Médecins du Monde lance le Festival des gros maux !    Rendez-vous sur www.lesgrosmauxfestival.com

Notre action auprès des personnes migrantes dans le monde

Sur les routes migratoires dans différents pays et continents

En Amérique latine et dans les Caraïbes, au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est, les contextes de crise sociale, politique, économique et sécuritaire poussent de nombreuses personnes à fuir leur pays et entreprendre des parcours migratoires jalonnés d’obstacles et au risque de nouvelles violences.

Notre action auprès des personnes migrantes dans le monde

Mexique : les maux de l'exil

Mexique : droits dans le mur

Mexique : le prix de la survie

Au Mexique, situé dans l’un des principaux corridors migratoires au monde, nous intervenons également auprès des personnes fuyant la pauvreté et la violence, et dont nombre d’entre elles se retrouvent victimes du durcissement du contrôle des frontières liés aux accords passés entre le gouvernement étasunien et ceux du Mexique, du Guatemala, du Salvador et du Honduras. En raison de ces accords, la ville frontière de Tapachula, dans le Chiapas, est devenue une prison pour les personnes exilées, ces dernières, originaires d’Haïti, d’Afrique ou d’Amérique centrale se trouvant dans des situations de vulnérabilité extrême.

Face à cette situation, les équipes de Médecins du Monde France et Médecins du Monde Espagne mettent en œuvre conjointement un programme régional en Amérique centrale pour améliorer l’accès au soin des personnes migrantes.

Colombie : unités mobiles Médecins du Monde

En Égypte, point de départ important des personnes migrantes et réfugiées cherchant à gagner l’Europe, qu’elles viennent de Syrie, du Yémen, d’Érythrée ou d’Éthiopie, ces dernières sont confrontées à de nombreux obstacles pour l’accès aux soins, à l’éducation au logement ou à l’emploi, et ce dans un contexte économique et social tendu, qui continue de détériorer l’accueil des personnes migrantes dans le pays. Médecins du Monde intervient donc pour permettre aux personnes migrantes, comme aux Égyptiens et Égyptiennes, d’accéder aux services de santé, notamment pour l’accès aux soins en santé mentale, qui font cruellement défaut.

En Asie du Sud-Est, les populations rohingyas et d’autres minorités ethniques birmanes ont cherché à fuir les persécutions dans les pays voisins du Myanmar, notamment au Bangladesh et en Malaisie. Depuis 2017, plus de 700 000 Rohingyas ont ainsi trouvé refuge au sud du Bangladesh, à Cox’s Bazar. Au total, dans le pays, ce sont près d’un million de Rohingyas qui se trouvent exilé·es au Bangladesh, dont l’immense majorité se trouve dans les camps de Cox’s Bazar, dans une situation précaire. En Malaisie, ils et elles sont plus de 100 000 à fuir les persécutions, parfois au prix de traversées maritimes longues et dangereuses. L’accès aux soins, primaires ou non, leur est rendu difficile, et Médecins du Monde intervient donc pour améliorer le bien-être physique et psychosocial, l’accès à la santé, notamment sexuelle et reproductive, des Rohingyas au Bangladesh comme au Myanmar.