Faire un don
90 €Prix journalier moyen de mise à l'abri d'un mineur non accompagné.
160 €Prise en charge de 40 enfants souffrant de malnutrition aigüe
200 €2 consultations pour prendre en charge des femmes victimes de violences en Ouganda
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

Les sans-abri en danger

Les sans-abri en danger

À un mois de la fin de la trêve hivernale et après 2 séquences de Plan Grand Froid, la délégation Île-de-France de Médecins du Monde dénonce l’absurde gestion au thermomètre du sans-abrisme et l’indignité de la polémique politique qui l’accompagne.
 

Une situation qui ne fait qu'empirer

Depuis plus de 25 ans nos équipes maraudent le soir dans les rues de Paris pour aller à la rencontre des sans-abris, et nous ne constatons aucune évolution positive. Pire, comme le rappelle la Fondation Abbé Pierre, le nombre de personnes sans domicile a augmenté de 50% entre 2001 et 2012.

Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de 50% entre 2001 et 2012.
 

Chaque année, en période de grand froid ou de canicule, des moyens supplémentaires sont déployés temporairement, mais ils ne sont pas à la hauteur de la situation et surtout, ne s’inscrivent jamais dans la durée. Le Dr Marie Morcelet, responsable du programme intervenant auprès des personnes à la rue à Paris, témoigne : « Nous constatons, d’années en années, l’impact délétère de la vie dans la rue sur la santé des personnes, et ce en toutes saisons. Après les périodes de forte chaleur ou de grand froid, c’est toujours la même histoire, les personnes retournent à la rue, n’existent plus et redeviennent invisibles. Nous ne cessons de dénoncer le cynisme que représente cette gestion au thermomètre qui est contraire aux engagements pris de ne plus remettre des personnes à la rue sans solution alternative. »

 

 

Nous constatons, d’années en années, l’impact délétère de la vie dans la rue sur la santé des personnes.

© AFP
© AFP

Des mesures insuffisantes

« La première bataille : loger tout le monde dignement. Je veux partout des hébergements d'urgence. » Emmanuel Macron a échoué à atteindre l’objectif qu’il avait fixé en juillet dernier et renouvelé lors de ses vœux. Si des efforts sont réalisés pour débloquer des places d’hébergement supplémentaires cet hiver, ils restent très largement insuffisants, et chaque soir, des personnes dorment dehors à Paris, avec pour seul recours le 115 qui est totalement saturé1.
 

Si des efforts sont réalisés pour débloquer des places d’hébergement supplémentaires cet hiver, ils restent très largement insuffisants.


A ce triste marronnier, s’ajoute cette année l’indécence de la polémique politique suscitée par les propos indignes et irresponsables de Messieurs Castaner, Denormandie et Maillard visant à minimiser le nombre de personnes à la rue, voire à les rendre responsables de leur situation.  
 
Ces déclarations témoignent soit d’un déni de réalité, soit d’une déconnexion totale avec la situation des sans-abris en France, et sont particulièrement choquantes de la part de représentants de l’Etat. Elles sont un manque profond de respect pour les acteurs de terrain que nous sommes, et plus grave encore, elles témoignent d’un manque de considération envers un public vulnérable, usé, et régulièrement ignoré par les politiques publiques.

Notre équipe lors d'une maraude de nuit © Bruno Fert
Notre équipe lors d'une maraude de nuit © Bruno Fert

 

Un logement d'abord

Une remise à plat de la politique de l’hébergement et du logement doit intervenir pour sortir de la logique de gestion de l’urgence et d’une gestion uniquement « au thermomètre » : il faut un plan ambitieux proposant des solutions de long terme, adaptées, respectueuses et incluant un accès direct au logement. La création de nouvelles places d’hébergement d’urgence, si elle est nécessaire pour faire face aux besoins immédiats, ne peut être une solution pérenne : la politique du Logement d’abord doit être largement soutenue.  
 
Nous demandons de la responsabilité, de la compétence et de la dignité dans la gestion politique de cette problématique éminemment sensible. Le président de la République a annoncé qu’il s’engageait en faveur de la mise en place de la stratégie du Logement d’abord, et à ne plus laisser personne à la rue : nous attendons les actes.

Médecins du Monde
Délégation Île-de-France
Nous soutenir
Nous rejoindre

Je postule en ligne.

S'informer

Je m'inscris à la newsletter.