Faire un don

Bataille de Mossoul : Médecins du Monde en appelle à la protection des civils

© Guillaume Pinon

Bataille de Mossoul : Médecins du Monde en appelle à la protection des civils

L'opération pour reprendre au groupe djihadiste Etat islamique (EI) la ville de Mossoul a été lancée lundi 17 octobre. Médecins du Monde (MdM) demande le respect du droit humanitaire international pour assurer la protection des civils et l’accès des ONG aux populations.

Près de 1,5 millions d’individus vivent dans Mossoul et cette bataille représente un grand risque pour eux. Ils pourraient se retrouver piégés par les combats ou forcés de se déplacer. Médecins du Monde exprime son inquiétude quant à la prise en charge des populations et au traitement qui leur sera réservé.

Médecins du Monde - déjà présent dans les gouvernorats de Dohuk, Kirkouk et Ninewa auprès des déplacésinfo-icon - dispose de cliniques mobiles à proximité de Mossoul, prêtes à intervenir pour répondre aux besoins des civils.

La situation en Irak est très préoccupante : on dénombre 3,3 millions de déplacésinfo-icon en Irak alors que 35% des médecins ont déjà fui. 

Les populations se préparent à vivre des heures difficiles. « L’ultra-médiatisation de la bataille de Mossoul semble laisser espérer que les forces armées en présence, dont celles soutenues par la coalition internationale, se soucient particulièrement des civils. Nous rappelons la nécessite de respecter le droit humanitaire international qui garantit la protection des populations et l’intervention des ONGinfo-icon en toute indépendance » explique le docteur Jean-François Corty, directeur des Opérations internationales de Médecins du Monde.

 

Médecins du Monde demande la protection des populations civiles, qu’elles ne soient pas prises en otage ou victimes des stratégies militaires. 

MdM en Irak

Médecins du Monde intervient dans les camps de la région de Dohuk, au Kurdistan irakien. Dans les camps de Dawodia et de Chamisko, des équipes médicales proposent aux populations déplacées et extrêmement fragilisées des soins de santé primaires et de santé sexuelle et reproductive, des soins pédiatriques, un soutien psychosocial, du dépistage nutritionnel et des séances d’éducation à la santé. Plus au sud, dans le gouvernorat de Kirkouk, Médecins du Monde a mis en place trois cliniques mobiles en 2015  pour répondre à l’afflux majeur de nouveaux déplacésinfo-icon et aux besoins des populations hôtes. Des soins de santé primaires (y compris des soins de santé sexuelle et reproductive) et un soutien psychosocial leur sont proposés. Depuis septembre, Médecins du Monde a également mis en place une clinique mobile dans le gouvernorat de Ninewa.