Les bénévoles de la délégation de Médecins du Monde à Lyon

35 ans d'action humanitaire en France : on arrête quand ?

A l’occasion des 35 ans des missions de Médecins du Monde en France, l’association continue plus que jamais ses actions pour accompagner et venir en aide aux personnes les plus précaires. Toujours aussi déterminés à faire bouger les choses, les bénévoles de la délégation locale de Lyon se demande quand est-ce qu'enfin la situation n'exigera plus un tel engagement.

Adèle

Adèle, bénévole à Médecins du Monde Lyon
Adèle, bénévole à Médecins du Monde Lyon

Quand les bénévoles seront épuisés et quand les pouvoirs publics considéreront qu’il existe des personnes en exclusion.

Quand je dis "quand les bénévoles seront épuisés", vous êtes non sans savoir que le bénévolat à MdM est prenant en termes de temps et d'énergie. Nos missions nécessitent de multiples compétences en termes de communication, d'adaptation, de patience, d'écoute mais aussi de connaissances en termes d'orientation sociale et de dispositifs existants.

De plus, il est très intéressant de participer au fonctionnement de la mission mais cela nécessite alors de suivre ce qu'il se passe dans notre département/métropole, de comprendre les grands axes de la stratégie de MdM et ainsi se positionner tout en faisant vivre la mission. Chacun travaille sur son positionnement et la façon dont il souhaite s'impliquer tout en se rendant disponible à minima 3 soirs par mois. L'action et la réflexion sont toutes deux très riches mais peuvent à termes, épuiser les bénévoles.

 

Paola

Paola bénévole engagé avec Médecins du Monde à Lyon
Paola bénévole engagé avec Médecins du Monde à Lyon

Quand le système de santé aura les moyens suffisants pour fonctionner correctement.

 

Imad

Imad, bénévole engagé chez Médecins du Monde Lyon
Imad, bénévole engagé chez Médecins du Monde Lyon

Quand il y aura un égal accès à des soins appropriés pour tout.

L’idée est que chaque personne puisse avoir un accès à une médecine de qualité dans un délai approprié quelle que soit son origine ou sa situation. En tant que référent médical PASS dans un centre hospitalier j’ai remarqué que cet accès n’est pas toujours garanti. Donc, je trouve que tout patient doit pouvoir bénéficier d'un accueil, d'informations, de prévention, d'orientation et de soins +++.

Il doit être accompagné dans son parcours et pouvoir accéder à l'offre de soins mais aussi bénéficier d'une continuité de soins conforme à ses besoins.

 

Claude

Claude, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon
Claude, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon

Médecins du Monde est une anormalité dans un monde qui disfonctionne. Donc on attend qu'il fonctionne.

Toute personne en situation de vulnérabilité sociale ou sanitaire doit avoir accès à ses droits et être l'acteur de sa santé. MDM tente de lever tous les obstacles à ce parcours et améliorer les prises en charges par l'accompagnement des personnes et par l'évolution de la loi et des structures de soin. Nous nous employons à corriger ces situations anormales et palier les dysfonctionnements intolérables et trop souvent inhumains de nos institutions.

 

Adriane

Adriane, bénévole engagée auprès de Médecins du Monde à Lyon
Adriane, bénévole engagée auprès de Médecins du Monde à Lyon

On s'arrête quand on change de perspectives et quand la société change.

A mon avis, les activités de MDM (et d’autres ONGs) ne s'arrêtent pas définitivement, elles changent de perspectives et s'adaptent à la société. En outre, je pense que les activités de MDM ne pourront s'arrêter que quand d’autres acteurs prendront leurs responsabilités.

 

Romane

Romane, bénévole engagée avec Médecins du Monde Lyon
Romane, bénévole engagée avec Médecins du Monde Lyon

Quand on pourra déléguer aux pouvoirs publics.

Les pouvoirs publics devraient être en mesure d'apporter, plus qu'une solution... un accompagnement ... de santé pour tous et toutes. Cette inconditionnalité devrait se conjuguer quel que soit la nationalité, le statut administratif et/ou financier, le sexe, le genre, la sexualité, les conditions de logements, les langues, les handicaps, les couleurs, les projets de vies, ... Mais chaque soir au Bus et en maraude nous rencontrons des exclu.e.s de ce système de soin français. C'est avec elleux que nous tentons, avec les moyens que nous avons à Médecins du Monde Lyon, de rompre cet isolement et de remettre de l'humain là où les pouvoirs publics ne veulent/peuvent pas aller.

 

Annie

Annie, bénévole engagée auprès de Médecins du Monde à Lyon
Annie, bénévole engagée auprès de Médecins du Monde à Lyon

Hélas, pas demain ! Car trop de personnes sont encore à la rue.

Hélas pas demain ! Pouvoir se faire soigner n'est pas encore un droit pour tous ici à Lyon, surtout pour ceux et celles qui vivent dans la rue. Médecins du Monde est là pour leur faciliter cet accès et faire connaître leur situation auprès des pouvoirs publics.

 

François-Xavier

A gauche, François-Xavier, parmi les bénévoles de Médecins du Monde engagés à Lyon
A gauche, François-Xavier, parmi les bénévoles de Médecins du Monde engagés à Lyon

On arrête quand on n'aura plus besoin de nous... quand ??

Quand l’accès aux soins pour tous sera une réalité. Imaginons-nous dans la peau des gens qu’on accueille à MDM, accepterions-nous qu’on nous laisse sans soins ?

 

Anick

Anick, bénévole à la délégation de Lyon avec Médecins du Monde
Anick, bénévole à la délégation de Lyon avec Médecins du Monde

Quand on atteint l'égalité

Luisida

Luisida est bénévole engagée auprès de Médecins du Monde dans le cadre de son action humanitaire à Lyon
Luisida est bénévole engagée auprès de Médecins du Monde dans le cadre de son action humanitaire à Lyon

Quand l'Etat garantira les mêmes droits à toutes et tous, sans discrimination.

Quand le bien-être physique et mental de toutes les personnes - quel que soit leurs origines, classes sociales ou orientations sexuelles, deviendra une priorité pour les politiques publiques qui par conséquent garantiront les droits aux soins et les droits sociaux de chaque personne, au-dessus de toute considération économique ou politique.

 

Amélie

Amélie fait partie de la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Amélie fait partie de la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand tout le monde pourra se faire soigner en toute équité.

Julie

Julie, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Julie, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand les personnes que nous accompagnons seront entendues et acteur.ice.s des politiques qui les concernent

Ingrid

Ingrid, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Ingrid, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand on n’aura plus besoin de rappeler à l’état de faire son devoir.

On arrête quand on n’aura plus besoin de rappeler à l’état de faire son devoir, quand les bonnes actions remplaceront les beaux discours et que les droits d’accès à la santé des individus seront respectés. On arrête quand on ne sera plus témoin d’un manque d’humanité et de dignité.

 

Marie

Marie, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Marie, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand on pourra s'écouter.

Pour moi, l'écoute aboutit à la tolérance et à la compréhension et donc à l'action pour changer ce qui ne va pas dans ce qu'on entend.

 

Monique et Christiane

Monique et Christiane, bénévoles à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Monique et Christiane, bénévoles à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand devant l’urgence sanitaire et l’exclusion, l’État prendra le relais.

Je souhaite que MDM ne s'arrête pas, compte tenu des carences persistantes de l'Etat vis à vis de l'urgence sanitaire et du soin aux exclus. Au cours de ces nombreuses années, j'ai pu me rendre compte combien est précieux ce type d'écoute, d'orientation et d'accompagnement. J'ai toujours été touchée par la reconnaissance exprimée par ces personnes en souffrance.

 

François

François, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
François, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand l’égalité d’accès à des soins de qualité sera garantie (et on ne sera jamais très loin).

MDM s’arrêtera quand l’égalité d’accès à des soins de qualité sera garantie par le droit commun pour tous, sans distinction. Je souhaite aussi que le monde associatif soit toujours en « veille » pour s’assurer de cela.

 

Ophélie

Ophélie, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Ophélie, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand les PASS ouvriront normalement l’été et toute l’année !!!

jOHAN

Johan, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Johan, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand l’AMEinfo-icon ne sera plus une barrière aux soins de qualité

Quand le droit commun sera facilité aux plus exclus, et quand les mêmes soins de qualité seront prodigués à tous peu importe la couverture de santé.

 

Caroline

Caroline, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Caroline, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand les personnes vivant à la rue ayant la COVID seront mises à l’abri.

Françoise

Françoise, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Françoise, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand toute la société prendra conscience des besoins sociaux, volonté politique aussi.

Je me souviens de cet accompagnement comme si j'avais rêvé tellement les étapes furent faciles et les personnes rencontrées ce jour-là bienveillantes et efficaces.

Adama arrive un matin au Casoinfo-icon, il sort des Urgences de HEH, il a fait un malaise dans la rue la veille, il est perdu et toujours souffrant. Adama est mineur et dort dans la rue.

Le médecin du CASO le reçoit et l'oriente vers la PASS HEH pour des examens complémentaires. Premier signe de chance : un RDV le lendemain à 13h30, exceptionnel ! Nous profitons de sa disponibilité le matin pour lui proposer une rencontre au Secours Populaire, Adama décide de dormir devant le CASO pour être sur place pour le RDV d'accompagnement .Nous partons donc le jour suivant au Secours Populaire ou il est reçu par Dominique qui cherche entre autres un hébergement pour le soir .Adama à ce moment-là est encore très faible Nous partons à la PASS, consultation à l'heure, le médecin explique le traitement à Adama, passage à la pharmacie d'HEH puis passage au CEGIDD ,prise de Rdv : Adama y retournera seul ….

Entre temps coup de fil de Dominique, un bénévole de la Marmite peut héberger Adama chez lui le soir même et peut être d'autres nuits. Comme cet hôte rentre tard de son travail, il pourra patienter chez une autre bénévole … Je n'ai pas eu de nouvelles d'Adama et j'espère que la chance a continué à lui sourire !

 

Chantal & Chantal

Chantal et Chantal, toutes les deux bénévoles à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Chantal et Chantal, toutes les deux bénévoles à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Demain si l’Etat fait ce qu’il devrait faire.

L'Etat français a le devoir de faire accéder à des soins tous les migrants sur le territoire. Il existe des PASS mais elles ne sont pas assez nombreuses. A MdM nous soignons des milliers de personnes par an. Tous ces gens devraient être pris en charge par le système de soins français, et MdM arrêterait ses activités sur le sol français.

 

Fanny

Fanny, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Fanny, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand les priorités dans la société seront repensées.

 

 

Laure

Laure, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Laure, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Quand tous les enfants auront un toit !

Nicolas

Nicolas, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Nicolas, bénévole à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

Lorsque l'on s'indignera collectivement !

 

Marie & Julie

Marie et Julie, toutes les deux bénévoles à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.
Marie et Julie, toutes les deux bénévoles à la délégation de Médecins du Monde à Lyon.

L’horizon prédit qu’on en a encore pour un moment (…)

Quand les poules auront des dents ?

La politique migratoire de non-accueil et de harcèlement policier, les réformes de l'Aide Médicale d'Etat (AMEinfo-icon), l’absence de solutions dignes et pérennes face au logement indigne, le prix exorbitant de certains médicaments... Avant la crise COVID nombreuses ont été les décisions politiques qui continuèrent de nuire à la santé et à l'accès aux droits et aux soins des plus démunies en France. On le sait, les crises sanitaires exacerbent les inégalités sociales préexistantes (parce qu'elles jouent notamment sur les mécanismes de cohésion sociale et d'exclusion. La crise COVID a déjà fait basculer un million de personne supplémentaire dans la pauvreté. Comment ne pas être inquiète pour les années à venir ? Fort heureusement, on sait aussi que les crises peuvent constituer des opportunités de promouvoir de nouveaux paradigmes et induire des changements sociaux et sociétaux importants. En attendant MDM continuera de militer pour que les changements profonds et durablement positifs, souhaités par une frange toujours plus importante de la population, viennent enfin à se produire.

 

 

 

Nous soutenir
S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.

Global loader