Syrie : Alep à l'agonie

Deux hôpitaux d’Alep soutenus par Médecins du Monde ont été bombardés mercredi 28 septembre au matin. MdM réitère sa demande d’un arrêt immédiat des attaques visant les civils et les structures de santé pour mettre fin à l’inacceptable escalade de la violence.

L'essentiel

D’après le témoignage des équipes que MdM soutient sur place, les hôpitaux ont été touchés par des tirs aériens.

À l’heure où nous écrivons, nos partenaires déplorent plusieurs blessés parmi les patients et un décès, celui d’une infirmière. Ces hôpitaux ne sont plus fonctionnels.

Deux hôpitaux bombardés

La situation ne cesse de se dégrader à Alep après l’échec de la trêve décidée par Moscou et Washington. Depuis trois jours, on estime à 300 le nombre de décès et à près de 1000 le nombre de blessés. « Les habitants des quartiers rebelles d'Alep sont totalement assiégés et ne reçoivent plus d'aide de l'extérieur depuis près de deux mois. D’après nos partenaires, si les attaques perdurent, les structures de santé n’auront plus les stocks nécessaires pour soigner les populations. C’est une question de semaines avant une rupture totale de l’accès aux soins » déplore le docteur Françoise Sivignon, Présidente de Médecins du Monde.

Les habitants des quartiers rebelles d'Alep sont assiégés et ne reçoivent plus d'aide de l'extérieur depuis près de deux mois.

Les hôpitaux encore fonctionnels sont dépassés en raison du nombre de blessés et du manque de personnel médical. Certains chirurgiens doivent opérer à même le sol. L’électricité commence à faire défaut, ce qui complique également les opérations. Dans la partie Est d’Alep, il ne resterait à l’heure actuelle que 34 médecins pour près de 300 000 habitants.
 

« Le droit humanitaire international est délibérément bafoué. Nous ne pouvons plus faire notre travail alors que nous sommes confrontés à une catastrophe humanitaire », conclut Françoise Sivignon.

Cri d'alarme

Médecins du Monde renouvelle son cri d’alarme et son indignation. Nous demandons à la communauté internationale de faire pression pour stopper le siège d’Alep et permettre aux civils d’accéder à l’aide humanitaire.

 

Le conflit syrien a fait plus de 300 000 morts depuis 2011. En Syrie, Médecins du Monde a mis en place des cliniques fixes et mobiles pour pallier le manque d’infrastructures et ainsi offrir des soins de santé primaire à la population des gouvernorats d’Idlib, Alep et Deraa. L’association appuie également des partenaires syriens : elle approvisionne les centres de santé et les hôpitaux encore actifs d’Alep en médicaments, en équipement et en consommables. Dans la ville d’Alep, Médecins du Monde et ses partenaires soutiennent 9 structures de santé.

 

Pour aller plus loin

A lire sur le site internet de l'AFP : couvrir Alep, la peur au ventre et le ventre vide

Votre soutien
S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.

Global loader