Faire un don

Grèce : du stade olympique au camp de réfugiés

Un petit garçon attend de voir le médecin dans le camp d'Elliniko, en Grèce © Tess Vonck

Grèce : du stade olympique au camp de réfugiés

Dans la banlieue d’Athènes, le camp d’Elliniko s’étire parmi les bâtiments de l’ancien aéroport et les stades construits pour les Jeux Olympiques de 2004. Ces lieux où se jouaient les matchs de baseball et de hockey accueillent aujourd'hui quelque 3 000 migrants venus d’Afghanistan, de Syrie et d’ailleurs.

Entre les bâtiments fermés, dans l'enceinte des stades, les tentes s'alignent à perte de vue. Des familles entières s'y entassent dans la promiscuité, sans intimité. Pour ces milliers de personnes, seules quelques douches et lavabos sont à disposition. Ces conditions d’hygiène déplorables favorisent l’apparition et la circulation des maladies. Notamment chez les enfants déjà fragilisés par l’exode.


C'est sur un ancien parking situé entre les deux ailes du camp que Médecins du Monde a installé sa clinique. Depuis plus d’un an, notre équipe composée d’un médecin, d’un pédiatre, de deux psychologues et de cinq interprètes accueille les réfugiés du lundi au vendredi de 10h à 16h. Le soir, un groupe de bénévoles prend le relais pour soigner et soutenir des personnes parfois traumatisées, souvent désemparées.

Un père amène son fils dans notre clinique © Tess Vonck - MdM
Un père amène son fils dans notre clinique © Tess Vonck - MdM


Depuis juillet, une unité dentaire mobile est venue renforcer le dispositif mis en place par Médecins du Monde à Elliniko. À bord, une dentiste et son assistante proposent chaque jour des soins gratuits aux réfugiés du camp. À la fin de l’été, le médibus partira sur les routes de Grèce pour intervenir les camps situés au nord et dans le centre du pays.

Un dentiste et son assistante apportent chaque jour des soins gratuits aux réfugiés du camp.

Si les autorités grecques envisagent de fermer le camp d’Elliniko, aucune date officielle n’a été communiquée et la foule des réfugiés continue de grossir. Alors, sans relâche, Médecins du Monde poursuit son action en faveur des réfugiés d'Elliniko, en collaboration avec les autorités grecques et les autres organisations. Pour qu'hommes, femmes et enfants reçoivent l'aide médicale et psychologique dont ils ont cruellement besoin.

Portfolio

© Tess Vonck
© Tess Vonck

La zone d’arrivée de l’ancien aéroport abrite actuellement plus d’un millier de réfugiés. Sa capacité maximale est estimée à 1 400 personnes.

 

 

© Tess Vonck
© Tess Vonck

De nombreux réfugiés passent leurs journées assis près des terrains de baseball et de hockey. Ils y trouvent le calme et profitent de l'air de la mer Égée pour échapper aux tentes écrasées de chaleur.

 

 

© Tess Vonck
© Tess Vonck

La pédiatre Nikolitsa Koutroumani prend la température et mesure le taux d’oxygène dans le sang d’une petite fille afghane. À Elliniko, la plupart des enfants souffrent de problèmes respiratoires.

 

 

© Tess Vonck
© Tess Vonck

Notre dentiste, Sofia Kouva, et son assistante Ippolyti Karvouni, gèrent l’unité mobile de soins dentaires. Chaque matin, des dizaines de patients font la queue devant le médibus. Quinze d’entre eux pourront être pris en charge dans la journée. La plupart ne sont jamais allé chez le dentiste et doivent subir des extractions de dents.

 

 

© Tess Vonck
© Tess Vonck

La première fois qu’Azimir a posé ses toiles à l’entrée du stade de hockey, l’équipe encadrante était plutôt réticente. « Maintenant, ce sont eux qui fournissent le matériel dont j’ai besoin pour l'atelier de peinture que je dirige chaque semaine pour une cinquantaine d'élèves », explique cet artiste venu d'Herat, en Afghanistan. Au début du mois d’août, son travail et celui de ses élèves a fait l’objet d’une exposition dans une école de fortune du camp d’Elliniko.

 

 

© Tess Vonck
© Tess Vonck

Alireza a 11 ans. Il est arrivé à Elliniko avec sa famille il y a 5 mois. Au cours du long voyage qui les a menés d'Iran en Grèce, il a perdu l'aîné de ses cousins, Mohammed. C'est à Çeşme, en Turquie, où un passeur avait fourni un canot pneumatique à la famille pour qu'elle rejoigne les côtes grecques, que Mohammed a disparu à la faveur d'un mouvement de panique. Alireza a récemment appris que son cousin était en sécurité, dans une famille d’accueil en Allemagne. Il ne sait pas s’il le reverra un jour.

 

 

Votre soutien
S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.