Faire un don
90 €Prix journalier moyen de mise à l'abri d'un mineur non accompagné.
160 €Prise en charge de 40 enfants souffrant de malnutrition aigüe
200 €2 consultations pour prendre en charge des femmes victimes de violences en Ouganda
OKautre montant pour votre don
soit 0 € après réduction fiscale

Expulsés

Expulsés

Près de 180 personnes ont été expulsées du bidonville de la rue de Strasbourg à Saint-Denis jeudi 11 août au matin à la suite de la procédure engagée par la ville. Une expulsion de plus sans aucune solution pour les sortir de la précarité. 

L'essentiel

Parmi les personnes expulsées se trouvent des femmes enceintes.

Près de la moitié des habitants sont mineurs : nos équipes estiment qu’une trentaine d’entre eux sont âgés de moins de 10 ans.

Ces familles n’ont pas été informées de propositions d’hébergement et se retrouvent à nouveau à la rue.

Des expulsions à répétition

 

La plupart d’entre eux ont déjà subi des expulsions durant l’année passée puisqu’ils vivaient dans les anciens bidonvilles de la Courneuve (93), de Sarcelles (95) ou encore de la porte des Poissonniers à Paris, où Médecins du Monde intervenait précédemment. Alors que la ministre du logement Emmanuelle Cosse a annoncé hier l’augmentation du nombre de places d’accueil, qu’en est-il pour les populations vivant dans des bidonvilles ? Une stratégie globale doit être proposée, que ce soit pour l’accueil ou l’hébergement.

 

Une stratégie globale doit être proposée, que ce soit pour l’accueil ou l’hébergement.

 

Depuis 25 ans, la répétition des expulsions place ces citoyens européens dans une logique de survie et reflète à nouveau l’incohérence politique qui déplace le problème sans chercher de solutions de fond. Cette politique pérennise les bidonvilles. La situation est particulièrement alarmante en Seine-Saint-Denis, où les expulsions se sont multipliées ces dernières semaines, sans autre logique apparente que de déplacer le problème.

 

« Alors que M. Carenco,  préfet d’Ile-de-France présentait en avril 2016 une stratégie régionale qui devait permettre une amélioration des conditions de vie et une stabilisation des personnes, qu’en est-il des actions concrètes et concertées à l’échelle régionale? » s’interroge Nathalie Godard, coordinatrice générale de la mission Banlieue de Médecins du Monde.

 

Une concertation nécessaire

 

Des réponses concertées à l’échelle régionale doivent intervenir sans attendre pour sortir les personnes de la précarité et faire cesser le cercle vicieux des expulsions d’une ville à l’autre

 

Médecins du Monde demande que l’Etat et les communes travaillent ensemble pour respecter les droits fondamentaux des personnes vivant en bidonvilles et de mettre fin aux expulsions systématiques sans alternative de relogement, adaptée et pérenne, et sans accompagnement social conformément aux dispositions fixées par la circulaire du 26 aout 2012.

Nous soutenir
S'informer

Je m'inscris à la newsletter.

Nous rejoindre

Je postule en ligne.