Madagascar

11 %

taux de dépistage du VIH (pourcentage connaissant leur statut)

36 %

de femmes ayant accouché avant l'âge de 18 ans

426

décès maternelles pour 100 000 naissances vivantes

Madagascar : une situation humanitaire alarmante

L'urgence humanitaire à Madagascar

Madagascar se distingue sur le continent africain par une loi particulièrement restrictive sur l’avortement et une très forte résistance à l’assouplissement de cette loi. Pourtant, l’avortement est fréquemment pratiqué par de nombreuses femmes de manière illégale.

Des indicateurs alarmants en matière de santé sexuelle et reproductive.

Sur l'île de Madagascar, les indicateurs sanitaires sont alarmants, particulièrement ceux concernant la santé sexuelle et reproductive (SSR) : un taux de mortalité maternelle de 426/100 000, une proportion d’accouchements en présence de personnel soignant qualifié de 46 %, une proportion d’accouchements dans une structure sanitaire de 39 %, l'utilisation de consultations prénatales à 56,7 %, et un taux d’utilisation de la contraception moderne de 38 % chez les jeunes de 15-19 ans sexuellement actifs. Les hémorragies, la non-expulsion du fœtus, la rétention placentaire, la rupture utérine ou encore les infections font partie des complications d’avortement qui constituent la deuxième cause de mortalité maternelle à Madagascar (16 % du taux de mortalité maternelle).

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, et plus largement face aux inégalités d’accès aux soins médicaux des Malgaches, la nécessité du déploiement d’une aide médicale à Madagascar s’impose.

 

Des soins de santé primaires et des zones oubliées

Madagascar reste un pays avec un système de santé fragile, et qui fait face à des crises récurrentes. L’espérance de vie à la naissance n’est que de 65 ans pour les hommes et de 68 ans pour les femmes.

Dans les zones en crise et particulièrement le Sud du pays, les indicateurs sont alarmants : dans la région de l’Androy, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est de 74 pour mille, et seul 1 % de la population a accès à un assainissement de base. La sécheresse particulièrement forte dans la zone en 2020 a entraîné une forte insécurité alimentaire, et au dernier trimestre de l’année le taux de malnutrition aiguë globale a atteint 13,5 % de la population dans la région de l’Androy.

 

Pandémie de covid-19 à Madagascar : une urgence humanitaire

Madagascar fait face depuis de nombreuses années à des maladies à fort potentiel épidémique, dont la peste et la rougeole, avec plus de 1 000 décès de rougeole comptabilisés en 2018 et 2019. Catastrophe supplémentaire : en 2020, le pays a dû s’adapter à l’arrivée de l’épidémie de COVID-19. L’épicentre, initialement dans la ville de Tamatave est, après quelques semaines, passé à la capitale Antananarivo, perturbant fortement les structures sanitaires de la capitale, et impactant fortement l’accès aux soins des populations. À la fin de l’année 2020, Madagascar comptait plus de 18 000 cas cumulés positifs COVID-19 et 270 décès.

 

 

Les animateurs de prévention malgaches rejoignent le village isolé de Mosorokely. © Bruno Fert
Les animateurs de prévention malgaches rejoignent le village isolé de Mosorokely. © Bruno Fert

Notre aide humanitaire à Madagascar


Notre aide humanitaire à Madagascar s’est déployée sur plusieurs axes, dont la santé des femmes malgaches et la chirurgie réparatrice.

 

Améliorer la santé sexuelle et reproductive des femmes et des enfants...

Médecins du Monde France, association humanitaire qui œuvre pour la santé, a démarré en 2017 un programme en santé sexuelle et reproductive (SSRinfo-icon) qui a pour objectif de contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité maternelle associée au manque d’accès à des services de qualité en particulier chez les adolescents et les jeunes (10-24 ans).

Notre ONGinfo-icon agit à travers le renforcement du rôle des acteurs de la société civile et des institutions publiques liées à la santé sexuelle et reproductive à Antananarivo, capitale de Madagascar.

...Et travailler main dans la main avec le tissu associatif local

Cette action humanitaire à Madagascar vise à améliorer la prévention et la prise en charge des grossesses non désirées selon une approche par les droits, à travers trois volets principaux :

  • Un volet communautaire, en partenariat avec des associations locales, visant à renforcer les capacités des adolescents et des jeunes pour devenir acteurs de leur propre santé ;
  • Un volet médical visant à améliorer l'accessibilité et la qualité de l’offre des services en SSR adaptés aux besoins des adolescents et des jeunes dans sept centres de santé de base ;
  • Un volet plaidoyer visant à promouvoir le droit de décider des adolescents et des jeunes en SSR.

En lien avec le contexte de la crise sanitaire à la COVID-19, les activités de la mission  humanitaire à Madagascar s’adaptent à une situation qui peut évoluer d’un jour à l’autre (confinement, couvre-feu, etc).  

 
Mission humanitaire Madagascar : le saviez-vous ?

Le programme d’aide humanitaire en Santé Sexuelle et Reproductive à Madagascar est mis en place en partenariat avec trois associations nationales de jeunes (Tanora IRAI, Tanora GARANTEEN et Tandem), et deux  ONG nationales (ASOS et Mira Aina) pour le volet communautaire.

Médecin examinant une femme enceinte. © Bruno Fert
Médecin examinant une femme enceinte. © Bruno Fert

Une mission humanitaire pour les plus vulnérables différée à Madagascar

Une mission exploratoire dans la zone de l’Androy et plus spécifiquement dans le district d’Ambovombe, l’une des zones identifiées comme les plus vulnérables du pays en termes d’indicateurs de santé, a eu lieu en janvier 2021. L’objectif de cette mission était d’évaluer, d’analyser les facteurs influençant la situation sanitaire de la population afin de définir une intervention basée sur les informations collectées et de réaliser une analyse des contraintes et opportunités (internes & externes à MdM). Le but : « contribuer à l’amélioration de l’accès aux soins des populations de la région d’Androy ».

 

Femmes et enfants retrouvent le sourire avec la chirurgie pédiatrique

Dans le cadre de l’Opération Sourire, les enfants victimes de lésions maxillo-faciales, de séquelles de brûlure ou de malformations congénitales du système viscéral sont opérés, et suivis par les équipes de Médecins du Monde à Madagascar.
Ces missions chirurgicales, à destination des adultes et des enfants, se déroulent 4 à 5 fois par an, à Antananarivo, la capitale, et en province. Une aide médicale qui peut changer la vie de nombreux habitants de Madagascar.

 

 

Tananarive
Tananarive

En 2020

Dans le cadre de notre mission humanitaire à Madagascar, nous avons malheuresement :

  • dû annuler les missions humanitaires initialement prévues par les chirurgiens français qui ne pouvaient plus voyager, leur calendrier chirurgical étant saturé et les vols étant stoppé.

 

Mais préparé une mission humanitaire « 100% malgache » qui se tiendra en février 2021 à l’Hôpital JRA de la capitale, et permettra d’opérer 26 enfants en chirurgie reconstructrice.

 

Au centre de santé géré par Médecins du Monde, les familles attendent pour une consultation cardiaque. © Bruno Fert
Au centre de santé géré par Médecins du Monde, les familles attendent pour une consultation cardiaque. © Bruno Fert

Une mission humanitaire essentielle : prendre en charge le covid-19 à Madagascar

En dehors des programmes réguliers en matière de santé, notre association humanitaire Médecins du Monde reste vigilante sur les situations d’urgences liées aux aléas climatiques, notamment les cyclones, mais aussi lors de flambées épidémiques et d'éventuels conflits pouvant générer des violences. Ainsi, en 2020, Médecins du Monde a appuyé le Ministère de la Santé malgache lors de l’arrivée de l’épidémie de COVID-19 sur le territoire. MDM a travaillé dans le cadre d’un consortium avec Action Contre la Faim, Care et l’organisation communautaire ASOS dans un projet de riposte mis sur pied dès avril 2020.

 

 Je fais un don 

 

 

Tananarive
Tananarive

En 2020

Dans le cadre de notre plan d'aide médicale à Madagascar, nous avons :

  • déployé une équipe de 12 médecins et 12 paramédicaux dans 3 Centres Hospitaliers Universitaires de la capitale pour appuyer le personnel soignant du ministère de la santé, mettre en place les circuits de triage et limiter les risques de contamination à l’intérieur des structures de soins
  • appuyé les 18 centres de santé de base de la capitale avec des activités formatives et de compagnonnage ainsi que des dons en équipement de protection individuelle, matériel médical et matériel d’hygiène
  • formé plus de 600 personnels de soins à la gestion de la COVID-19 et la prise en charge des cas graves dans les régions d’Analamanga, Ihorombe, Atsimo Andrefana, V7V et la Haute Matsiatra

 

 

 

 

Ils nous soutiennent

Historique
1986
Première intervention de Médecins du Monde à Madagascar.
1993
Début d’un programme de lutte contre les MST à Antananarivo.
1995
Début du programme de chirurgie cardiaque pédiatrique à Antananarivo.
2004
Lancement de l’Opération Sourire à Madagascar.
2005
Programme de soutien aux détenus des établissements pénitenciers de l’île.
2005
Chirurgie viscérale à Antananarivo.
2008
Début du programme de gestion des risques liés aux catastrophes.
2012
Fin de l’intervention dans les prisons.
2014
Médecins du Monde dirige le consortium d’ONG en santé maternelle et infantile.
2017
Ouverture des programmes VIH et Santé Sexuelle et Reproductive
2020
Appui au Ministère de la Santé face à la Covid-19

Votre soutien

Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Global loader