Mineurs Non Accompagnés : quel accès à la vaccination Covid-19 ?

Alors que l’accès à la vaccination Covid-19 s’ouvre cette semaine à tous les mineurs âgés de 12 à 17 ans, les MNA en recours, adolescents exilés en situation de précarité, continuent d’être confrontés à de nombreux obstacles pour accéder aux soins, dont les tests PCR et la vaccination.

La crise sanitaire a joué un rôle de révélateur et de catalyseur des inégalités de santé. S’appuyant sur son expérience de terrain, le programme MNA de Médecins du Monde à Nantes constate la détérioration de l’accès aux soins de ce public particulièrement vulnérable.

Chaque année en Loire-Atlantique, de nombreux jeunes se retrouvent exclus de la protection de l’enfance après une évaluation de leur minorité et de leur isolement, basée sur des critères subjectifs et aléatoires. Certains continuent à alléguer leur minorité et tentent de la faire reconnaître au niveau judiciaire.

Ils se retrouvent alors exclus de toute forme de protection et passent de longs mois sans accès à un hébergement adapté, sans suivi éducatif, sans accès à l’éducation et sans possibilité de répondre à leurs besoins les plus vitaux (nourriture, vêture, hygiène, soins…).

 

En France, Les Mineurs non accompagnés à l'épreuve du Covid-19

Médecins du Monde s’engage auprès des mineurs non accompagnés (MNA) exclus de la protection de l’enfance. © Olivier Papegnies
Médecins du Monde s’engage auprès des mineurs non accompagnés (MNA) exclus de la protection de l’enfance. © Olivier Papegnies

Précarité des conditions de vie, précarité financière, fracture numérique, obstacles de la langue, méconnaissance des droits et des dispositifs, impossibilité d’accès à des structures qui sont soit destinées aux mineurs, soit destinées aux majeurs... Les enfants et adolescents non accompagnés cumulent des facteurs de vulnérabilité intensifiés par la crise sanitaire.

Obstacles à l'accès aux tests et à la vaccination

Leurs difficultés d’accès aux soins s’illustrent notamment par l’exigence d’autorisations parentales pour soins sur mineurs qu’ils ne peuvent produire du fait de leur situation. Alors que cet obstacle a été constaté pour l’accès aux tests PCR, celui-ci se présente à nouveau pour l’accès à la vaccination.

Un autre obstacle majeur consistera en un recueil explicite du consentement de l’enfant, alors que les centres de vaccination ne disposent pas de dispositifs d’accès à l’interprétariat.

 

Réduire les inégalités d'accès aux vaccins pour les mna

Face à l’épidémie de Coronavirus, Médecins du Monde s’organise et prend toutes les mesures nécessaires pour protéger les MNA.
Face à l’épidémie de Coronavirus, Médecins du Monde s’organise et prend toutes les mesures nécessaires pour protéger les MNA.

Afin de limiter l’impact de la crise sanitaire sur ce public vulnérable et pour favoriser leur accès aux soins et notamment à la vaccination Covid-19, Médecins du Monde rappelle l’importance de :

  • Garantir une mise à l’abri et une ouverture des droits à la santé dès le premier accueil
  • Garantir des conditions de vie favorables à la santé associant hébergement et accompagnement social
  • Réduire la fracture numérique pour garantir un accès effectif aux droits et aux soins
  • Prendre en compte les barrières culturelles et linguistiques 
  • Renforcer les dispositifs d’aller-vers et de médiation en santé

 

La santé des mineurs non accompagné par la vaccination

Il est indispensable de lever les obstacles liés à l’accès aux soins de ces jeunes : les structures de santé en général, particulièrement celles proposant des tests et la vaccination Covid, doivent avoir accès à des dispositifs d’interprétariat et être mieux informées sur les exceptions relatives à l’exigence d’autorisation du tuteurs légal. La sauvegarde de la santé du mineur doit être la priorité.

 

 

 

Nous soutenir
S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.

Global loader