Bidonville

Les équipes de Médecins du Monde intervenant en squats et bidonvilles constatent les conséquences de l’habitat ultra précaire et de la pratique répétée des expulsions sur la santé des personnes. Les expulsions sans relogement jettent les habitants des lieux de vie informels dans l’errance, les éloignent du système de santé, brisent la continuité des soins et rendent difficile la prévention et la lutte contre les épidémies. 

Médecins du Monde intervient dans les squats et bidonvilles pour proposer un accès aux soins et aux droits aux habitants ou les orienter vers des structures de santé – avec une attention particulière sur la santé des femmes et des enfants. Favorable à une politique de résorption des bidonvilles qui tient compte de la participation des personnes concernées, Médecins du Monde insiste sur l’importance de solutions concertées, et de propositions de relogement adaptées et pérennes. En l’absence de propositions dignes et le temps que celles-ci soient élaborées avec les habitants, l’association milite pour une stabilisation temporaire des personnes et une sécurisation sanitaire des lieux de vie.

Médecins du Monde et la Fondation Abbé Pierre condamnent l’expulsion des habitants

La pauvreté et l’exclusion obligent près de 17 600 personnes à vivre dans des bidonvilles. On n’en compte pas moins de 359 en France en 2019.

En 1993, Médecins du Monde lançait sa première mission à destination des Roms. Conditions de vie extrêmement précaires, expulsions en hausse : les équipes de terrain tirent la sonnette d’alarme sur une situation qui n’a guère évolué en vingt ans.
Global loader