>  A l'international  >  Madagascar

A l'international

Madagascar

Diminution des risques sanitaires des catastrophes naturelles, prise en charge médicale des détenus et chirurgie cardiaque infantile.


Après être intervenu une douzaine de fois pour secourir les victimes de cyclones et d’inondations, MdM met en oeuvre depuis 2008 un programme de réduction des risques des catastrophes (RRC) pour préparer les communautés aux conséquences de ces dépressions tropicales.

Après le Bangladesh et l’Inde, Madagascar est le troisième pays le plus touché par les catastrophes naturelles. L’objectif de MdM est de réduire la vulnérabilité des populations vivant à proximité des zones inondables et de maintenir un accès à l’eau.
© Bruno Fert


La situation politico-économique de Madagascar est toujours très précaire. Les sanctions internationales à l’encontre du gouvernement actuel fragilisant un peu plus les politiques publiques, MdM poursuit ses interventions en faveur des populations les plus vulnérables : victimes de catastrophes naturelles et des violences politiques, prisonniers et enfants en attente d’interventions chirurgicales.

Réponse d’urgence à la suite du passage du cyclone Giovanna

» District de Vatomandry, région d’Atsinanana

Chaque année, des tempêtes ou cyclones affectent Madagascar, entraînant d’importantes destructions, la perte de récoltes et de larges inondations. Les conséquences de tels désastres et leur récurrence vont bien au-delà des capacités des communautés affectées à répondre à leur impact. Quand un cyclone tel que Giovanna frappe, le gouvernement malgache ne parvient pas à répondre seul à tous les besoins. C’est dans ce contexte que MdM intervient.

» les activités
Espérance de vie 66,9 ans
IDH 0,48 ; rang 151
Source : Pnud 2012
Population
» Bénéficiaire : 30 351
» Cible : 94 614
Personnel
» National : 4
» International : 1
Responsables
» Mission : Emmanuelle Rachou,
Dominique Coyez
» Terrain : Catherine Courtin
» Siège : Gaëlle Roure
Sources de financement
» DG Echo
Budget
» 2012 : 103 313 €

Le cyclone Giovanna est entré par l’est de l’île dans la nuit du 13 au 14
février 2012, puis a traversé Madagascar jusqu’à la côte ouest.
MdM est intervenu dès le 14 février pour évaluer les besoins.
MdM a mis en place la prise en charge gratuite des populations sinistrées
malades dans sept centres de santé du district de Vatomandry sur la côte
ouest et ce jusqu’à mi-juin 2012. MdM a réhabilité également les
bâtiments de l’hôpital du district partiellement détruits par le cyclone. 

» les résultats

Les 7 centres de santé des communes sinistrées ont des médicaments pour traiter gratuitement les populations touchées par le cyclone.

» les perspectives

En 2013, MdM restera en veille et se préparera à répondre à de nouvelles situations d’urgence, que ce soit en réponse à une catastrophe naturelle (notamment aux inondations dues au passage d’un cyclone), à une épidémie ou à des troubles politiques et sécuritaires.





Diminuer les risques sanitaires lors des catastrophes naturelles

» 4 districts des régions de Sava, d’Analanjirofo et d’Atsimo-Atsinanana

La majorité des Malgaches réside en milieu rural. L’accès aux services de base tels que la santé, l’éducation, l’eau potable y est généralement insuffisant. Cette vulnérabilité est exacerbée par les effets dévastateurs des cyclones. MdM est intervenu à plusieurs reprises pour secourir les victimes de cyclones et d’inondations. Depuis 2008, MdM mène un programme pour préparer les communautés aux conséquences de ces dépressions tropicales.

» les activités
Espérance de vie 66,9 ans
IDH 0,48 ; rang 151
Source : Pnud 2012
Population
» Bénéficiaire : 221 546
» Cible : 941 505
Personnel
» National : 23
» International : 1
Responsables
» Mission : Emmanuelle Rachou,
Dominique Coyez
» Terrain : Catherine Courtin
» Siège : Gaëlle Roure
Sources de financement
» DIP ECHO , MdM
Budget
» 2012 : 267 983 €

Le projet entre dans sa troisième phase pour renforcer et transférer les
acquis et activités vers les acteurs malgaches. Ce transfert concerne :
le soutien au système de santé (veille sanitaire au niveau communautaire,
suivi épidémiologique), la prise en charge des victimes des catastrophes
naturelles (formation de secouristes, d’une équipe médicale d’urgence,
élaboration d’un plan de contingence) et le maintien d’une dynamique
communautaire de réduction des risques de catastrophes. Des formations
de formateurs sont mises en œuvre pour assurer la pérennité de ces
actions.
Un projet multisectoriel (santé, eau et assainissement, sécurité
alimentaire) commun à MdM, Care et Médair est mené à Vangaindrano,
dans le sud-est de l’île. MdM y apporte un appui sur les aspects santé
de la réduction des risques de catastrophes pour améliorer la prise en
charge des victimes de ces catastrophes. Une équipe d’urgence est
formée et dotée en matériel et un réseau de secouristes est mis en place.

» les résultats

19 chefs de poste formés par la Croix-Rouge pour appuyer les secouristes.

12 membres des comités de gestion des risques deviennent formateurs.

» les perspectives

En 2013, MdM continuera sa logique de renforcement des capacités et de transfert de compétences aux acteurs malgaches, dans la perspective de fermer le programme à la fin de l’année. Le projet commencé à Vangaindrano sera consolidé. La capitalisation d’expérience et le plaidoyer auprès des instances de tutelle, des bailleurs et des partenaires seront poursuivis.





Prise en charge sanitaire des détenus

» Régions de Boeny, Sofia, Diana, Sava, Vakinankaratra, Analanjirofo et Menabe

Madagascar est l’un des pays les plus touchés par la pauvreté, avec 85 % de sa population vivant avec moins de 2 dollars par jour. Une crise politique et économique perdure depuis 2009 et fragilise les politiques publiques. MdM poursuit ses interventions en faveur des populations les plus vulnérables dont les personnes détenues.

LES ACTIVITÉS 
Espérance de vie 66,9 ans
IDH 0,48 ; rang 151
Source : Pnud 2012
Population
» Bénéficiaire : 6 215
» Cible : 19 870
Personnel
» National : 15
» International : 1
Responsables
» Mission : Pascale Luciani
» Terrain : Catherine Courtin
» Siège : Gaëlle Roure
Sources de financement
» FED, AFD, MdM
Budget
» 2012 : 354 157 €

En partenariat avec d’autres acteurs du milieu carcéral comme le CICR,
MdM appuie le ministère de la Justice afin d’humaniser les conditions de
détention à Madagascar.

Pour améliorer concrètement la situation des détenus, MdM intervient
directement sur les questions sanitaires : réhabilitation d’infirmeries,
approvisionnement en médicaments et en équipements, compagnonnage
des infirmiers, prise en charge de la malnutrition sévère et renforcement
des activités d’hygiène. MdM mène parallèlement des actions de plaidoyer
afin d’améliorer durablement les conditions de détention, en ce qui
concerne la surpopulation carcérale, l’hygiène et les droits de l’homme.

MdM soutient également des associations malgaches pour la mise en
œuvre de micro-projets permettant une resocialisation des détenus.

En capitalisant le travail mené au sein des prisons malgaches depuis 2005,
MdM a développé de nombreux outils, comme des modules de formation,
qui sont devenus des références au niveau national. 

LES RÉSULTATS

En 2012, MdM est intervenu auprès de 5 600 détenus et a formé
615 personnels au sein de 24 établissements.

LES PERSPECTIVES

MdM s’est désengagé de ce programme fin décembre 2012 au profit des partenaires institutionnels et de la société civile qui se sont approprié une partie du dispositif afin de poursuivre les actions dans les meilleures conditions possibles.





Chirurgie cardiaque infantile

» Antananarivo

Madagascar est l’un des pays les plus touchés par la pauvreté, avec 85 % de sa population vivant avec moins de 2 dollars par jour. La majorité des Malgaches réside en milieu rural où l’accès aux services de base, tels que la santé, l’éducation, l’eau potable est généralement insuffisant. MdM intervient pour offrir une prise en charge adaptée aux enfants pauvres atteints de malformations cardiaques.

» les activités
Espérance de vie 66,9 ans
IDH 0,48 ; rang 151
Source : Pnud 2012
Population
» Bénéficiaire : 60
Personnel
» National : 2
» International : 6
Responsables
» Mission : Christophe
Ottenwaelder
» Terrain : Catherine Courtin
» Siège : Gaëlle Roure
Sources de financement
» DCI
Budget
» 2012 : 132 666 €

Plus de 80 % des interventions réalisées à Madagascar en chirurgie cardiaque infantile l’ont été dans le cadre de ce projet, démarré en 1996. MdM intervient du dépistage jusqu’au suivi des enfants opérés.

L’équipe de cardio-pédiatrie infantile de la délégation Océan Indien de MdM, composée de cardiologues, de chirurgiens cardiaques et de réanimateurs anesthésistes, se rend chaque année deux semaines à Madagascar.

Des opérations à cœur fermé sont alors effectuées en collaboration avec l’équipe médico-chirurgicale malgache d’un hôpital de la capitale (Cenhosoa). L’objectif est, à terme, de composer une équipe capable de réaliser ces opérations seule. C’est pourquoi chirurgiens, cardiologues et réanimateurs anesthésistes suivent des formations à La Réunion.

Les enfants ayant besoin d’une opération à cœur ouvert sont, quant à eux, pris en charge à La Réunion et en France avec plusieurs partenaires : la Ribambelle, la Chaîne de l’espoir, Rencontres africaines et Mécénat Chirurgie cardiaque.

» les résultats

614 consultations, 38 enfants opérés à cœur ouvert et 22 à cœur fermé.

1 médecin réanimateur anesthésiste et 1 infirmier anesthésiste formés.

» les perspectives

4 personnes du service de réanimation de l’hôpital partenaire seront formées afin de constituer une équipe complète (chirurgie, cardiologie et réanimation anesthésie) capable de réaliser des opérations à coeur fermé. Un bloc de chirurgie cardiaque et une salle de réanimation seront construits par la communauté des Bohras. MdM participera à équiper ce bloc.

Mis en place d’octobre 2008 à mars 2010 avec le soutien de DIPECHO[1], le programme « Réduction des Risques de Catastrophes » (RRC) de Médecins du Monde vise à contribuer à la mise en place de mesures permettant la réduction des conséquences sanitaires des catastrophes naturelles (cyclones et inondations) sur les populations du district de Maroantsetra, au nord-est de Madagascar.

[1] DIPECHO (DIsaster Preparedness ECHO) est un programme ECHO créé en 1996 afin de minimiser les risques de catastrophe.

INTRODUCTION

Ce programme a été suivi d’un second programme GRC, qui a démarré dans le district de Sambava en août 2010, tandis qu’une autre ONG, Medair, a étendu ses activités RRC pour couvrir les communes du district de Maroantsetra avec lesquelles MdM avait travaillé.

Le point de départ de la démarche RRC consiste à identifier les aléas climatiques et les vulnérabilités des populations face à ces aléas. Ces vulnérabilités sont multiples :

  • au niveau institutionnel ou organisationnel : système de santé inadéquat et lui-même fragile face aux catastrophes, absence de plan de contingence, de stocks d’urgence, de moyens de déplacements, isolement par rapport aux Centres de Santé de Base (CSB), etc.
  • au niveau de la communauté : diffusion aléatoire des alertes, absence de secouristes pour les premiers soins, manque de moyens d’évacuation, et d’abris communautaires, habitat fragile, etc…

 Le programme pilote mis en place par Médecins du Monde à Madagascar correspond à la fois à une dynamique de prévention et une démarche holistique : la santé est prise en compte dans ses interactions avec l’ensemble du contexte, avec une sensibilité plus grande aux facteurs environnementaux. Il est à noter que peu d’expériences similaires spécifiquement RRC & santé semblent aujourd’hui mises en place.

Présentes depuis 2005 à Madagascar, les équipes de l'Opération Sourire y ont réalisé 35 missions dont 5 en 2012. Au total 162 patients ont été opérés dont 43 interventions de chirurgie viscérale :

  • du 4 au 12 mai, Tananarive : 36 patients opérés,
  • du 20 au 26 mai, Tananarive : 19 patients opérés (chirurgie viscérale),
  • du 27 juillet au 6 août, Tananarive : 36 patients opérés,
  • du 18 au 26 octobre, Diégo : 47 patients opérés,
  • du 11 au 18 novembre, Tananarive : 24 patients opérés (chirurgie viscérale).


© Bruno Fert


Les missions se réalisent dans le cadre d'un partenariat signé avec les hôpitaux de Tananarive et de Diégo ; les chirurgiens de l'Opération Sourire étant les seuls en mesure d'opérer les fentes palatines et vélaires. Par ailleurs, une convention cadre entre MdM et le ministère de la Santé est en cours d'élaboration. L'organisation sur place est appuyée par une coordinatrice médicale et une secrétaire.

Des modules de formation chirurgie et anesthésie sont également organisés pour le personnel de l'hôpital ou les étudiants de la faculté de médecine. 

L'intégralité du financement de l'Opération Sourire provient de la Fondation L'Oréal.

  Télécharger Format PDF
2,08 Mio

Rapport d’activité 2012






juillet 2013

Programme

  • 24/04/2013 - Opération Sourire

    Rendre un visage à ceux que la maladie, les accidents de la vie et la malnutrition ont défigurés

    Fondée en 1989, la mission de chirurgie réparatrice, l'Opération Sourire, répond à des besoins spécifiques de réparation physique au niveau du visage, d'un membre ou du corps entier.

Tous les programmes

Vidéos

  • 17/12/2012 - Madagascar, retour sur le programme prison.

    Madagascar, retour sur le programme prison.

    En décembre 2012, Médecins du Monde a en partie remis les rênes de son programme prison aux associations locales, en lien avec les autorités malgaches et des ONG internationales. Retour sur sept années de travail.

Diaporamas

Les Diaporamas