Sud-Caucase

21,5 %

des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes en Géorgie sont séropositifs.

52,6 %

des personnes usagères de drogues par voie intraveineuse en Arménie sont exposées au virus de l’hépatite C

90 000  

c’est le nombre d’arrivées spontanées recensées en Arménie en décembre 2020 suite au conflit entre ce pays et l’Azerbaïdjan

Face aux urgences, Médecins du monde mène divers programmes d'aide humanitaire. Découvrez nos actions et missions dans le Sud-Caucase ci-dessous.

L’URGENCE HUMANITAIRE DU SUD-CAUCASE

Après la chute de l’Union Soviétique, la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont regagné leur indépendance en 1991. Ensemble, ils forment aujourd’hui la région du Sud-Caucase. Malgré certaines réformes du système de santé dans ces pays, la situation demeure critique, notamment au niveau de la prévention des maladies infectieuses.

3 PAYS TOUCHÉS PAR LES MÊMES FLÉAUX

  • Des populations très à risque face aux infections

Dans la région du Sud-Caucase, où le taux d’infection au VIH est relativement faible pour la population générale, certaines populations demeurent plus exposées que d’autres. C’est le cas des personnes usagères de drogues par voie intraveineuse en Arménie (7 %) ainsi que des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes en Géorgie (21,5 %).

La région possède également l’un des taux de prévalence à l’hépatite C les plus élevés d’Europe de l’Est et d’Asie Centrale au sein de la population générale. À nouveau, les personnes usagères de drogues sont particulièrement exposées et stigmatisées, avec une prévalence à l’hépatite C de 52,6 % en Arménie et de 62,8 % en Azerbaïdjan. L’accès au traitement demeure pourtant quasi inexistant et la législation très répressive.

Face aux urgences, Médecins du Monde a mené en 2020 divers programmes d’aide humanitaire en Géorgie et en Arménie, et projette d’intervenir en Azerbaïdjan pour initier un programme régional de réduction des risques. Notre volonté est de renforcer nos actions de plaidoyer pour un meilleur accès aux services de prévention pour les populations les plus touchées et marginalisées.

NOTRE ACTION HUMANITAIRE EN GÉORGIE

La réduction des risques EN GÉORGIE

  • Accompagner les LGBT+ et les usagers de drogues

    Depuis 2018, Médecins du Monde soutient un groupe d’auto-support de jeunes usagers de drogue consommant de Nouvelles Substances Psychoactives (NPS).

     

    En 2020, ce soutien a été étendu à une organisation mobilisée pour la réduction des risques et pour la défense des droits des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

  • Étendre le plaidoyer de l'échelle nationale à régionale

    Dans le cadre de sa mission humanitaire en Géorgie, Médecins du Monde continue son plaidoyer pour assurer le renforcement des services de réduction des risques. Un engagement nécessaire à l’heure où l’État géorgien va reprendre les financements jusqu’alors assurés par le Fonds Mondial.

     

    En collaboration avec de nombreuses organisations de la société civile, quatre rapports ont alors été élaborés pour faciliter cette transition. Des notes de positionnement ont ainsi été transmises aux autorités nationales, formulant des recommandations sur la décentralisation du système de prise en charge du VIH dans le pays et sur le financement des services de prévention et de réduction des risques.

     

    En 2020, Médecins du Monde a élargi ce plaidoyer à l’ensemble de la région du Sud-Caucase afin d’en renforcer l’impact. Un travail mené avec les acteurs de la société civile en Arménie et au-delà, avec des plateformes régionales intervenant dans les pays de la zone d’Europe de l’Est et d’Asie Centrale.

  • Réagir à l’impact de COVID-19

    Les restrictions mises en place par les autorités pour freiner la pandémie de COVID-19 ont fragilisé l’accès des populations aux services de santé et au matériel de réduction des risques. Notre association a proposé un soutien matériel (équipement de protection individuelle) et technique (formations et sensibilisation des populations-clés) à 25 centres et associations partenaires pour maintenir l’accès aux services de santé.

     

    Nos équipes ont également assuré la protection des personnels soignants, des volontaires intervenant dans les centres et des usagers. Une sécurité essentielle pour assurer la continuité des soins.

© Olivier Papegnies

Prise de traitement contre l'hépatite C en Géorgie, 2015

NOTRE ACTION HUMANITAIRE EN ARMÉNIE

Notre mission humanitaire en Arménie a notamment permis de venir en aide aux populations vulnérables comme les usagers de drogues et les personnes frappées de plein fouet par les conflits.

RÉDUIRE LES RISQUES EN ARMÉNIE

  • Accompagner les usagers de drogues

    Après des missions exploratoires en 2018 et 2019, Médecins du Monde intervient désormais en Arménie pour développer un programme de réduction des risques ciblant les usagers de drogue par voie intraveineuse, basé sur le modèle mis en œuvre en Géorgie.

     

    En 2020, MdM travaille avec le partenaire local identifié afin d’élaborer un modèle adapté pour améliorer la détection du VIH et de l’hépatite C, et l’accès au traitement pour les usagers de drogues.

  • S’adapter à la crise de COVID-19

    En réponse à la pandémie de COVID-19, Médecins du Monde a également fourni une aide médicale en Arménie avec des équipements de protection individuelle pour assurer la poursuite des activités et services proposés par les partenaires locaux. Pour la première fois en Arménie, les personnes séropositives ont aussi pu recevoir directement chez elles leurs traitements ARV. Une belle avancée pour les malades qui gagnent ainsi en sérénité et en qualité de soins.

En 2020, Mdm et ses partenaires ont uni leurs forces pour agir au plus près des besoins :

  • 16 710 équipements de protection individuelle distribués (masques chirurgicaux, gel hydroalcoolique)
  • 2 477 personnes utilisatrices des services de réduction des risques rencontrées et accompagnées.

RÉPONDRE À L’URGENCE HUMANITAIRE DANS LE HAUT-KARABAGH

Dans le cadre de son action humanitaire dans le Sud-Caucase, MdM a notamment soutenu les personnes frappées par la violence du conflit.

LE CONFLIT ENTRE L’AZERBAÏDJAN ET L’ARMÉNIE

  • Des conséquences désastreuses sur les populations

    Le 27 septembre 2020, après des années de tensions, le conflit a éclaté entre l’Azerbaïdjan et la république séparatiste du Haut-Karabakh, soutenue par l’Arménie. Chaque camp prétendant alors répondre à l’agression de l’autre. Près de 5 000 personnes ont perdu la vie lors de ces affrontements, plusieurs ont été blessées et demeurent handicapées et des familles entières ont dû quitter leurs lieux de vie (principalement les femmes et les enfants), soit environ 80 000 personnes sur un total de 120 000 recensées dans cette région.

     

    Le 9 novembre 2020, sous l’égide de la Russie, un cessez-le-feu a été signé.

  • Accompagner l’accueil des déplacés en Arménie

    Après une mission exploratoire en octobre 2020, Médecins du Monde a apporté un premier soutien d’urgence humanitaire en Arménie à deux acteurs de la société civile qui accueillent et soutiennent les personnes arrivées dans le pays suite au conflit : 1 425 articles non-alimentaires (kits pour affronter l’hiver) ont été ainsi fournis aux familles impactées.

     

    Une nouvelle réponse, plus longue, fut instaurée en 2021 afin de renforcer les capacités des associations partenaires, de soutenir les volontaires qui accueillent et soutiennent les familles déplacées, mais aussi d’améliorer l’accès à l’information et aux services sanitaires et sociaux.

En 2020, notre aide humanitaire dans le Sud-Caucase a permis de :

  • Soutenir deux associations locales en Arménie qui interviennent auprès des populations déplacées
  • Fournir 1 425 kits d’hiver et d’articles non alimentaires aux familles impactées par le conflit

Le budget de la mission dans le Sud-Caucase :

343 900 euros de dons au Sud-Caucase ont été alloués avec le soutien de l’Organisation Mondiale de la Santé, d’Open Society Foundation New York et d’Open Society Foundation Georgia.