Médecins du Monde au Népal

Trois priorités pour l’année à venir

Au terme de l’Assemblée Générale de Médecins du Monde, le 4 juin 2016, le Conseil d’Administration de l’association a été renouvelé d’un tiers et Françoise Sivignon réélue Présidente. Dans son discours de clôture, Françoise Sivignon expose trois axes prioritaires, qui fixent les perspectives de l’année à venir. Extraits.

​[…]

Une fois couverte cette année 2015, je vais me permettre de poser trois axes d’orientation prioritaires qui peuvent, à mon sens, former la colonne vertébrale du Médecins du Monde de demain.

 

Le premier – sans hiérarchie – est celui du réseau international des MDM.

[...] Pour rappel le réseau est composé de 11 associations en Europe et 4 à l’extérieur, composées de 19.429 acteurs pour 439 programmes dans 79 pays. Nous avions besoin de le consolider pour gagner en termes de visibilité et de poids politique mais aussi pour rendre MDM attractif pour de nouveaux associatifs. Cette année : le chantier avance vraiment ! Nous sortons d’une vision trop souvent comptable du réseau international. Afin de structurer politiquement ce « beau chantier », la rédaction d’une feuille de route a débuté en 2015, grâce à une élaboration collective et participative. Cette feuille de route est construite sur une vision et des valeurs communes. Les questions à suivre sont : Quel sens allons-nous donner à cette structuration alors que nous avons une vraie opportunité politique ? Quels combats allons-nous porter ensemble ? […] 2016 sera donc une année cruciale pour le réseau international.

 

La deuxième priorité est constituée des partenaires et des alliances.

[…] Nous avons des partenaires divers et sur tous nos programmes, des ONGinfo-icon locales ou internationales, des ministères de la santé, des organisations de la société civile. Parler du partenariat, c’est l’occasion pour moi de vous reparler du Sommet Humanitaire Mondial où les acteurs du Sud ont donné de la voix. Ils sont en première ligne lors des crises et sont toujours là lorsque les acteurs extérieurs sont partis. Ils entendent être désormais partie prenante de l’architecture humanitaire, de sa gouvernance, des règles du jeu et des financements. C’est bien dans le cadre de  ces alliances et des engagements pris qu’il faudra nous engager plus avant cette année.

 

La troisième priorité est celle de la déconcentration.

Il est nécessaire de poursuivre  la régionalisation – qui a débuté en 2008 […]. Il est aussi nécessaire de lister les compétences en région afin de redynamiser le bénévolat et de l’adapter aux programmes et aux ambitions politiques. Il est aussi question de réorganiser la Direction des Opérations France en la rapprochant des délégations par l’intermédiaire principalement du nouveau groupe France. Enfin, nous sommes devant une vraie nécessité de développer la recherche de financements privés en région. […]

La déconcentration se pense aussi sur nos terrains internationaux : c’est pour nous une façon de penser différemment notre croissance. Cette dynamique organisationnelle et politique est déjà effective autour de la crise syrienne avec coordination régionale basée  à Aman et dans les Balkans. L’avenir sera peut-être autour d’une organisation régionale dans la Corne de l’Afrique où nous sommes présents depuis 25 ans. Cette déconcentration nous fera repenser une vie associative différente, en proximité avec la société civile locale, avec les ONGinfo-icon locales et les institutions régionales comme l’Union Africaine.

 

Ces 3 piliers illustrent bien que pour mettre en œuvre les intentions politiques du projet associatif, c’est tout un modèle qu’il faut faire évoluer, une gouvernance à revisiter, un changement d’esprit à opérer.

 

Ont été élus membre du Conseil d’Administration de Médecins du Monde :

  • Jean-Pierre Lhomme
  • Joël Le Corre
  • Catherine Giboin
  • Christian Laval
  • Anne Guilberteau

 

Global loader