Faire un don

Pour la santé des travailleurs-ses du sexe

MdM remet en cause la pénalisation des clients des travailleurs-ses du sexe portant atteinte à la santé, à la sécurité et aux droits de ces personnes. © Boris Svartzman

Pour la santé des travailleurs-ses du sexe

Le mardi 22 janvier, le Conseil Constitutionnel a examiné la question de la pénalisation des clients des personnes se prostituant à la suite du dépôt d’une question prioritaire de constitutionnalité par des associations présentes quotidiennement sur le terrain, et des personnes concernées.

Une pénalisation qui porte atteinte à la santé et aux droits

Nous, professionnels de santé, responsables associatifs, acteurs et actrices de terrain, remettons en cause la pénalisation des clients parce qu’elle porte atteinte à la santé, à la sécurité et aux droits des personnes se prostituant, quel que soit leur degré d’autonomie dans l’activité.

 

 

A l’inverse des clichés trop fréquemment véhiculés, il est fondamental de rappeler la diversité des situations que recouvre cette activité. Si certaines personnes exercent une activité de manière consentie et assumée, d’autres sont exploitées, ou contraintes pour différentes raisons. Il existe de fait entre ces extrêmes autant de situations qu’il existe de personnes.

Contre toutes formes de répressions

Les politiques publiques relatives à la protection et à la santé des personnes se prostituant doivent pouvoir appréhender la diversité des situations individuelles et y répondre de manière différenciée, ce qui n’est jamais le cas des politiques répressives. La Haute Autorité de Santé, l’ONUSIDA, le Programme des Nations Unies pour le Développement l’expriment sans détours : ce n’est pas l’achat sexuel tarifé qui expose les personnes se prostituant, mais les conditions d’exercice de l’activité. En ce sens, ces institutions se sont prononcées contre toute forme de politiques répressives.

Ce n’est pas l’achat sexuel tarifé qui expose les personnes se prostituant, mais les conditions d’exercice de l’activité.

Nous dénonçons, comme tout un chacun, et avec force, toute forme d’exploitation, de contrainte, de trafic et de violence exercée à l’encontre des êtres humains. En tant que soignants intervenant sur le terrain, nous luttons contre toutes les violences exercées à l’encontre des personnes se prostituant.

Ces violences sont punissables par le code pénal : le vol, les violences physiques, le harcèlement, les agressions sexuelles dont le viol, l’exploitation d’autrui, la traite des êtres humains à des fins d’exploitation, etc. Encore faut-il avoir accès à la justice, lutter contre toutes les barrières qui existent pour faire reconnaitre ces violences, être en capacité de maintenir un lien avec une personne de confiance pour être accompagné dans ces démarches complexes, rompre l’isolement, s’extraire d’une éventuelle emprise.

Maintenir un lien de proximité et de confiance

L’enjeu est de maintenir un lien de proximité et de confiance avec les personnes de manière à les accompagner quelles que soient les raisons ou les circonstances pour lesquelles elles exercent cette activité, et veiller à ne pas favoriser encore davantage l’isolement.

 

 

C’est notamment le cas pour les personnes dépendantes d’un réseau d’exploitation. Or il est faux d’affirmer que la pénalisation des clients permet de lutter contre la traite des êtres humains par la simple élimination de la demande. Les réseaux d’exploitation s’adaptent. Leurs victimes sont contraintes de rester dans des lieux cachés et inaccessibles tant pour les associations que pour les services de police en charge de la lutte contre la traite à des fins d’exploitation.

DES alternativeS possibles pour lutter contre les inégalités

La pénalisation des clients n’améliore en aucun cas la situation des personnes se prostituant, elle ne les protège pas : elle isole, précarise, appauvrit, fragilise.

Ce n’est pas en pénalisant les clients que l’on luttera contre la prostitution, si tel était l’objectif de cette mesure, mais bien en offrant des alternatives aux personnes qui le souhaitent. Donner une alternative, c’est lutter contre les inégalités sociales, c’est interroger les politiques migratoires, c’est lutter contre la précarité … Ce n’est pas condamner les personnes à se cacher ni à subir des situations de violence dans le silence.

 

 

Condamnons les auteurs de violence, accompagnons correctement les personnes en difficultés dans toutes les dimensions, sociales, juridiques et sanitaires, donnons davantage de droits aux victimes d’exploitation, quelle que soit la forme d’exploitation (sexuelle ou économique), garantissons une véritable indemnisation des victimes et transférons les moyens utilisés pour la répression des personnes se prostituant et des clients vers la lutte contre l'exploitation et les violences qui les touchent. 

Mais ne faisons pas l’erreur de condamner les personnes qui se prostituent à plus d’isolement, plus de précarité et plus de violence au nom d’une idéologie.

 

Lire la tribune sur Le Monde

 

Liste des signataires

  • Philippe de Botton, médecin, président de Médecins du Monde

  • Carine Favier, médecin infectiologue, membre du Conseil d’Administration de Sidaction, Paris

  • Chloé Argentin, médecin, Planning Familial

  • Christine ETCHEPARE, médecin, Arcatinfo-icon, Paris

  • Fanny Frost, médecin généraliste addictologue, membre du Conseil d’Administration de Cabiria, Lyon

  • Jean Claude Guichard, médecin, ENTR’ACTES, Lille

  • Ludovic Toro, médecin généraliste, vice-président d’ELCS (Elus Locaux Contre le Sidainfo-icon), Paris

  • Michèle Cukier, médecin, Arap Rubis, Nîmes

  • Patricia Enel, médecin de santé publique, présidente Autres Regards, Marseille et présidente du COREVIH PACA OUEST CORSE.

  • Paul Bolo, médecin généraliste, président de Paloma, Nantes

  • Acceptess-tAct UP ParisAct Up Sud-OuestAidesInter-LGBTLes amis du bus des femmesTRANS INTER action

  • Bérangère Donnet, médecin, La Maison Dispersée de Santé (MDS), Lille

  • Agathe Pesci, médecin généraliste, Lyon

  • Agathe Poulen, Médecine infectieuse, Nantes

  • Alexandra Salaun, médecin généraliste, Lille

  • Arslan Mezoui, Réanimation, Paris

  • Professeur Alfred Spira, médecin de santé publique, Académie nationale de médecine, Paris

  • Alice Mabille, infirmière Centre Henri Becquerel, Rouen

  • Anaenza Maresca-Freire, médecin infectiologue, Ambroise Paré, Boulogne Billancourt

  • Anne Bertin-Maghit, infirmière, Nantes 24. Anne Kamel, médecin généraliste, Caen

  • Anne Le Rhun, médecin de santé publique, Nantes

  • Anne Simon, médecin infectiologue, CHUinfo-icon Pitié Salpétrière, Paris

  • Anne-Elisabeth Mazel, médecin généraliste, Bobigny

  • Antoine Canat, médecin addictologue, CSAPAinfo-icon du Griffon, Villeurbanne

  • Antoine Grégoire, Médecin généraliste, Nantes

  • Antonin Mathieu, médecin généraliste, Paris

  • Axelle Romby, médecin sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Aymeric Pansu, Médecin Généraliste, Villeurbanne

  • Bao-Chau Phung, médecin infectiologue, BICHAT, Paris

  • Bénédicte LEFEBVRE, médecin, service des maladies infectieuses et tropicales, hôpital Saint-Antoine, Paris

  • Benjamin Silbermann, praticien hospitalier, Unité de Consultations et de Soins Ambulatoires, Hôpital Cochin, Paris

  • Bertrand Riff, médecin, la Maison Dispersée de Santé (MDS) Lille, président du COREVIH Hauts de France

  • Camille Ponté, pharmacien, Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse et CAARUDinfo-icon Intermède Association Clémence Isaure, Toulouse

  • Camille Rolland, interne en médecine, Paris 38. Carine Rolland, médecin généraliste, Nantes

  • Catherine Bertaux, médecin généraliste retraitée, Rouen

  • Cécile Neichel, infirmière, Haguenau

  • Cécilia Gilles, sage-femme, Paris

  • Christine Bobin, pharmacologue, Université Nantes

  • Christine Fernandez, médecin santé publique, (PF69 et CeGIDD Lyon), ancienne présidente de Cabiria

  • Christine Rouzioux, virologue, Paris

  • Christophe Ségouin, médecin de santé publique, hôpitaux universitaires Saint-Louis, Lariboisière Fernand Widal APHP, Paris

  • Claire Coutand, interne Orl, Lille 47. Claire Daumont, infirmière, Cabiria, Lyon

  • Claire Dubois, infirmière, Nantes

  • Claire Fesquet, interne en médecine spécialisée en Santé Publique, Nantes

  • Clara Lepez, médecin généraliste, Paris

  • Claudine Duvivier, médecin, Paris

  • Clémence Conrié-Sadde, interne en médecine, Nîmes

  • Clément Fourrier, interne en médecine, CHI André Grégoire, Montreuil

  • Professeure Constance Delaugerre, virologue, hôpital Saint Louis, Paris

  • Coraline Delebarre, psychologue sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Corinne Lussault, médecin retraitée, ex-cheffe de service Centre Henri Becquerel, Rouen

  • Cyril Jaume, médecin généraliste, Montpellier

  • David Friboulet, psychothérapeute sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Delphine Maraval, infirmière, Boos

  • Dominique Pataut, médecin, Paris

  • Dora Levy, médecin généraliste, Paris

  • Elisa Verchay, psychologue, Nice

  • Elodie Malvezin, Médecin généraliste, Centre de santé et de planification familiale Belleville, Paris

  • Emilie Moreau, psychologue sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Ernst Wisse, infirmier, Paris

  • Esther Batsch, médecin généraliste, Paris

  • François Guillemot, médecin gastroentérologue, Hôpital de Roubaix

  • Françoise Vitou, psychologue, psychanalyste, Paris

  • Fréderic Dubois, praticien hospitalier retraité, laboratoire de virologie CHRU, Tours

  • Gonzague de Larocque Latour, médecin sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Guillaume Girard, praticien hospitalier, Service de Gynécologie Obstétrique, Hôpital Armand Trousseau, Paris

  • Guy Sebbah, médecin, directeur général du groupe SOS Solidarités, Paris

  • Gwenaal Domenech, psychologue sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Hannane Mouhim, infirmière et cheffe de service, Le Kiosque Infos Sidainfo-icon et Toxicomanie, Paris

  • Hélène Valentin, infirmière et secrétaire de l'association Pénélope, Illkirch-Graffenstaden

  • Hervé Bideault, praticien attaché, CeGIDD. PREP, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Saint Antoine, Paris

  • Inès Gay, infirmière, Urgences générales, CHUinfo-icon Lariboisière, Paris

  • Jean-Claude Guichard, médecin, Lille

  • Jean-Louis Grenier, médecin retraité, Nantes

  • Jean- Paul Le Flaguais, psychologue clinicien retraité, Paris

  • Jean-Paul Vincensini, médecin, Maison Chemin Vert, Paris

  • Jeanine Rochefort, gynécologue retraitée, Paris

  • Jessica Krause, médecin, hôpital Saint Antoine, Paris

  • Joël Le Corre, médecin retraité, Paris

  • Julie Bottero, médecin de santé publique et infectiologue, Bondy

  • Julie Létuvé, infirmière, Nantes

  • La Case de Santé, Centre de Santé, Toulouse

  • Laure Chianese, psychologue sociale de la santé AP-HM, administratrice Autres Regards, Marseille,

  • Laurianne Badoc, médecin généraliste, Paris

  • Léo Benabdelkarim, psychiatre, Lyon

  • Louis Jarnet, médecin, Nantes

  • Louise Arnou interne en médecine générale, Lyon

  • Louise Chardenal, médecin généraliste, Lyon

  • Louise Soyer, psychologue clinicienne psychothérapeute, Rouen

  • Lucas Robic, SSPI Nantes

  • Lucie Grignon, médecin généraliste, Nantes

  • Lucie Guilbaud, gynécologue obstétricienne hôpital Trousseau, Paris

  • Ludivine sergent, IDE maison d'arrêt, Nantes

  • Maëla Le Brun Gadelius, infirmière, directrice Association Bus 31/32, Marseille

  • Maieule Nouvellet, infirmière, Paris

  • Maïwenn Henriquet, infirmière, Nantes

  • Malika AMELLOU, médecin responsable, centre de régulation des naissances Simone VEIL, hôpital St-Louis, Paris

  • Marc Shelly, médecin de santé publique, hôpitaux universitaires Saint-Louis, Lariboisière Fernand Widal APHP, Paris

  • Marie Ahouanto-Chaspoul, médecin, hôpital Bichat SMIT, Paris 102. Marie Lemort, médecin généraliste, Nantes

  • Marie Sautereau, psychiatre CH Le Vinatier, Lyon

  • Marie Jeanne Martin, médecin, Lille

  • Marie-Dominique Pauti, médecin, Paris

  • Marine Paboeuf, Psychiatrie, Nantes

  • Marion Jublot, Psychiatrie, Nantes

  • Méghane Barriol-Blondet, psychologue clinicienne, Centre Hospitalier Théophile Roussel, Montesson

  • Mélanie Manas, médecin généraliste remplaçante, Lyon

  • Michel Etchepare, médecin de santé publique, Paris

  • Professeur Michel Kazatchkine, ancien directeur Fonds mondial et envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies sur le sida en Europe de l'Est et en Asie centrale

  • Michel Ohayon, médecin, sexologue, Le 190, Paris

  • Michel Rigouin médecin, Ste Maxime

  • Michèle Quiquerez, gynécologue Strasbourg

  • Mireille Vache-Picat, cadre de santé de la fonction publique retraitée, Rouen

  • Monique Hegele, infirmière Strasbourg

  • Nadège Pierre, psychologue, sexologue, Paris.

  • Nadine Feuillolay, infirmière retraitée, Rouen

  • Nathalie Cabirol, médecin, Carros

  • Nathalie Thomas, infirmière et présidente-adjointe de l’association Pénélope, Strasbourg

  • Nicolas Rolland, Medecine, Réunion

  • Niklas Luhmann, médecin, Paris

  • Oriane Christin, médecin généraliste, Nantes

  • Pascal FASCIA, médecin en Service des Maladies Infectieuses, Hôpital Edouard Herriot, Lyon.

  • Pascale Bernard, médecin généraliste, Nantes

  • Patrice Walter, Médecin généraliste, Hatten

  • Patrick Bouffard, médecin, Paris

  • Pierre Cahen, médecin sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Pierre Ganier, médecin et président de l'association Pénélope Strasbourg

  • Pierre-Emmanuel Chon, médecin généraliste, Nantes

  • Pierre-Marie Girard, médecin infectiologue, Chef du service des maladies infectieuses et tropicales, Hopital st Antoine, Paris

  • Philippe Faucher, gynécologue obstétricien, Hôpital Trousseau et Saint Antoine, Paris

  • Philippe Otmesguine, médecin sexologue, membre du Réseau de Santé Sexuelle Publique, Paris

  • Rita Heintz, infirmière et coordinatrice de l'association Pénélope, Offendorf

  • Rosalie Dumont, Ehpad, Nantes

  • Roxane de Almeida, infirmière au CHUinfo-icon service réanimation chirurgicale, Rouen

  • Sarah Neusy, gynécologue obstétricienne, Paris

  • Sébastien Fouere, médecin, hôpital Saint-Louis, Paris

  • Séverine Oriol, médecin généraliste, Centre de santé Commune à Vaulx-en-Velin, praticien attaché service d'orthogénie et CeGIDD des Hospices Civils, Lyon

  • Serge Hefez, psychiatre des hôpitaux, responsable d’ESPAS (espace social et psychologique d’aide aux personnes concernées par le sida), Paris

  • Solene Lollivier, Cardiologie, Nantes

  • Solenne Gaborit, infirmière anesthésiste, Clinique Jules Verne, Nantes

  • Sonia Mehalaine, infirmière, Strasbourg

  • Sophie Laurence, infirmière, Paris

  • Sylviane Chapron, infirmière retraitée, Rouen

  • Tania Kandel, médecin de santé publique, coordinatrice du Contrat Local de Santé, Direction de la Santé Publique, Mairie d'Aubervilliers

  • Thibaud Maindru, médecin généraliste, Nantes

  • Thibault Chiarabini, médecin généraliste DESC infectieux, Paris 143. Thierry Brigaud, médecin de travail, ancien président de Médecins du Monde, Montpellier

  • Trystan Bacon, médecin généraliste, Angers

  • Professeur Willy Rozenbaum, président du COREVIH IDFinfo-icon Est, Paris

  • Professeur Yazdan Yazdanpanah, chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Bichat, Président du COREVIH IDFinfo-icon Nord, Paris

  • Yves Michelet, médecin généraliste retraité, Mont Saint Aignan