Égypte

©Reuters

Égypte

250 000

réfugiés et demandeurs d’asile sont enregistrés par le HCR en Egypte

1

psychologue pour un million d’habitants

La situation humanitaire en Égypte

Une situation humanitaire et sanitaire précaire pour les migrants en Egypte

La côte méditerranéenne de l’Égypte est devenue un important point de départ des migrants et réfugiés pour l'Europe depuis la fermeture de la route des Balkans et l'augmentation des contrôles à la frontière turque. Les migrants, en particulier sub-sahariens, manifestent un intérêt croissant pour l'Égypte en raison de sa position centrale. C’est le cas de centaines de milliers de soudanais, erythréens, ethiopiens arrivés en Egypte par le biais de filières clandestines et qui souhaitent rejoindre Israël ou l’Europe. Plusieurs milliers de ces migrants sont victimes de trafiquants d’organes qui ont développés conjointement avec les passeurs, un business de ventes d’organes contre quelques milliers d’euros et sans suivi médical, mettant en péril la santé déjà fragile des migrants.

Les barrières aux services tels que la santé, l'éducation, le logement et l'emploi obligent les migrants à vivre en marge de la société. Dans un pays déjà marqué par un taux de chômage important et un faible accès aux services de base, les migrants sont de plus en plus considérés comme un fardeau indésirable et subissent des comportements discriminatoires.

Nombreux sont les Égyptiens qui souffrent de troubles de l’humeur, de troubles anxieux ou de stress post-traumatique.

La population égyptienne souffre également d’une politique sanitaire fragile

Par ailleurs, au sein de la population égyptienne même, nombreux sont ceux qui souffrent de troubles de l’humeur, de troubles anxieux ou de stress post-traumatique. Notamment parmi les femmes battues, les enfants vivant à la rue, les prisonniers, les victimes de violences politiques, les personnes handicapées, les usagers de drogues, les malades du sida ou de l'hépatite C… Leurs maux ont des conséquences directes sur leurs relations avec leur entourage, notamment au niveau de la cellule familiale.

Or, en Égypte, les services de santé mentale relèvent essentiellement de la prévention et sont concentrés sur les hôpitaux et travaillent sous la tutelle du Secrétariat Général de la Santé Mentale, qui à son tour fait partie du Ministère de la Santé. Dans les centres communautaires, les soignants n’y sont pas formés et les médicaments spécifiques font cruellement défaut.

©Reuters
©Reuters

L'action de Médecins du Monde en Égypte

EXCLUS DES SOINS

Prendre en charge la santé mentale en Egypte

Pour faire face à cette crise sanitaire, Médecins du Monde a lancé en 2017 un projet d’amélioration de l’accès aux soins de santé mentale auprès des réfugiés, des migrants mais aussi des populations d’accueil dans les zones urbaines de la capitale voire les gouvernorats du Caire et de Gizeh.

En Egypte, certains préjugés sociaux et culturels constituent en effet des barrières importantes à l’accès à ce type de soins, alors que les besoins sont réels. En 2017, il y avait en moyenne 1 psychologue pour un million d’habitants au niveau national.

 

Aider les organisations locales égyptiennes à soigner les pathologies mentales

Notre association humanitaire travaille sur le renforcement des capacités qui vise à accompagner les acteurs locaux afin qu’ils puissent eux-même remédier à ces problèmes sanitaires à l’avenir. Médecins du Monde oeuvre également à la sensibilisation des personnels des centres de soins de santé primaire et des ONGinfo-icon afin de favoriser l’accès aux soins de santé mentale et au support psychosocial.

La formation et l’accompagnement réalisés au niveau de 12 centres de santé et 4 ONGinfo-icon, ainsi que le plaidoyer auprès des autorités sanitaires, sont autant d’actions qui visent à permettre l’intégration de la prise en charge en santé mentale et du soutien psychosocial aux services existant.

 

Cette action est complétée par un travail communautaire de sensibilisation et de prévention réalisé dans les quartiers ciblés, en lien étroit avec quatre associations locales partenaires et plus de trente centres communautaires où les flux de migrants et de réfugiés se centralisent.
Cette action est déterminante afin de renforcer le lien entre la communauté, les ONGinfo-icon et les services de santé de l’état, notamment les centres de santé primaire dans un premier lieu.

Le Grand Caire (gouvernorats du Caire et de Gizeh)
Le Grand Caire (gouvernorats du Caire et de Gizeh)

En 2019

Nous avons  :

  • appuyé 12 centres de santé de la région du Caire

  • formé 63 personnels de santé et partenaires

  • réalisé 169 séances de sensibilisation sur la santé mentale

  • renforcé les capacités de 4 organisations locales

  • formé 12 facilitateurs communautaires migrants

 

 

Historique
2005
Accès aux soins de santé reproductive pour les filles vivant dans les rues du Caire. Fermeture du programme en 2008.
2009
Promotion des droits de santé pour les enfants des rues du Caire et de Gizeh. Fermeture du programme en 2012.
2014
Santé mentale pour les personnes les plus exposées aux risques au Caire et à Gizeh.
2017
Ouverture d’un nouveau projet pour amélioration de l’accès à la santé mentale des migrants, réfugiés et populations hôtes au Caire et à Gizeh.

Votre soutien

Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.