Médecins du Monde lance le Festival des gros maux !    Rendez-vous sur www.lesgrosmauxfestival.com

Bidonvilles en France

© Olivier Papegnies

  • 17 600

    personnes vivent dans des bidonvilles en France en 2019

  • 9 688

    personnes expulsées en 2018

17 600

personnes vivent dans des bidonvilles en France en 2019

9 688

personnes expulsées en 2018

La situation dans les bidonvilles en France

En France, les campements illicites se rapportant au terme “bidonville” sont synonymes d’habitat précaire, d’insalubrité, et de conditions de vie difficiles pour les personnes vivant dans les bidonvilles en France.
Entre habitats précaires, lieux de vie inexistants pour les enfants des bidonvilles en France, ou encore, cabanes et caravanes avec un accès à l’eau, à l’assainissement, à l’hygiène et à l’électricité très limité, voire inexistant, le constat des bidonvilles en France est déplorable.

Voilà pourquoi Médecins du Monde compte parmi les acteurs associatifs luttant pour le droit au logement convenable, en opposition à l’habitat insalubre tenant debout grâce à quelques matériaux de récupération récoltés par leurs habitants. Parce qu’il en va des droits fondamentaux des personnes vivant dans les bidonvilles français, bon nombre de bénévoles œuvrent contre la stigmatisation des habitants vivant dans les campements illégaux, les évacuations forcées et l’exclusion des personnes vivant dans des quartiers précaires.

Entre volonté de politiques de logement et d’accès au logement plus justes, et accompagnement social des occupants des bidonvilles en France, le programme de Médecins du Monde tire la sonnette d’alarme sur l’habitat insalubre, devenant monnaie courante en France.

En France, Médecins du Monde travaille avec les collectivités locales pour améliorer les conditions d’hygiène au sein des bidonvilles, comme ici à Marseille ©Olivier Papegnies

© Olivier Papegnies

En France, Médecins du Monde travaille avec les collectivités locales pour améliorer les conditions d’hygiène au sein des bidonvilles, comme ici à Marseille

Expulsions permanentes : obstacle à toute solution pérenne

La pauvreté et l’exclusion obligent près de 17 600 personnes à vivre dans des bidonvilles et grands squats en France. On n’en compte pas moins de 359 en France (DIHAL, juillet 2019). En 2018, une instruction interministérielle a été transmise aux préfets, actant la volonté affichée de résorption des bidonvilles d’ici 2022 ; la même année, le président de la République déclarait vouloir résorber les bidonvilles français, dans son discours de présentation du plan de lutte contre la pauvreté.

L’instruction du 25 janvier 2018 prévoit notamment que des stratégies territoriales soient déployées pour permettre l’accès effectif des personnes au logement, au travail, et aussi à un parcours de soins stabilisé et à la scolarisation des enfants. Malgré cela, la dynamique peine à produire des effets sur le terrain, et une grande partie des préfectures continuent à expulser sans reloger. En somme, la France privilégie l’éradication des bidonvilles ainsi que la démolition de ces habitats sans ouvrir l’accès au logement pour les populations vivant dans la misère et dans des conditions insalubres. Ces expulsions à répétition sont lourdes de conséquences sur la santé des personnes vivant dans les bidonvilles en France : non seulement elles les éloignent du système de santé, mais elles brisent aussi la continuité des soins et rendent difficile la prévention et la lutte contre les épidémies. Cette politique absurde a notamment été dénoncée par la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme, le Commissaire européen aux droits de l’homme, ou le Défenseur des Droits.

Aujourd’hui, les politiques du logement en France ainsi que les évolutions dans le secteur du logement ne laissent pas la moindre ouverture aux personnes précaires, et particulièrement à la population urbaine vivant les bidonvilles français de banlieue, en matière de relogement.

Articles 08.02.2022
Le programme bidonvilles : lutte contre l’extrême précarité
Lire l’article

Des barrières administratives immenses pour l’accès aux soins dans les bidonvilles français

Les habitants des bidonvilles en France vivent dans des conditions d’extrême précarité qui détériorent leur état de santé. Et malgré leur besoin urgent de soins, les difficultés qu’ils rencontrent sont immenses. Pour pouvoir se soigner et prendre en charge leurs dépenses de santé, l’accès à l’aide médicale d’État (AME ) ou à la complémentaire santé solidaire (CSS) s’avère déterminant.

Mais la barrière de la langue, la méconnaissance du système de santé français, les nombreuses conditions d’accès et des délais d’instruction très longs sont autant d’obstacles qui retardent le recours aux soins. Et il en va de même pour les discriminations subies par les habitants des bidonvilles en France.
Des difficultés supplémentaires s’ajoutent pour les ressortissants européens qui doivent suivre une procédure complexe qui retarde encore plus leur recours aux soins et résulte bien souvent dans un renoncement à leurs droits.

Notre action dans les bidonvilles en France

Soigner les populations isolées et précaires des bidonvilles français

Pour venir en aide aux habitants des bidonvilles en France, Médecins du Monde intervient dans les bidonvilles. Nous proposons des consultations médicales sur place, pour soigner les habitants ou les orienter vers des structures de soins. Nous informons également les femmes sur la contraception et les activités du planning familial, ainsi que sur l’importance d’un suivi médical régulier en cas de grossesse.

Accompagner les habitants des bidonvilles pour la prise en charge de leur santé

Nos médiateurs en santé travaillent avec des partenaires associatifs et de droit commun pour améliorer la prise en charge des habitants des bidonvilles en matière de santé. Nous les informons de leurs droits à une couverture maladie et les orientons vers les structures médicales du droit commun. Nous sensibilisons également les personnels de ces structures aux difficultés rencontrées par ces personnes pour se soigner, se loger, sortir de la précarité, et luttons ainsi contre le refus de soins envers les personnes vivant dans les bidonvilles en France. Nous sommes impliqués auprès de ces personnes démunies pour faciliter leur autonomie et valoriser leurs compétences, afin de favoriser la continuité des soins malgré les difficultés quotidiennes auxquelles ils doivent faire face.

En sursis, voyage au coeur d'une communauté Rom

Améliorer les conditions de vie des habitants des bidonvilles en France

En France, les bidonvilles ne disposent souvent d’aucun système de gestion des ordures, ni d’accès à l’eau potable et / ou à des sanitaires. Médecins du Monde travaille, avec des partenaires associatifs et les collectivités locales, pour améliorer les conditions de vie et d’hygiène et plaide pour des solutions de logement adaptées.

Favorable à une politique de résorption des bidonvilles qui respecte la dignité des personnes, Médecins du Monde insiste sur l’implication des personnes concernées et la concertation avec les acteurs de terrain dans la définition des stratégies locales de résorption.

Notre association plaide pour un accès à un logement adapté pour toutes et tous, dans le respect de la volonté des personnes et la prise en compte des difficultés liées à la grande précarité. En l’absence de propositions dignes et durables, nous militons pour une stabilisation transitoire des terrains qui permettrait aux habitants de faire valoir leurs droits, d’accéder aux soins, et d’enclencher une dynamique d’insertion.

Les bidonvilles ne disposent souvent d'aucun système de gestion des déchets, ni d'un accès à l'eau et/ou à des sanitaires

Nos actions en France et à l'international

lire