>  En France  >  Rroms

Nos combats

Rroms

Intervenir auprès des Rroms pour un meilleur suivi sanitaire

Suite à l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’UE, les droits applicables aux ressortissants de l’UE ont été modifiés. Fin 2007, une circulaire affirme une « inaccessibilité à la CMU de base et à la CMU-C pour les Européens dépourvus de ressources et/ou de couverture maladie » qui relèvent désormais de l’AME.

Camp de rroms
© Julien de Weck

Parmi les principaux obstacles : les conditions d’admission, la méconnaissance du système de santé français, les barrières de la langue, l’instabilité et les expulsions multiples, les délais d’instruction de l’AME…Ces difficultés ont pour conséquence de retarder le recours aux soins.

 

  • Aix-en-Provence : 87 consultations médicales et 100 consultations pédiatriques réalisées.
  • Banlieue Saint-Denis : 161 sorties réalisées. 1 702 consultations médicales réalisées pour 1 046 personnes(dont 646 mineurs), 273 personnes vaccinées, 86 femmes suivies dans le cadre de l’action périnatalité.
  • Bordeaux : visite de 7 squats différents qui pour certains ont disparu et qui pour d’autres ont été évacués ou resquattés. Environ 300 Rroms ont été rencontrés
  • Marseille : visite régulière de 14 lieux de vie occupés par des Rroms (terrains ou immeubles squattés), qui représentent au total environ 700 personnes dont 200 enfants
  • Lyon : 151 sorties réalisées et 1 259 personnes rencontrées.
  • Nantes : 97 sorties réalisées, 741 consultations médicales et 456 personnes rencontrées.
  • Strasbourg : 51 sorties réalisées, 398 consultations médicales pour environ 1 400 contacts.

PERSPECTIVES

MdM poursuit sa mobilisation, en lien avec d’autres associations, auprès des pouvoirs publics pour une amélioration des conditions de vie des Rroms.
MdM, en partenariat avec Romeurope et quatre autres associations intervenant sur les lieux de vie des populations rroms (à Saint-Denis, dans le Nord-Pas-de-Calais et à Fréjus) a mis en place un projet de médiation sanitaire dans l’objectif de faciliter l’accès des femmes et jeunes enfants aux structures et dispositifs sanitaires et d’améliorer leur accueil dans ces dispositifs. La phase pilote (dix-huit mois) de ce projet de médiation sanitaire se déroulera auprès d’une centaine de personnes vivant sur Nantes et sera portée par l’équipe de la mission Rroms de Nantes.

TYPES D’INTERVENTIONS

Veilles sanitaires : soins de santé primaires et orientation pour une prise en charge dans le système de droit commun.

Faciliter la scolarisation des enfants : sensibilisation, démarches administratives et vaccination.

Sanitation : démarches auprès des communes pour améliorer les conditions d’hygiène sur les terrains (ramassage des ordures, accès à l’eau…), négociations pour trouver des solutions de logement adaptées.

Périnatalité : prévention des IVG, suivi des grossesses, information sur la contraception, vaccination des enfants, accompagnements en PMI et aux centres de planning.

Témoignages sur les conditions de vie, les expulsions répétitives, les obstacles dans l’accès aux soins et aux droits.

Mobilisation des comités de soutien aux familles Rroms, acteurs de santé, municipalités, services de l’État.

BENEFICIAIRES

Près de 3 000 bénéficiaires.

NOMBRE DE MISSIONS  

10 missions - 143 bénévoles.

SOURCES FINANCEMENT

Groupements régionaux de santé publique, conseils généraux, conseils régionaux, mairies…

PARTENAIRES

Romeurope, comités de soutien, centres d’hébergement, PMI, Comité d’aide médicale…
 


Rroms

Article

  • 17/06/2014 - Communiqué du collectif Romeurope

    Réaction du collectif Romeurope suite au lynchage d’un jeune de 16 ans vivant dans un bidonville de Pierrefitte-sur-Seine (93)

    Les médias rapportent depuis lundi soir le terrible lynchage d’un jeune de 16 ans vivant dans un bidonville de Pierrefitte-sur-Seine (93). Entre la vie et la mort depuis vendredi, cet adolescent aurait été séquestré puis roué de coups par des personnes le soupçonnant d’un cambriolage.

Voir tous les articles

Vidéos

  • 03/10/2013 - En sursis, voyage au coeur d'une communauté Rom

    En sursis, voyage au coeur d'une communauté Rom

    Installés au nord de Toulouse, à proximité de l’aéroport international de Blagnac, ils vivent au jour le jour, sans projet mais avec l’espoir d’obtenir un permis de travail qui changerait tout. En attendant, la vie quotidienne s’organise, car comme ils disent : « Rien n’arrête un peuple qui danse ! »
    Ces familles sont arrivées en France en 2002 et ont subi de nombreux déplacements. Elles ont changé plus de dix fois de terrains, expulsées parfois de façon violente. Elles viennent du même village de Barbulesti en Roumanie, qu’elles ont fui à la suite de grandes inondations du Danube, mais aussi à cause de la misère économique et de la ségrégation dont sont victimes les populations roms.
    Cette communauté compte aujourd’hui 220 personnes regroupées en 42 familles avec 45 enfants de moins de 12 ans.

  • 02/10/2013 - Diktatora, mère de famille Rom à Nantes

    Diktatora, Rrom de Roumanie et mère de 7 enfants, vit sur un campement aux alentours de Nantes. Le quotidien : un camp boueux, des caravanes déglinguées, des bâches de fortunes sensées empêcher l’eau de couler sur des matelas récupérés où l’on se serre pour ne pas avoir trop froid.

    La vie à sac dresse les portraits de 4 personnes démunies qui bénéficient de l’action de Médecins du Monde en France. Des portraits, dressés par petites touches, au travers des objets contenus dans leur sac. Un passeport, quelques photos, une boîte de médicaments. Autant de choses qui disent la difficulté de vivre aujourd’hui dans la pauvreté et l¹exclusion.

Diaporamas

Les Diaporamas
Rapport d’enquête sur la couverture vaccinale des populations rroms   Télécharger Format PDF
504,49 Kio

Rapport d’enquête sur la couverture vaccinale des populations rroms