby Stoddard www.doctorsoftheworld.org

» Médecins du Monde France Président : Dr Thierry Brigaud  www.medecinsdumonde.org

» Médecins du Monde Grèce Président : Dr Nikitas Kanakis www.mdmgreece.gr

» Médecins du Monde Japon Président : M. Gaël Austin www.mdm.or.jp

» Médecins du Monde Pays-Bas Président : Dr Remco Van de Pas www.doktersvandewereld.org

» Médecins du Monde Portugal Président : Dr Abílio Antunes www.medicosdomundo.pt

» Médecins du Monde Royaume-Uni Présidente : Mme Janice Hughes www.doctorsoftheworld.org.uk

» Médecins du Monde Suède Présidente : Mme Kristina Andersson www.lakareivarlden.org

» Médecins du Monde Suisse Président : Pr Nago Humbert www.medecinsdumonde.ch


Juillet 2012

Réseau international

Publications

  • 28/05/2013 - Rapport Moral 2012

    Rapport Moral 2012 Médecins du Monde

    L’année 2012 a été une année difficile mais qui peut être lue comme une année de transition : poursuite des révolutions arabes, aggravation des violences en Syrie, prise des villes du nord du Mali par des insurgés islamistes, élection en France et bien d’autres événements. Médecins du Monde, en s’adaptant à l’évolution de notre monde, continue de développer des projets ici et là-bas, en assumant une position aux plus près des populations

  • 26/05/2013 - Rapport Financier 2012

    Rapport financier 2012

    L'exercice 2012 se conclut en situation excédentaire de 644 562 € et avec un volume financier, hors éléments exceptionnels, de 64,7 m€ en légère croissance par rapport à 2011 (64 m€). Le volume budgétaire de Médecins du Monde est donc relativement stable et reste nettement supérieur au volume financier antérieur à la crise humanitaire en Haïti de 2010, soit +13% par rapport à 2009.

Toutes les publications