Médecins du Monde est présent depuis 2007 au Yémen et soutient depuis le début du conflit, en 2015, 11 centres de santé dans les gouvernorats de Sana’a, d’Ibb et d’Amanat Alasimahpour améliorer l’accès aux soins des populations du nord du pays.© Reuters

Au Yémen, la fin de la surveillance indépendante du conflit met des millions de personnes en danger

Alors que la guerre au Yémen entre dans sa 7ème année, des millions de personnes souffrent de la pire crise humanitaire au monde. À ce jour, les Nations Unies estiment que 233 000 yéménites ont été tués en conséquence directe du conflit et de la crise humanitaire.

Le récent vote des membres du Conseil des Droits de l'Homme visant à rejeter le renouvellement du mandat du Groupe d'experts éminents (GEE), le seul mécanisme international, indépendant et impartial chargé de surveiller les violations commises par toutes les parties au conflit, met en danger des millions de personnes déjà vulnérables.

Les victimes du conflit au Yémen désormais livrés à eux-mêmes

Les enfants sont les premières victimes de ce conflit © Reuters
Les enfants sont les premières victimes de ce conflit © Reuters

C'est la première fois que le Conseil des Droits de l'Homme rejette un projet de résolution depuis sa création en 2006.

Le rejet du renouvellement du mandat, alors que les violations du droit international se poursuivent dans le pays, envoie le message que ceux qui violent les droits du peuple yéménite peuvent agir en toute impunité. Ce rejet a également interrompu la seule voie vers la justice internationale pour les victimes du conflit.

Le maintien du mandat du GEE était essentiel

Rendre des comptes exige une documentation impartiale des violations commises par toutes les parties à un conflit. Le maintien du mandat du GEE était essentiel pour montrer au peuple yéménite que le monde observe et s'efforcera de soutenir les victimes du conflit.

 

Abandon du peuple du Yémen en pleine crise humanitaire

SANAA, YEMEN - Trois enfants devant les immeubles détruits du centre ville. La guerre au Yémen a causé la mort de milliers de civils et le déplacement interne de plus de 3 millions de personnes. @Reuters
SANAA, YEMEN - Trois enfants devant les immeubles détruits du centre ville. La guerre au Yémen a causé la mort de milliers de civils et le déplacement interne de plus de 3 millions de personnes. @Reuters

L'arrêt du GEE ne fera pas disparaître les violations, ni les besoins humanitaires dans le pays. Il s’agit d’un abandon du peuple du Yémen en ces temps difficiles. Aujourd'hui, et plus que jamais, il est essentiel de veiller à ce que toutes les parties au conflit respectent les principes du droit international humanitaire, notamment la protection des civils et des sites civils, y compris les maisons, les hôpitaux, les écoles, les stations d'eau et les terres agricoles. Le rôle de contrôle du GEE était crucial en la matière.

Pour un processus de paix inclusif

La souffrance généralisée des personnes vulnérables au Yémen, qui ont enduré des années de conflit, de traumatismes et de déplacements, ne peut prendre fin que par la cessation des hostilités par toutes les parties et un processus de paix inclusif qui offre une solution juste et pacifique pour tous les habitants du Yémen.

 

 

Signataires

Action Contre la Faim France

Danish Refugee Council

Handicap International - Humanity & Inclusion

International Rescue Committee

Médecins du Monde

Mercy Corps

Norwegian Refugee Council

Oxfam

Polish Humanitarian Action - Polska Akcja Humanitarna

Première Urgence Internationale

Save the Children

Nous soutenir
S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.

Global loader