Programme de santé sexuelle et reproductive pour les personnes isolées et exclues des soin

Colombie

Urgence
53 ans

de conflit armé jusqu’à l’accord de paix signé en 2016

5,1 millions

personnes en situation de besoin humanitaire

1,8 millions

de réfugiés et migrants vénézuéliens présents en Colombie

La situation en Colombie

Dans les zones rurales isolées des départements du Meta, du Guaviare, du Nariño, de la Cauca, de Valle del Cauca et de Chocó, le premier centre de santé est parfois à plusieurs heures de marche ou de pirogue. L’accès aux services de santé les plus basiques devient, dans ces conditions, extrêmement périlleux.

L’isolement dont souffrent les habitants de ces régions encourage également l’apparition de la malnutrition et de maladies liées à la mauvaise qualité l’eau. Un contexte aggravé par les viols et les violences subies par les femmes de la part des groupes armés ou dans la cellule intrafamiliale. Le contrôle social sur le corps des femmes par des groupes armés dans divers territoires, les violences sexuelles et autres violences basées sur le genre sont des impacts récurrents et profonds dans des contextes à forte présence d'acteurs armés et d'économies illicites. En outre, une très forte augmentation des violences sexuelles contre les femmes défenseures des droits humains ont été constatés.

282 800 femmes survivantes de violences sexuelles en 2019

Depuis, la signature des accords de paix entre les autorités colombiennes et les FARCinfo-icon en 2016 la violence a particulièrement accrue dans le pays, en particulier dans les zones rurales. D’après l’institut d’enquête indépendant INDEPAZ, 971 personnes ont été tuées entre novembre 2016 et juillet 2020 comprenant des populations indigènes, des Afro Colombiens, des agriculteurs, des syndicalistes, des militants écologistes et des femmes.

En Colombie, les femmes sont particulièrement victimes de viols et de violences de la part des groupes armés ou dans la cellule intrafamiliale. © Quentin Top
En Colombie, les femmes sont particulièrement victimes de viols et de violences de la part des groupes armés ou dans la cellule intrafamiliale. © Quentin Top

Cette escalade du conflit en 2020 a accentué les déplacements internes de populations et entrave l’accès aux services de soins des populations. Au moins 5,1 millions de personnes sont estimées avoir besoin d’une assistance humanitaire cette même année dans le pays.

A ce contexte, s’ajoute l’impact direct dans le pays de la crise au Venezuela. Il y a actuellement 1 764 883 vénézuéliens en Colombien dont seulement 245 197 sont enregistrés au système national de sécurité sociale. La pandémie de COVID 19 a entraîné la diminution de revenus des migrants, créant ainsi de nouveaux besoins comme les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, l’accès aux soins de santé et la protection De plus, l’épidémie a accentué le sentiment xénophobe à l’encontre de la population migrante provoquant l’expulsion de familles, augmentant ainsi le nombre de personnes vivant à la rue.

Certains services de santé ont dû fermer afin de concentrer les efforts sur la pandémie.

Les mesures mises en place par les autorités pour contrôler la pandémie de COVID 19 ont entraîné la chute de l’économie locale et nationale. Ajouté à cela un manque de services de transports, l'effondrement du tissu économique a provoqué une crise alimentaire dans le pays. Le confinement mis en place a participé à l’augmentation de la violence domestique et contre les femmes et des problèmes de santé mentale.

Cela a également accentué les problématiques existantes de manque de personnels soignants, de diminution de la qualité des services, du manque de protection et d’équipements médicaux. En effet, certains services de santé ont dû fermer partiellement, voire totalement, afin de pouvoir endiguer la pandémie. Ainsi, les services de santé des femmes, de planning familial, de maladies chroniques, de cancers, de VIHinfo-icon ont été mis de côté afin de concentrer les services de santé autour des conséquences de la COVID 19.

 

 

Médecins du Monde vient en aide aux victimes du conflit qui oppose les FARC au gourvernement en Colombie. © Andréa Lamount
Médecins du Monde vient en aide aux victimes du conflit qui oppose les FARC au gourvernement en Colombie. © Andréa Lamount

Notre action en Colombie

EXCLUS DES SOINS

Proposer une réponse rapide aux violences

Depuis les accords de paix, Médecins du Monde a réorienté ses activités en zone rurale afin d’apporter une réponse d’urgence en cas de pic de violence en Colombie, notamment lors d’attaques de groupes paramilitaires, de déplacements massifs et de confinement de populations. En partenariat avec deux autres ONGinfo-icon internationales, Médecins du Monde déploie une équipe composée de médecins, de psychologues, de travailleurs sociaux et de spécialistes de la nutrition, de l’hygiène et de l’assainissement et de la protection de l’enfance.

 

Médecins du Monde propose des ateliers de sensibilisation aux écoliers et aux familles. © Andréa Lamount
Médecins du Monde propose des ateliers de sensibilisation aux écoliers et aux familles. © Andréa Lamount

 

Face à la crise du covid-19

Médecins du Monde a adapté ses activités en maintenant un service minimum dans les centres de santé primaires en santé sexuelle et reproductive et en santé mentale. L'ONGinfo-icon soutient les services de santé locaux en fournissant des équipements de protection aux personnels soignants, un support technique et un soutien psychologique. Un travail de sensibilisation à la COVID 19 auprès des bénéficiaires et du personnel soignant est aussi menés par nos équipes.

 

Intervenir sur les violences liées au genre

Médecins du Monde met également l’accent sur la protection des victimes de violences sexuelles que notre association accompagne par ailleurs pour constituer des groupes d’auto-support et pour garantir une prise en charge globale et respectueuse des droits dans les établissements sanitaires du Meta, du Guaviare, du Nariño, de la Cauca, de Valle del Cauca et de Chocó.

 

Soigner les migrants vénézuéliens

L’arrivée massive de migrants vénézuéliens en Colombie a conduit Médecins du Monde à fournir un appui à de nombreuses personnes à la frontière sud de la Colombie, zone frontalière avec l’Equateur. L’objectif est d’accompagner les populations les plus à risque (mineurs, victimes d’exploitation sexuelle et professionnelle…) et d’assurer une prise en charge sanitaire et psychosociale pour les migrants en transit.
 

Dans ces différentes interventions en Colombie, Médecins du Monde est partenaire de plusieurs acteurs universitaires et organisations de la société civile qui agissent en faveur du respect des droits humains et de l’accès à la santé . Nous travaillons notamment avec le réseau « Salud Paz », réseau d’acteurs médicaux et universitaires très actif sur la défense du droit à la santé pour tous, et l’organisation « mesa por la vida y la salud de las mujeres », collectif qui travaille plus particulièrement sur les questions de l’accès à la santé pour les femmes et en particulier sur la dépénalisation de l’avortement.

En 2020, Médecins du Monde a participé au dépôt d’un recours d’inconstitutionnalité contre la pénalisation de l’avortement en Colombie (art. 12 du code pénal) avec Women’s Link World Wide et le Centre pour les droits reproductifs.

Le savez-vous ?

Le 24 novembre 2016, au terme de 52 ans de conflit armé, un accord de paix a été signé entre le gouvernement colombien et les FARCinfo-icon. Si dans l’ensemble la situation montre aujourd’hui une nette amélioration, « la plus grande catastrophe humanitaire de l’hémisphère occidental » a fait 220 000 morts, 40 000 disparus et 6 millions de déplacés.

Cependant, la violence persiste en Colombie et au moins 5 autres groupes armés (ELNinfo-icon, EPL, Dissidences des FARCinfo-icon, Clan del Golfo, Autodefensas Gaitanistas de Colombia) continuent à provoquer la terreur et la mort parmi la population civile.

 

 

De nombreux efforts restent à mener pour notre ONGinfo-icon en Colombie afin de rétablir l’accès aux soins dans les zones rurales touchées par le conflit et réintégrer les guérilleros à la vie civile. 

En 2020

Nous avons :

  • dispensé 9 846 consultations médicales
  • effectué 1 385 consultations en santé mentale
  • contribué au dépôt d'un recours d'inconstitutionalité contre la pénalisation de l'avortement

 

Ils nous soutiennent

Historique
1987
Médecins du Monde commence à travailler avec les indiens Apaporis.
1994
Début d’un programme avec les enfants des rues. Fermeture en 2000.
1997
Intervention dans le département du Chocó affecté par le conflit armé. Fermeture en 2011.
2003
Fin du programme auprès des indiens, intervention dans le département du Meta affecté par le conflit armé.
2010
Début de l’intervention dans le Nariño.
2016
Accord de paix signé avec les FARC et début de réflexion sur l’adaptation des actions
2017
Fin des activités de Services Mobiles de Santé dans le Guaviare
2018
Lancement de activités de Réponse Rapide aux violences post-accords de paix

Votre soutien

Donner

20 € pour financer une consultation médicale

Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

 
Global loader