Chili : acteurs médicaux et civils pris pour cible

Chili : acteurs médicaux et civils pris pour cible

Deux mois se sont déjà écoulés depuis le vendredi 18 octobre 2019, jour qui marquera l'histoire moderne du Chili. Depuis ce jour, des millions de personnes, partout au Chili, expriment leur refus d’un modèle économique et social violent et qui génère de profondes inégalités, empêchant le développement d'une vie digne.

C’est également depuis ce jour que « Salud a la Calle », organisation civile autoconvoquée, autogérée et autonome, composée de plus de 150 professionnels de santé et paramédicaux, entame son action d'aide humanitaire dans le cadre de manifestations populaires. Ce sont ses interventions d’urgence qui permettent aujourd´hui de témoigner de la profonde crise sanitaire déclenchée par la violente répression policière, comme réponse de l’Etat aux demandes légitimes de millions de Chiliennes et de Chiliens.

 

Nous parlons d'une crise sanitaire sans précédent : des milliers de personnes ont été touchées par l'emploi de gaz lacrymogènes et de substances chimiques ajoutées aux jets d'eau tirés sur les manifestants, provoquant des brûlures sur la peau. Des milliers de personnes ont également été blessées par des armes à feu, avec des balles en caoutchouc et en plomb, ainsi que par l'impact des bombes lacrymogènes tirées au niveau des corps de manifestants, parfois visant directement la tête. L'une des données les plus sensibles et les plus concrètes de cette violence concerne les plus de 300 personnes victimes de traumatismes oculaires, dont beaucoup ont irréversiblement perdu la vue. Tout cela, sans tenir compte des effets sur la santé psychique des filles et des garçons, des personnes âgées et des femmes enceintes dans un pays dont les indices de santé psychosociale étaient déjà très alarmants.  

 

Ce sont ces évènements qui poussent Salud a la Calle, en collaboration avec Médecins du Monde France, à dénoncer ces faits et demander le soutien de la communauté internationale, afin de mettre fin à la répression de l’Etat envers les manifestants au Chili. Nous demandons également que soient garantis les droits et les devoirs des professionnels de santé et de la société civile à fournir une assistance et des premiers soins à ceux qui en ont besoin, sans distinction, comme cela a été le cas jusqu'à présent. Sans l’intervention d’organisations comme la nôtre de manière continue dans les espaces publics où se déroulent les manifestations afin d’apporter des soins appropriés, nous aurions pu déplorer beaucoup plus de morts.

 

Malgré cela et malgré l’apport évident de la santé publique dans ce contexte d’explosion sociale, les agents de l'Etat s’en prennent également aux équipes médicales intervenant sur place, violant ainsi des droits humains fondamentaux et des traités internationaux signés par le Chili.

 

Il est urgent que le gouvernement chilien s’engage à mettre fin aux attaques à l’encontre de notre peuple et à garantir un accès sans entraves des acteurs humanitaires et de santé auprès de la population. Enfin nous avons également besoin de tout le soutien international nous permettant de garantir un accès à la santé dans un pays en crise.

Votre soutien
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.