Malnutrition au Niger : des indicateurs inquiétants

MdM renforce ses activités humanitaires dans les communautés auprès des enfants « à risque »

Paris, le 5 avril 2012

Au Niger, les résultats d’une enquête nationale montrent que plus de cinq millions de personnes sont dans une situation d’insécurité alimentaire. Une mauvaise saison des pluies, des récoltes difficiles et de ce fait, un déficit céréalier important ont eu pour conséquence une forte augmentation du prix des denrées.Les régions où l’on a observé les plus fortes proportions de ménages en insécurité alimentaire sévères sont Maradi (6,7%), Niamey périphérie (7,3%), Tillabéry (8,5%) et enfin Tahoua (8,6%), où Médecins du Monde intervient.

Dans la région de Tahoua,le district d’Illéla appuyé par MdM est le département du Niger le plus touché par l’insécurité alimentaire avec 15,5% des ménages vulnérables.Les indicateurs pour le début d’année 2012 sont inquiétants :l’augmentation du nombre d’admissions d’enfants souffrant de malnutrition sévère avec complications est de 34% pour les 3 premiers mois de 2012 comparativement à 2011 (Centre de Récupération Nutritionnelle Intensive - CRENI de l’hôpital de district d’Illéla).La hausse est de plus de 47% pour les admissionsdes enfants souffrant de malnutrition sévèreau mois de février 2012 par rapport à février 2010, pourtant déjà considérée comme une année difficile (Centres de Récupération Nutritionnelle Ambulatoire pour les cas de malnutrition aigue Sévère - CRENAS).

Dans ce contexte de crises nutritionnelles répétées, Médecins du Monde renforce ses activités de prévention, de prise en charge médico-nutritionnelle des enfants de moins de 5 ans et de promotion de la planification familiale développées dans le département d’Illéla depuis avril 2011 à travers :

- L’extension du CRENI qui triple sa capacité d’accueil

- le de ressources humaines supplémentaires et la formation des agents de santé

- le dépistage actif des malnutris directement dans les communautés

- une prise en charge des enfants, des femmes enceintes et allaitantes malnutris modérés dans les centres de santé par la distribution de compléments nutritionnels

- le renforcement du système de référencement des cas les plus sévères avec complications vers l’hôpital  

Médecins du Monde travaille au renforcement du système de santé national dans les centres déjà existants, en appui aux autorités sanitaires et aux structures locales, « le seul moyen pérenne de répondre aux crises répétées qui affectent le Niger » selon Pierre Salignon, directeur général de Médecins du Monde.

La politique de gratuité des soins, mise en place au Niger depuis 2005 pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans, a permis d’augmenter de manière très nette la prise en charge précoce des principales pathologies à l’origine de la mortalité infantile, en favorisant l’accès aux soins et l’utilisation des services de santé. Depuis 2006, les cas de diarrhées pris en charge ont été multipliés par 4 et 85% des femmes enceintes bénéficient aujourd’hui d’un suivi de grossesse contre 40% en 2005. Médecins du Monde se mobilise pour obtenir la levée des barrières financières, seul moyen pour assurer un réel accès aux soins pour les plus vulnérables.

Contacts presse :Agnès Varraine-Leca / Léa Carniglia01 44 92 14 31 / 14 32 / 15 23 – 06 09 17 35 59 - infomdm@medecinsdumonde.netwww.medecinsdumonde.org

 
Global loader