Colombie

© Quentin Top

5 ans

de conflit armé jusqu’à l’accord de paix signé en 2016.

7,7 millions

de personnes en situation de besoin humanitaire affectées par la violence en 2021.

6,1 millions

de personnes ayant besoin de soins de santé.

454 300  

personnes déplacées.

Face aux urgences, Médecins du Monde mène divers programmes d'aide humanitaire. Découvrez nos actions et missions en Colombie ci-dessous.

LA SITUATION HUMANITAIRE EN COLOMBIE

En Colombie, depuis plusieurs années, les droits des populations sont menacés voire bafoués par des conflits internes notamment entre l’armée et les FARC. L’épidémie de COVID-19 et la migration des populations Vénézuéliennes voisines n’ont fait qu’amplifier ces difficultés, en particulier dans les zones géographiques reculées où l’accès humanitaire reste encore un défi.

Notre mission humanitaire en Colombie repose donc sur plusieurs axes, de la défense des droits sur les plans social et humain à l’établissement d’un plan d’aide médical pour pallier le manque de soins.

POUR LA PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME EN COLOMBIE

  • Des conflits aux trop nombreuses victimes

    En raison du contexte sécuritaire, de la géographie du territoire et de la localisation des communautés dans des zones reculées, l’accès humanitaire reste un défi dans le contexte de la pandémie de COVID-19. On estime que 77 millions de personnes sont dans le besoin, dont 2,9 en situation de besoin aigu en raison de la situation sécuritaire et du manque d’accès aux services essentiels.  

     

    En 2021, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme a signalé la survenue de 66 massacres avec 255 personnes tuées. Un triste décompte qui s’ajoute aux meurtres de 120 dirigeants et défenseurs des droits de l’homme.

  • La précarité des populations reculées

    Dans les zones rurales isolées des départements du Meta, du Guaviare, du Nariño, de la Cauca, de Valle del Cauca et de Chocó, le premier centre de santé est parfois à plusieurs heures de marche ou de pirogue. L’accès aux services de santé les plus basiques devient, dans ces conditions, extrêmement périlleux.

     

    La violence armée et les mouvements de populations vulnérabilisent davantage les femmes et les minorités sexuelles.

  • 39 686

    cas de Violences Sexuelles Liées au Genre en 2021.

39 686

cas de Violences Sexuelles Liées au Genre en 2021.

  • L’impact du COVID-19

    L’arrivée de la pandémie de COVID-19 a eu un sérieux impact sur l’économie, provoquant une profonde récession qui a particulièrement touché la population la plus vulnérable. Le COVID a également eu des répercussions sur le système de santé du pays, ainsi que sur les indicateurs de sécurité alimentaire, de nutrition et de protection. La situation humanitaire du pays a été entravée tout en augmentant les besoins multisectoriels. Selon les résultats du HNO, le nombre de personnes ayant des besoins multisectoriels a augmenté de 31 % en 2021.

  • Des catastrophes naturelles à répétition

    La fréquence et la gravité des événements météorologiques dus au changement climatique entraînent également des besoins humanitaires et exacerbent la vulnérabilité des communautés (Colombiens et réfugiés et migrants du Venezuela).

     

    L’ouragan la Niña au dernier trimestre de 2021 a eu des conséquences importantes sur la vie et les moyens de subsistance des communautés touchées, notamment en raison de l’impact de graves inondations et de pluies torrentielles, principalement dans les zones côtières.

     

    L’accès aux soins de santé, y compris aux soins d’urgence, a été sévèrement empêché. En 2021, les catastrophes ont touché environ 600 000 personnes.

  • CRISE MIGRATOIRE VENEZUELIENNE

    Par ailleurs, la situation politique et humanitaire du Venezuela a d’énormes répercussions en Colombie.

     

    ll s’agit du premier pays d’accueil de la population migrante vénézuélienne avec 1,9 millions de personnes déplacées, représentant 43 % des 4,2 millions de Vénézuéliens présents dans la région (comprenant les binationaux et les migrations pendulaires entre les deux pays). Seulement 20 % d’entre elles ont accès aux services de santé et de protection sociale. Les réseaux d’exploitation sexuelle, le trafic de drogue et le recrutement forcé affectent particulièrement les migrants.

© Quentin Top

NOTRE AIDE HUMANITAIRE EN COLOMBIE

L’aide humanitaire de Médecins du Monde en Colombie doit se profiler dans le cadre d’une prise en charge des violences subies par la population, avec le plan de santé et l’accès aux ressources vitales.

  • Le consortium humanitaire MIRE

    Depuis les accords de paix, Médecins du Monde a réorienté ses activités en zone rurale afin d’apporter une réponse d’urgence en cas de pic de violences, notamment lors d’attaques de groupes paramilitaires, de déplacements massifs et de confinement de populations. En partenariat avec deux autres ONG internationales, nous déployons une équipe de médecins, de psychologues, de travailleurs sociaux et de spécialistes de la nutrition, de l’hygiène, de l’assainissement et de la protection de l’enfance.

     

    Médecins du Monde a formé le Consortium humanitaire MIRE (Mécanisme intersectoriel de réponse aux urgences) pour une prise en charge globale et multisectorielle en matière de santé, d’éducation d’urgence, de WASH (Water, Sanitation and Hygiene), de protection, d’abri et de nourriture.

     

    Notre action humanitaire en Colombie s’est principalement concentrée sur les soins de santé primaires d’urgence, notamment la médecine générale, la santé sexuelle et reproductive et la santé mentale, auprès des populations les plus touchées et victimes du conflit. Dans cet ordre, la mission humanitaire en Colombie, avec le Consortium, priorise les urgences les plus importantes. L’idée ? Se coordonner avec les autorités locales, et impliquer les institutions existantes afin de générer des processus de pérennisation de l’action.

     

    Le Consortium humanitaire MIRE a assisté à 73 urgences humanitaires dues à des conflits armés, au COVID-19 et à des catastrophes entre mars 2020 et mars 2021.

  • Mettre un terme aux violences liées au genre

    Médecins du Monde met également l’accent sur la protection des victimes de violences sexuelles pour constituer des groupes d’auto-support, et pour garantir une prise en charge globale et respectueuse des droits dans les établissements sanitaires du Meta, du Guaviare, du Nariño, de la Cauca, de Valle del Cauca et de Chocó.

     

    Les projets comprennent des ateliers destinés aux communautés, aux institutions de soins de santé et aux dirigeants communautaires sur des questions comme la violence domestique, la violence fondée sur le genre, la violence sexuelle, et les voies d’identification, d’accompagnement et de signalement.

  • Soigner les migrants Vénézuéliens

    Médecins du Monde soutient de nombreuses personnes à différents points de la route migratoire dans tout le pays. Les projets de prise en charge de la population migrante en 2021 se sont concentrés à Bogotá, Soacha, Cali et Ipiales, dans la zone frontalière de la Colombie avec l’Équateur.

     

    Le but : Accompagner les populations les plus à risque (mineurs, victimes d’exploitation sexuelle et professionnelle…), et assurer une prise en charge sanitaire et psychosociale pour les migrants en transit. En 2021, 45 % des soins de santé primaires ont été dispensés aux migrants et plus de 60 % des consultations de santé sexuelle et reproductive ont bénéficié aux femmes migrantes, démontrant l’engagement de Médecins du Monde auprès de cette population.

  • Amortir la crise du COVID-19

    Médecins du Monde s’est mobilisée contre le COVID-19, en l’intégrant dans les protocoles de biosécurité, et en prenant en compte les actions de confinement et de prévention dans ses programmes. Un itinéraire a été élaboré pour la référence des cas suspects aux centres de santé. Dans tous les projets, les équipes réalisent des ateliers avec la population et les leaders communautaires sur la prévention et l’identification des cas positifs de COVID-19.

     

    Nous avons également mis en œuvre deux projets d’aide médicale d’urgence en Colombie, dans la région amazonienne (départements de l’Amazonie, de la Guainía et du Vichada) afin de renforcer les services médicaux, et de contribuer au contrôle de l’épidémie dans les communautés indigènes par des actions de prévention et de promotion de la santé. Il convient de noter que cette région a été particulièrement touchée par la maladie, avec un nombre élevé de cas et de décès.

Une terre où la terreur persiste

Le 24 novembre 2016, au terme de 52 ans de conflit armé, responsables de 220 000 morts, 40 000 disparus et 6 millions de déplacés, un accord de paix a été signé entre le gouvernement colombien et les FARC.

La situation montre aujourd’hui une nette amélioration, mais la violence liée à « la plus grande catastrophe humanitaire de l’hémisphère occidental » persiste en Colombie. Au moins cinq autres groupes armés (ELN, EPL, Dissidences des FARC, Clan del Golfo, Autodefensas Gaitanistas de Colombia) continuent de provoquer la terreur et la mort parmi la population civile.

De nombreux efforts restent à mener pour répondre à l’urgence humanitaire en Colombie, en rétablissant l’accès aux soins dans les zones rurales touchées par le conflit, et en réintégrant les guérilleros à la vie civile.

En 2021, nous avons :

  • aidé 78 484 bénéficiaires,
  • dispensé 43 872 consultations en soins de santé primaire,
  • dispensé 15 250 consultations en santé sexuelle et reproductive,
  • appuyé 9 Centres de Santé,
  • effectué 9 900 consultations en santé mentale et soutien psychosocial,
  • conseillé et/ou fourni un accompagnement juridique à 1 800 personnes,
  • proposé des sessions de sensibilisation aux gestes barrière et à la prévention de la pandémie de COVID-19 à 11 772 personnes.
  • 78 484

    bénéficiaires en 2021.

  • 3 544 013

    Budget 2021.

78 484

bénéficiaires en 2021.

3 544 013

Budget 2021.

Historique
  • Circle svg
    1987

    Médecins du Monde commence à travailler avec les indiens Apaporis.

  • Circle svg
    1994

    Début d’un programme avec les enfants des rues. Fermeture en 2000.

  • Circle svg
    1997

    Intervention dans le département du Chocó affecté par le conflit armé. Fermeture en 2011.

  • Circle svg
    2003
    Fin du programme auprès des indiens, intervention dans le département du Meta affecté par le conflit armé.
  • Circle svg
    2010

    Début de l’intervention dans le Nariño.

  • Circle svg
    2016

    Accord de paix signé avec les FARC et début de réflexion sur l’adaptation des actions.