Depuis 2014, le Yémen est sous le feu des affrontements entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales. La guerre a fortement dégradé les conditions de vie et fragilisé le système de santé local ©Reuters

Yémen : enrayer l'épidémie de diphtérie

Depuis 2014, le Yémen est sous le feu des affrontements entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales. La guerre a fortement dégradé les conditions de vie et fragilisé le système de santé local, provoquant l’apparition de maladies comme le choléra et la diphtérie.

Une situation sanitaire délétère

Les trois dernières années ont été particulièrement éprouvantes pour les Yéménites. En particulier pour les plus vulnérables, pour les femmes et les enfants. La fermeture de l'aéroport de Sanaa imposée par la coalition, les procédures administratives lourdes dictées par les autorités et les interruptions répétées des activités au port d'Al Hudaydah ont entravé l'accès à l’aide humanitaire.

Les trois dernières années ont été particulièrement éprouvantes pour les Yéménites.

La situation sanitaire s’est progressivement dégradée dans tout le pays, tandis que l'incapacité du gouvernement à verser les salaires a provoqué deux difficultés majeures. D'une part, la plupart des Yéménites ne disposent plus des ressources nécessaires à l'achat de nourriture saine et d'eau salubre ou à l'accès aux soins de santé élémentaires. D'autre part, des professionnels de santé travaillant pour le gouvernement ont été contraints de quitter leur emploi, à la recherche d’une nouvelle source de revenus.

L'ensemble de ces facteurs a fragilisé les communautés, les exposant aux risques d'épidémies, telles que le choléra et la diphtérie.

Le conflit a lourdement impacté le système sanitaire yéménite comme ici à Saada ©Reuters
Le conflit a lourdement impacté le système sanitaire yéménite comme ici à Saada ©Reuters

La diphtérie : une maladie très contagieuse

Le 29 octobre 2017, des premiers cas suspects de diphtérie ont été signalés à l'équipe de l'OMSinfo-icon basée à Sanaa, la capitale. Au total, 333 cas suspects ayant conduit au décès de 35 personnes ont été enregistrés entre le 13 août et le 21 décembre 2017. Parmi les victimes, 14 enfants étaient âgés de moins de 5 ans.

L’épidémie a majoritairement touché le gouvernorat d'Ibb, où 187 cas suspects ont été enregistrés. Les jeunes sont les plus touchés. 79 % des personnes infectées ont moins de 20 ans.

Parmi les victimes, 14 enfants étaient âgés de moins de 5 ans.

Or la diphtérie est une maladie que l’on peut prévenir grâce à un vaccin. Elle est causée par les toxines de la bactérie corynebacterium diphtheriae, transmissibles par le contact physique et par les voies respiratoires.

Elle débute le plus souvent par une angine qui se caractérise par la formation de fausses membranes à l'entrée des voies respiratoires. En l'absence de traitement, elle peuvent entraîner la mort par suffocation. Généralement bilatérale et asymétrique, elle apparaît après une incubation de 2 à 5 jours.

La diphtérie est mortelle dans 5 à 10 % des cas, notamment chez les jeunes enfants. Le traitement indiqué prévoit l’administration de l'antitoxine diphtérique et d’antibiotiques.

Une petite fille attend son tour lors d'une campagne de vaccination antidiphtérique à Sanaa. ©Reuters
Une petite fille attend son tour lors d'une campagne de vaccination antidiphtérique à Sanaa. ©Reuters

L’action de Médecins du Monde

Face à l'incapacité des autorités à réagir et face au non-respect du droit international humanitaire, les ONGinfo-icon internationales, parmi lesquelles Médecins du Monde, ont pris l'initiative de mener une évaluation d’urgence auprès des communautés qui criaient à l’aide.

A Yarim, dans le gouvernorat d'Ibb, notre équipe fournit des médicaments et du matériel de protection à l'équipe d'intervention d'urgence du bureau de la Santé du district, en partenariat avec le ministère de la Santé du gouvernorat. Une campagne de prévention de la diphtérie est également menée aux côtés des imams, des directeurs et directrices d'écoles et des professionnels de santé du district.

Nos équipes procèdent, en outre, au référencement des communautés du district de Yarim et au renforcement des capacités de trois établissements de santé (Khayran HC, A’amad HU et Bait Al-Hujaini HC). En s’appuyant sur l’engagement des communautés, Médecins du Monde a formé des agents communautaires à la prévention et à l'identification des cas de diphtérie.

Aujourd’hui, cinq ONGinfo-icon internationales, ainsi que les agences des Nations unies, sont sur place pour enrayer l’épidémie. Les équipes de Médecins Sans Frontières, International Medical Corps (IMC), l’UNICEF, l’OMSinfo-icon et Médecins du Monde interviennent de manière conjointe pour venir en aide aux victimes, renforcer le système de santé local et prévenir les nouveaux cas de diphtérie.

Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Global loader