Nigeria

© Benedicte Kurzen

8,7 millions

de personnes directement affectées par la crise dans le nord-est du pays.

1,98 million

de déplacés internes dans dans les états du Nord-Est.

5,8 millions

de personnes ont besoin de services de santé de base.

Face aux urgences, Médecins du Monde mène divers programmes d'aide humanitaire au Nigeria. Découvrez nos actions et missions ci-dessous.

LA SITUATION HUMANITAIRE AU NIGERIA

La crise humanitaire au Nigeria provoquée par les conflits armés qui touchent le pays rendent nécessaire le déploiement d’une aide médicale dans les zones affectées.

L'insécurité provoquée par les conflits au Nigéria

  • Les civils, les premières victimes des conflits armés

    Plus de 12 ans se sont écoulés depuis que Jama’atu Ahlis Sunna (JAS), communément appelé Boko Haram, a mené un violent conflit dans le nord-est du Nigeria, provoquant des déplacements continus, la destruction des infrastructures et l’effondrement des services sociaux et sanitaires de base. La violence a augmenté, en particulier depuis l’émergence de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), faction de la JAS formée en 2017. En 2021, l’ISWAP a progressivement augmenté et lancé des séries d’attaques contre des bases militaires, principalement le long de la frontière du lac Tchad et du Cameroun dans l’État de Borno.

     

    Les ONG continuent d’être ciblées avec 36 travailleurs d’ONG tués, blessés ou enlevés depuis 2020. Le rétrécissement de l’espace humanitaire restreint l’accès des ONG à des villes ou à des zones de gouvernement local (LGA) déjà inaccessibles dans l’État du Borno pour atteindre et fournir toute forme d’aide ou d’assistance aux personnes qui s’y trouvent.

     

    Les zones les plus accessibles sont les « villes de garnison » contrôlées par le gouvernement, où des centaines de milliers de personnes déplacées sont concentrées. L’accès routier à partir de la ville principale est très limité et non sécurisé, ce qui rend leurs déplacements très risqués.

  • Des camps pour fuir l’insécurité

    Les plans récents de fermeture forcée des camps à Maiduguri, principale ville de l’État du Borno, par le gouverneur de l’État, ont entrainé le re-déplacement de 200 000 personnes déplacées internes (PDI) et 70 000 réfugiés dans des zones inaccessibles ou des camps non sécurisés. Les personnes déplacées contraintes de rentrer chez elles ne sont pas en mesure de satisfaire leurs besoins essentiels, ce qui les expose à des risques majeurs en matière de protection et de santé.

  • Une crise humanitaire majeure

    La violence et les attaques contre les civils, dans un contexte déjà caractérisé par de fortes vulnérabilités, ont provoqué des déplacements massifs et une crise humanitaire majeure au Nigeria. L’Etat du Borno, au nord-est du pays, compte 1,5 million de déplacés (dont 52 % de femmes et 65 % d’enfants) et les ressources des communautés d’accueil sont soumises à rude épreuve.

     

    Les populations déplacées, dont la majorité vit dans des camps surpeuplés, ont souvent perdu tous leurs moyens de subsistance, et se trouvent dans un dénuement extrême, avec peu d’espoir d’un retour chez eux. Le conflit impacte également l’ampleur et la qualité de la réponse humanitaire : 800 000 personnes sont aujourd’hui inaccessibles par les acteurs humanitaires en raison de l’insécurité, et ne peuvent recevoir aucune assistance.

  • 8,7 millions

    de personnes sont dans le besoin dans le nord-est du Nigeria, soit 13 % de plus qu’en 2020, dont 58 % d’enfants, 19 % d’hommes et 23 % de femmes.

  • 36 000 personnes

    ont été tuées et 1,98 million sont déplacées en raison de l’insurrection et des violences causées par le conflit.

  • 5,8 millions

    de personnes sont confrontées à des problèmes critiques de bien-être physique et mental en raison des traumatismes et des violences subis, et ont besoin de soins de santé de base.

8,7 millions

de personnes sont dans le besoin dans le nord-est du Nigeria, soit 13 % de plus qu’en 2020, dont 58 % d’enfants, 19 % d’hommes et 23 % de femmes.

36 000 personnes

ont été tuées et 1,98 million sont déplacées en raison de l’insurrection et des violences causées par le conflit.

5,8 millions

de personnes sont confrontées à des problèmes critiques de bien-être physique et mental en raison des traumatismes et des violences subis, et ont besoin de soins de santé de base.

La situation dans le Borno reste alarmante.

La majorité des établissements fonctionnels manquent toujours de personnel de santé qualifié, ne disposent pas suffisamment de fournitures et d’équipements médicaux ou sont situés dans des zones de plus en plus difficiles d’accès. Cette situation rend très difficile l’accès aux soins de santé primaires de base pour les personnes déplacées ou les communautés hôtes. Les conditions de vie difficiles, le manque d’eau potable et les mauvaises conditions d’hygiène dans les camps augmentent le risque d’épidémie telle que le choléra, la rougeole et la méningite. Ces épidémies viennent alourdir le système de santé déjà fragile.

Selon le rapport Cadre Harmonisé d’octobre 2021, le Nigeria est également confronté à une insécurité alimentaire aiguë.

Près de 13 millions de personnes (8 % de la population analysée) se trouvent dans un état d’insécurité alimentaire aiguë critique (phases 3 et 4) et nécessitent une attention urgente, les chiffres projetés jusqu’en août 2022 pouvant atteindre 18 millions (11 %).

  • 1,5 million

    de personnes ont besoin de services de protection.

  • Seuls 58 %

    des établissements de santé nationaux sont totalement fonctionnels, les autres ayant été endommagés ou détruits.

1,5 million

de personnes ont besoin de services de protection.

Seuls 58 %

des établissements de santé nationaux sont totalement fonctionnels, les autres ayant été endommagés ou détruits.

© Benedicte Kurzen

NOTRE ACTION FACE À L’URGENCE HUMANITAIRE AU NIGERIA

Pour faire face à cette situation alarmante causée notamment par les conflits et les inégalités d’accès aux soins, Médecins du Monde a entrepris une action humanitaire au Nigeria largement orientée vers l’aide médicale aux populations locales.

  • UNE ASSISTANCE MÉDICALE POUR AMÉLIORER L’ACCÈS AUX SOINS

    Dans le cadre de sa mission humanitaire au Nigeria, Médecins du Monde intervient dans le Nord-Est du pays depuis fin 2016 dans le but d’améliorer l’accès aux soins des populations vulnérables, qu’elles soient déplacées ou hôtes. Cinq cliniques ont été mises en place pour répondre à la crise humanitaire engendrée par ce conflit dans les camps de Maiduguri et à Damboa.

     

    Nos équipes formées prodiguent des services de santé primaire intégrés, complets et gratuits, des consultations pré et post-natales, assurent les vaccinations de routine, une prise en charge nutritionnelle, et offrent un appui médical et psychologique aux survivants de violences liées au genre, un appui psychosocial et des consultations individuelles en santé mentale ainsi que des séances d’éducation à la santé.

     

    En 2021, Médecins du Monde a mis en place avec succès une ligne d’écoute gratuite fournissant un point d’entrée alternatif pour les survivants de violences liées au genre, leur permettant de rapporter des incidents et de demander du soutien médical approprié à leurs besoins de manière confidentielle.

     

    Médecins du Monde soutient également deux cliniques du ministère de la Santé Nigerian en périphérie de Damboa, dans l’État du Borno, une zone particulièrement dangereuse, via des formations et un approvisionnement en médicaments. Cela permet de fournir une aide médicale au Nigeria, dans une zone où peu d’acteurs humanitaires ont accès.

     

    En décembre 2020, Médecins du Monde a mené une mission exploratoire dans le nord-ouest du Nigeria, dans l’État de Zamfara où se retrouvent plusieurs milliers de personnes déplacées du fait de l’insécurité. Par la suite, l’objectif est de soutenir le ministère de la Santé dans le district de Bukkuyum en renforçant 3 centres de santé en matière de nutrition et de santé infantile.

  • DÉPLOIEMENT AU NORD-OUEST DU NIGÉRIA

    En décembre 2021, Médecins du Monde a mené une seconde mission exploratoire dans le nord-ouest du Nigeria, dans l’État de Zamfara pour répondre aux besoins et porter assistance à plusieurs milliers de personnes déplacées et enfants souffrant d’un taux alarmant de malnutrition.

     

    L’objectif est de soutenir en 2022 le ministère de la Santé dans le district de Bukkuyum en renforçant 3 centres de santé en matière de nutrition et de santé infantile.

  • Bilan

    En 2021, notre mission humanitaire au Nigeria a permis de réaliser :

    • 154 942 consultations curatives,
    • 39 124 consultations prénatales,
    • 50 357 enfants de moins de 5 ans dépistés pour la malnutrition,
    • 70 227 consultations en santé mentale et soutien psychosocial (sessions de groupe et individuelles)
      et de prendre en charge 864 survivant.es (44 hommes et 820 femmes) de violences liées au genre.
  • 290 894

    Bénéficiaires en 2021.

  • 4 347 814

    Budget 2021.

290 894

Bénéficiaires en 2021.

4 347 814

Budget 2021.