Face au manque d’accès aux soins, ensemble, changeons la donne
Birmanie Réduction des risques

Mieux comprendre
la Réduction des Risques

Quelques définitions pour mieux comprendre la Réduction des Risques

Qu’est-ce qu’une drogue ?

Les drogues sont des substances psychoactives capables de modifier les fonctions psychiques et/ou physiologiques d’un individu, à savoir l’humeur, la pensée, le comportement ou l’émotion ; et susceptibles de créer une dépendance psychologique ou physique. 

Nous entendons par « drogues » les produits psychoactifs non autorisés (illicites, détournés, non-régulés). L’illégalité de l’usage de drogues génère pour les consommateurs des risques spécifiques au niveau sanitaire, juridique et social qui doivent être pris en compte dans une approche de santé globale.  

Renvoyer vers la note de positionnement de Médecins du monde sur la santé et les droits des personnes usagères de drogues. 

 

Quelques chiffres clés sur les drogues :

  • La répression des drogues en France représente un coût exorbitant de 2,4 milliards d’euros (soit 0,1% du PIB)
  • La France est le pays de l’UE ayant les plus forts niveaux de consommation : 1er pour le cannabis et 3e pour la cocaïne

A l’échelle mondiale le budget dépensé pour le contrôle des drogues est de 100 milliards de dollars. Une réorientation de 10% de ce montant permettrait de mettre fin aux épidémies de VIH et d’hépatite C chez les usagers de drogues.

 

Prise de traitement contre l'hépatite C en Georgie

© Olivier Papegnies

Prise de traitement contre l'hépatite C en Georgie

Qu’est-ce que le travail du sexe ?

Médecins du Monde-France choisit de privilégier l’emploi des termes de « travail du sexe » et de « travailleuse et travailleur du sexe » pour désigner l’activité et les personnes qui l’exercent, quelles que soient les conditions de cet exercice. Cette terminologie renvoie aux personnes dont l’activité, choisie ou contrainte, se définit dans des échanges économico-sexuels dont les transactions économiques peuvent être explicites (prestations sexuelles contre de l’argent) ou implicites (services sexuels contre protection, logement, produits psychoactifs, aide à la migration…). 

Le travail du sexe recouvre une extrême diversité de situations. Si certaines personnes exercent une profession de manière consentie et assumée, d’autres sont  exploitées voire contraintes. Conformément à ses valeurs, Médecins du Monde dénonce avec force toute forme de contrainte et de violence exercée à l’encontre des êtres humains. Nous pensons qu’au même titre que pour toute population marginalisée et réprimée, il est en priorité nécessaire de mettre en capacité les travailleuses/eurs du sexe, qu’elles/ils soient mineurs ou majeurs, d’exercer leurs droits fondamentaux, prévus par les textes internationaux relatifs à la santé, aux droits et à la protection des personnes. 

Médecins du monde s’engage pour l’accès des travailleurs et travailleuses du sexe à des services de santé prenant en compte la multiplicité de leurs besoins de santé. Nous dénonçons les lois et politiques qui aggravent les violences et les problèmes de santé, notamment la criminalisation du travail sexuel et les politiques migratoires qui condamnent les personnes à la clandestinité.  

Renvoyer vers la note de positionnement de Médecins du monde sur la santé et les droits des travailleurs et travailleuses du sexe. 

 

Quelques chiffres clefs sur le travail sexuel : 

  • Décriminaliser le travail sexuel pourrait réduire les nouvelles infections au VIH chez les travailleurs et travailleuses du sexe de 46% en 10 ans. (OMS)
  • Eliminer les violences sexuelles contre les travailleurs et travailleuses du sexe permettrait de réduire de 20% les nouvelles infections au VIH. (OMS)
  • [La dépénalisation du travail sexuel consenti offre] l’impunité aux personnes qui maltraitent les travailleuses et travailleurs du sexe, souvent trop effrayés à l’idée d’être sanctionnés pour signaler une infraction à la police, et qu’elles affectent leur sécurité. (Amnesty International)

Qu’est-ce que la Réduction des Risques ? 

 

Association médicale de solidarité internationale, Médecins du Monde s’engage depuis près de 40 ans auprès de et avec les personnes usagères de drogues, les travailleuses et travailleurs, du sexe et les minorités sexuelles et de genre en suivant une approche pragmatique : plutôt que de (re)nier leurs pratiques et identités, nous construisons avec elles des solutions adaptées à leurs besoins pour améliorer leur santé. Cela induit des interventions de prévention, des traitements et des soins, un accompagnement psychosocial et des actions favorisant l’autonomie socio-économique auprès des personnes concernées. Cette approche est appelée réduction des risques (RdR).  

[guide thématique]

Concrètement, pourquoi faire de la Réduction des Risques ?

Considérer ces personnes comme des délinquantes ou délinquants, des malades ou des victimes ne conduit qu’à paralyser toute pensée novatrice apte à respecter leur existence, leur humanité et leur droit à être des citoyennes et des citoyens à part entière.  

 

La Réduction des Risques : une réponse de santé publique

Malgré de fortes oppositions morales dans certains contextes, la Réduction des Risques, d’abord illégale, s’est imposée comme une réponse de santé publique efficace et avantageuse en termes de coût. 

 

Une approche fondée sur les droits humains

La Réduction des Risques s’envisage d’une manière globale, en termes de répercussions sanitaires, sociales et économiques, aussi bien à un niveau individuel que dans l’ensemble de la société.